Comment Nicolas Hulot sortira de l’épineux dossier de Notre-Dame-des-Landes ?

Le nouveau ministre de la Transition Écologique, Nicolas Hulot, s’est exprimé sur Notre-Dame-des-Landes, expliquant qu’il voulait “mettre les choses à plat”.

Rédigé par Pauline Petit, le 29 May 2017, à 10 h 15 min

En tant que simple citoyen, Nicolas Hulot était opposé au projet d’aéroport. Sa nomination en tant que ministre pourrait donner un coup d’arrêt au projet.

Notre-Dame-des-Landes : Hulot veut “remettre les choses à plat”

Nicolas Hulot s’est exprimé dans le Journal du Dimanche sur les nouvelles missions qui l’attendaient au Ministère de la Transition Écologique. Des missions parfois délicates, comme le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Six mois de médiation pour décider du sort de Notre-Dame-des-Landes

En me nommant, le président de la République et le Premier ministre n’ont pas choisi un magicien. J’hérite du ministère du temps long. Je veux convaincre que l’on peut faire de la contrainte écologique une magnifique opportunité” a déclaré Nicolas Hulot au Journal du Dimanche. Il n’est en effet pas aisé de faire ses preuves en tant que ministre, sur des missions qui nécessitent un certain temps avant d’en apercevoir les effets.

notre dame des landes

Concernant le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le militant Hulot s’était positionné contre ce projet, vu les conséquences écologiques qu’il entraîne. Il s’était toutefois plié aux résultats du référendum qui avait approuvé le projet d’aéroport.

Aujourd’hui, il estime qu’il est nécessaire de “remettre les choses à plat“. Une médiation de six mois sera mise en place pour écouter opposants de la ZAD et partisans du projet d’aéroport. “Je suis intimement convaincu qu’il y a de possibles alternatives à Notre-Dame-des-Landes qui peuvent nous permettre, à tous, de sortir par le haut“.

Le ministre estime qu’il ne faut pas se positionner dans le rapport de force sur ce dossier et sortir des “joutes permanentes“. Quoi qu’il en soit, une décision devra être prise par le gouvernement dans six mois : construire l’aéroport ou abandonner définitivement ce “grand projet inutile” ? Un dossier épineux qui entraînera peut-être des désaccords entre l’ancien militant et le nouveau gouvernement.

Illustration bannière : Nicolas Hulot – © Frederic Legrand – COMEO Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. L’aéroport de Notre Dame des Landes attend seulement un accident majeur (du style avion écrasé sur la ville) sur l’aérodrome de Nantes pour être validé. 400 ou 500 morts, cela calme.
    Car, comme toujours, les aérodromes sont construits à la campagne par mesure de sécurité et tout le monde se précipite pour construire autour (et manifeste contre le bruit).
    La seule alternative raisonnable (mais irréalisable) pour sauver l’aérodrome de Nantes est de créer un périmètre de sécurité d’un kilomètre autour, c’est-à-dire y supprimer toute habitation et industrie sans lien avec l’aéroport.
    Il faudra bien déménager tout ceci, reste à savoir où !
    La seconde est de supprimer l’aviation civile.

  2. Mme Royal n’a été ministre que de nom, elle a surtout été ridiculement LAMENTABLE ! interdire le ROUNDUP aux particuliers (trop cons les gens : ils rinçaient les tomates avec ce désherbant et les mangeaient directement !) MAIS l’autoriser aux “professionnels” ! Vous savez ces gens si soucieux de notre santé qu’ils n’emploient que des produits sains ! Et une ministre tellement cultivée qu’elle n’a besoin de lire aucun rapport sur les produits qu’elle autorise ! Les lobbyistes sont là pour la conseiller (à coups de dollars, yens, euros, compte dans un paradis fiscal, ne rayer aucune mention !)
    LA FRANCE 3éme consommatrice mondiale (après les USA et le Japon !) de pesticides ET 1ere EN EUROPE ! Youpi ! Vive l’écologie : 110.000 Tonnes de pesticides consommés en France chaque année ! Et une ministre de l’écologie totalement absente !
    Espérons qu’avec un ministre un peu plus “impliqué” dans l’écologie les choses changent un peu ! On peut rêver (n’oublions pas qu’Ushuaia était sponsorisé par TOTAL !)

  3. Macron à choisi Hulot car ce personnage dénonce mais est incapable de prendre une décision, ce qui arrange bien ce président,c’est bien pour cette raison que Mme Royal (la dame du Poitou) n’a pas été reconduite dans la fonction de ministre de l’écologie, personnage imprévisible et incontrôlable, on n’a bien vu de quoi elle a été capable dans le précédent gouvernement.

    • On a surtout vu de quoi elle n’était pas capable … exemple stopper le rejet des boues rouges en Méditerranée !Mettre cela sur le dos de Valls est facile et mensonger, elle pouvait très bien démissionner, mais pour cela il fallait mettre ses convictions avant son petit poste …

Moi aussi je donne mon avis