Ocean Clean-Up : un projet pour nettoyer les océans des déchets plastiques

Le jeune néerlandais Boyan Slat a annoncé le 11 mai 2017 qu’il lancerait son projet de dépollution des océans dans les 12 prochains mois.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 15 May 2017, à 9 h 40 min

Grâce au projet Ocean Clean-Up, Boyan Slat, âgé de 22 ans, souhaite mettre en place un système de collecte pour ramasser les déchets flottants en mer. Il entend s’appuyer sur la force des courants marins pour piéger les détritus. Le projet, qui devait débuter à l’horizon 2020, sera finalement lancé au cours des 12 prochains mois grâce à une amélioration technologique.

Ocean Clean-up : des barrières flottantes pour lutter contre la pollution des océans

Appelé « Ocean Clean-Up« , le projet porte le même nom que sa fondation. Lors d’une conférence à Utrecht, aux Pays-Bas, qui a eu lieu le 11 mai 2017, Boyan Slat a annoncé qu’une amélioration technologique a permis d’accélérer la mise en place de son invention. En effet, au départ, le jeune homme souhaitait déployer une barrière de 100 km en forme de V, équipée d’un filet et s’enfonçant dans l’eau pour collecter les déchets. Cependant, les ingénieurs avec qui il travaille souhaitent la remplacer par « une flotte de plusieurs petits systèmes« , plus efficace et surtout plus rentable.

Plus d’une trentaine de barrières mesurant entre un et deux kilomètres de long seront installées et attachées à une ancre flottante de 12 mètres de long. Cette dernière évoluera dans l’eau en fonction des courants marins. Grâce à son système, Boyan Slat espère ainsi nettoyer plus de la moitié de la grande plaque de déchets du Pacifique d’ici 5 ans.

Des tests concluants en Mer du Nord

Plusieurs tests ont été réalisés en Mer du Nord, près des côtes néerlandaises. Un prototype de 100 mètres de long installé en juin 2016 montre déjà de bons résultats. Pour rappel, plus de 8 millions de tonnes de plastique polluent chaque année les océans. Ces déchets s’accumulent dans des « soupes plastiques« , mélangeant des déchets de tailles différentes. Entraînés par les courants marins, les détritus forment d’énormes plaques au fil du temps et deviennent des « continents » de plastique, représentant un véritable fléau pour les espèces marines mais aussi pour l’Homme.

Sur le Planestoscope, découvrez les chiffres vertigineux des déchets rejetés dans les océans

En plus du premier prototype mis en place en Mer du Nord, un autre devrait être déployé au Japon, au large de l’Île Tsushima. Si tous les essais se révèlent concluants, des filets à grande échelle pourraient être mis en place dans l’Océan Pacifique. Au début du mois de mai, le projet Ocean Clean-Up a déjà levé presque 20 millions d’euros d’investissements.

Illustration bannière : Plage polluée – © Phonix_a Pk.sarote
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. quand bien même le procédé est éfficace, on ne pourrat certainement pas purrifier l’ensemble des océans en deux ans. Dotant plus, qu’il faudrait en avoir une quantiter PHENOMENALE. En plus, le plastique se retrouve à des tailles très différentes (bien en dessous du millimètre) et même en le filtrant il faudrait éviter de piéger les poissons, tortues, cétacés mais aussi les protistes et c’est pas gagner. En faisant un miracle, on ne pourrat JAMAIS filtré l’enssemble de nos mer, océans, rivières, lac… Dans un siècle, on aurat toujour les stigmate des déchets qu’est l’immensse organisme qu’est notre civilisation.

  2. Très sympathique mais inutile, l’impact est quasi-inexistant.
    Notre procédé est efficace à 100%, tout simplement. Quand il sera développé partout, le plastic aura disparu en moins de deux ans des océans.
    Etre efficace, cela seul compte.

Moi aussi je donne mon avis