Mon enfant est trop gros : que faire ?

L’obésité concerne aussi les plus petits. Plus gros et souvent plus grands que la moyenne pour leur âge, ces enfants inquiètent les parents. A raison, car les conséquences sur la santé future de leur progéniture sont importantes en cas de surpoids prolongé. Heureusement, ils peuvent encore changer la donne. Voyons comment.

Rédigé par Emma, le 7 Feb 2018, à 16 h 00 min
Mon enfant est trop gros : que faire ?
Précédent
Suivant

Les 7 grandes règles à mettre en place pour combattre l’obésité des enfants (suite)

Il s’agit de manger seulement quand on a faim et de couper court aux grignotages.

Rétablir une bonne répartition des apports

Les enfants font en général 4 repas par jour en comptant le goûter. Mais tout devrait dépendre de leur faim. Pas question, en tous cas, qu’ils se mettent à grignoter entre deux repas s’ils n’ont pas faim !

En grandissant, les ados n’ont pas toujours faim le matin au réveil. Qu’ils emmènent de quoi manger quand la faim se fera sentir. Ou qu’ils déjeunent en moindre quantité, histoire d’avoir un peu d’énergie quand même.

Apprendre à ne boire que de l’eau

Le corps n’a rien besoin d’autre que d‘eau pour s’hydrater. Toutes les autres boissons, surtout sucrées, sont des boissons « plaisir ». Elles ne doivent en aucun cas être mises sur la table au quotidien, ni dans les sacs d’école.

obésité enfants

© Ivonne Wierink

Boire du Coca avec son repas est une hérésie gustative et un contre-sens de santé. Comment apprendre le goût et la subtilité des saveurs aux enfants s’ils mangent avec du sucre dans la bouche ? Tout ce qui n’est pas sucré leur paraîtra fade…

Conserver les bonnes habitudes

Toutes ces actions sont mises en place… pour la vie ! Il ne s’agit pas d’un phénomène temporaire, mais bien d’une hygiène de vie à consolider mois par mois, année par année, pour continuer à maintenir un poids correct et vivre mieux.

Découvrez en temps réel le nombre de décès dû à l’obésité dans le monde sur le Planetoscope

C’est une histoire de longue haleine, que toute la famille doit partager pour que le résultat soit plus efficace. La responsabilité des parents est grande dans ce processus de changement et de consolidation. C’est à eux à montrer l’exemple… et  parfois à changer eux-aussi,  si nécessaire, leur comportement alimentaire pour revenir à une alimentation plus saine.

Faire plus d’activités physiques

Le sport, le fait de bouger et ne plus être sédentaire participent à cette remise en forme par la dépense d’énergie. C’est elle qui va faire que les kilos en trop pourront commencer à se déstocker.

Derniers conseils :

  • Un soutien psychologique de l’enfant – et des parents – est parfois nécessaire. A la demande de l’enfant, s’il en ressent le besoin, par rapport à son image du corps et à son estime de soi.
  • Il ne faut surtout pas donner de médicament ou faire de régime drastique avec les enfants. C’est très  dangereux pour leur santé. Ils sont en croissance et cela implique de pouvoir répondre à leurs besoins en énergie.

Que va-t-il se passer  ?

Le poids de votre enfant doit commencer par se stabiliser. C’est déjà un très bon point. Puis il devrait descendre.

A lire aussi :

Illustration bannière : L’obésité touche également les enfants © Ivonne Wierink
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Vos lettres sont intéressantes . Malgré cela , j’aimerais vraiment me désabonner .
    Je vous en remercie .

  2. Dommage que lorsqu’on l’on donne un commentaire un peu trop « critique » avec des liens qui prouvent ce que l’on avance, que la censure fait son oeuvre de désinformation et supprime ledit commentaire.

    • Jean-Marie

      Bonjour
      Si vous regardez bien le titre de cet article : il ne s’agit pas de l’allaitement (dont on parle dans d’autres articles)…. mais bien du surpoids chez les enfants.

      Vous remarquerez avec nos lecteurs que vos commentaires (systématiquement négatifs depuis des mois) sont bien lisibles par tous et non censurés.

      En revanche, notre site enlève automatiquement les liens externes vers d’autres sites ; surtout pour les commentaires qui servent à faire la promotion de sites personnels ou commerciaux.

  3. Les consommateurs se plaignent de la vie chère, mais quand je vois de quoi est composé un caddy de la ménagère, ça me fait rigoler, la moitié ne sert à rien sinon qu’à faire grossir, sodas, gâteaux, chips etc…donc supprimons cette moitié du caddy et le remplacer le par des produits de préférence bio, ça ne vous coutera pas plus et vous mangerez sain.
    Les enfants mangent de plus en plus de céréales le matin, céréales de l’agroalimentaire bourrées de pesticides, de sucre et de gras, ils feraient mieux de manger du bon pain, du beurre, un peu de confiture maison et du miel, le gouté pareil pas de gâteaux bourrés de sucre et de gras, du pain et du fromage en quantité modéré, c’est bien meilleur.
    C’est ce que nous avons toujours fait chez nous pour notre fille (née en 75).

    • d’accord aussi ,regardez ce que les gens ont dans leurs caddy et regardez leur tour de taille ,vous aurez a peu prêt tout compris …pas mal d’aliments ,inutiles voire gras ou très sucrés …en plus ils viennent dire que les fruits et légumes sont chers ??Cherchez l’erreur .

  4. Je suis d’accord avec Marif. Et d’accord aussi avec l’article qui pointe du doigt notre surconsommation de viande. On entend déjà parler de la consommation de sucre et de graisse partout, les enfants récitent par coeur les message télévisuels mais nul part on ne leur dit de ne pas trop manger de viande et pourtant…. Notre santé et celle de la planète ne s’en porterait pas plus mal si l’on devenait raisonnable sur notre consommation de viande (je ne parle pas de végétarisme non plus) mais ça ne va pas plaire à l’industrie agro-alimentaire et sa machine à fric…

  5. Les glucides à index glycemique (IG) bas sont les légumes et non les céréales qui sont des IG modéré / rapide même s’ils sont dit « lent » (exemple de la patate ou du pain complet qui ont des IG rapide)

    Attention à ne pas dire n’importe quoi sur les graisses, c’est la base pour bien manger mais il faut éviter le trop plein d’omega6 et augmenter ses omega3 qui sont des graisses qui construisent le cerveau et font diminuer la masse grasse.

  6. petite remarque, Il serait bon de corriger dans votre article : ce n’est pas la courbe de poids (en kilo) de l’enfant qui doit baisser mais la courbe d’IMC!!!! La courbe de poids ne fait que monter et c’est normal!!! mal interprétée cette phrase est dangereuse : vouloir faire perdre ou stagner du poids à un enfant juste par que sa courbe monte est inepte!

    Par contre pour l’ IMC (Indice de Masse Corporelle) qui est un rapport de poids/taille il est préférable que sa courbe baisse entre 3 et 6 ans avant de repartir à la hausse. Le fait qu’il ne baisse pas n’est cependant pas non plus un signe d’obésité précoce systématique… Il faut être prudent avec les mots.

  7. La responsabilité des parents est importante dans cette affaire et c’est eux qui ont besoin de conseils (comme cela est fait dans l’article) pour qu’ils restreignent leurs enfants. Le mot restreindre est mal approprié du reste car les enfants aiment « naturellement » les fruits, l’eau, le pain. Donnez aux tout-petits des framboises, des mandarines, ils s’en régaleront et même s’en amuseront car c’est un plaisir aussi pour eux par exemple d’éplucher une mandarine.

  8. Dommage que cet article passe complètement sous silence (par ignorance ou volontairement ?) le grave problème de l’allaitement : le lait de vache (maternisé ou non) des biberons donnés aux nourrissons contient des facteurs de croissance (hormones !!!!) totalement inadaptés à l’être humain (faits pour faire des VEAUX et non pas des humains !) ce qui fait que dans les pays nordiques (gros consommateurs de produits laitiers) les enfants DEPASSENT très tôt la taille de leurs parents ! Avec tous les inconvénients graves que ça représente. La génétique n’a RIEN à voir là-dedans ! En tout cas pas comme c’est couramment admis.
    Après le sevrage, c’est l’alimentation et les comportements alimentaires hérités de l’environnement familial et extra-familial qui qui « fera la différence » entre les obèses et les autres. Et non pas la génétique sur le dos de laquelle ont met beaucoup trop de choses !!!

    • Je suis désolée de vous décevoir mais j’ai allaité mes deux enfants, ils sont élevés de la même façon, ma fille est plus active que mon fils, elle ne grignote pas alors que lui si, elle mange moins que lui à table, boit moins de soda que lui, et pourtant elle est en surpoids et pas lui. Par contre, elle me ressemble beaucoup, sachant que j’ai été en surpoids à son âge, et lui ressemble beaucoup plus à son père qui lui n’était pas en surpoids (tout du moins pas encore tant que certains médicaments ne luis ont pas ouvert l’appétit). Donc SI, IL Y A UN TERRAIN GENETIQUE ET L’ALIMENTATION ET LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES NE SONT PAS SEULS RESPONSABLES DE L’OBESITE.

Moi aussi je donne mon avis