Occasion ou reconditionné : un choix éclairé

Lutter contre la surconsommation passe par le développement des marchés de l’occasion et du reconditionné. Petit tour des avantages et des inconvénients de chaque solution pour faire un choix éclairé

Rédigé par Back Market, le 26 Apr 2017, à 7 h 05 min

A l’heure où 92 % de la population française est équipée d’un téléphone portable*, où plus de 20 millions de téléphones neufs ont été vendus en une année**, où la surconsommation est remise en question, et où les problématiques de budget envahissent la majorité des foyers, notre rapport à la technologie est bouleversé. Les sorties frénétiques des derniers modèles de smartphones, de tablettes, d’ordinateurs n’en finissent plus d’exercer une pression constante, à grands coups de publicités intrusives.

Alors, que faire de nos appareils trop vite jugés obsolètes ? Et comment faire pour en acheter un nouveau, avec un compte en banque qui crie à la maltraitance ?

occasion ou reconditionné

© Artsplav

Deux solutions se dessinent : le marché de l’occasion et celui du reconditionné.

Le marché de l’occasion : du troc entre amis à une véritable offre

Peu présent dans les habitudes de consommation des français il y a encore une quinzaine d’années, l’achat de biens d’occasion est aujourd’hui vu comme un bon plan et même parfois, un acte… militant. Au-delà du réseau, les sites de revente d’occasion fleurissent, au premier rang desquels, l’incontournable Bon Coin, qui est aujourd’hui le 5e média français***. Preuve d’un véritable engouement pour le marché de l’occasion.

Aujourd’hui, le marché du smartphone d’occasion a augmenté de 50 % par rapport à l’année dernière et concerne 120 millions d’unités dans le monde.

C’est d’abord sur les réseaux sociaux et grâce aux amis d’amis que l’on s’échange les bons plans, entre un smartphone daté de 6 mois après sa date d’achat, ou une tablette à la batterie fatiguée dont on espère récupérer quelques euros. Les prix sont cassés… et parfois le matériel aussi !

Un marché non régulé qui comporte des limites

Il s’agit d’un marché non régulé, qui ne repose que sur la bonne volonté des vendeurs et des acheteurs. Impossible de vérifier l’état réel d’une batterie avant d’avoir testé l’appareil plusieurs jours par exemple : la chance et l’honnêteté du vendeur sont les seuls garde-fous.

Il est vrai qu’en plus du manque de vérification du matériel, les désavantages sont nombreux : pas de garantie, une offre géolocalisée (et donc pas accessible à tous) qui arrive au compte-goutte. À vous les nombreuses heures passées à chercher la bonne affaire, tout en vérifiant par ailleurs que le prix soit le plus juste…

Enfin, une fois la bonne affaire repérée, arrivent les soucis logistiques. Où se rencontrer ? Quand ? Untel n’est finalement plus disponible, il faut donc repousser à la semaine d’après.

Acheter d’occasion n’est donc pas la meilleure des solutions. Elle l’est en revanche lorsqu’il s’agit de revendre votre matériel électrique ou électronique, dans l’optique de regonfler votre porte-monnaie et de vous diriger pour l’achat vers… le reconditionné !

Le reconditionné : l’intransigeance de la qualité

occasion ou reconditionné

© Vlad Teodor

On estime en 2016 qu’il s’est vendu plus de 2 millions de téléphones reconditionnés en France.
Pour ceux qui n’ont pas un budget suffisant pour se tourner vers le neuf (et ne souhaitent peut-être pas alimenter la surproduction par une surconsommation) mais qui ne veulent pas transiger sur la qualité, le reconditionné offre des solutions intermédiaires de confiance.

L’apparition d’acteurs spécialisés dans le reconditionnement, tel Back Market, est la parfaite expression d’une voie alternative, entre soif de technologie et consommation raisonnée.

Un choix écologique

Moins de demande de neuf, c’est moins de frénésie de production, moins de gaspillage d’énergie, de matières premières plus ou moins saines, moins de pression sur des usines du bout du monde. Les experts du secteur des technologies mobiles s’accordent même à dire que le reconditionné a été l’un des facteurs majeurs responsables du recul des ventes de smartphones (20 millions d’unités vendues en 2016 contre 24 en 2015), une première dans le secteur…

Les exigences du marché du neuf

Les acteurs du reconditionnement s’imposent les exigences du marché du neuf. Qu’il s’agisse du smartphone dernière génération ou d’un appareil électro-ménager, la qualité doit s’approcher le plus possible de celle d’un appareil vendu neuf par le fabricant.

À eux donc de mettre tout en oeuvre pour y parvenir : sélection des intermédiaires et partenaires, révision minutieuse de chaque appareil, réparation selon les méthodes approuvées, pièces détachées agréées par le fabricant, etc. Autant d’impératifs qui doivent apporter le maximum de satisfaction à l’acheteur.

Cette rigueur et cette confiance s’expriment dans une garantie, généralement appliquée sur ce type de produit qui doit pouvoir tranquilliser l’acquéreur dans son achat et lui prouver définitivement, si nécessaire, que la seconde main n’a rien d’un second choix.

*rapport Crédoc publié fin novembre 2015.
** en France, en 2016.
*** en terme de trafic.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Notre projet ? Démocratiser la re-consommation et lutter contre le gaspillage électronique en remettant en état des produits du quotidien

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis