Les mauvais calculs du chauffage électrique

Rédigé par Jean-Marie, le 7 Oct 2015, à 10 h 46 min

Le chauffage électrique est de plus en plus performant et il équipe un tiers des logements français. La proportion atteint deux tiers pour les logements neufs. Les radiateurs électriques dernière technologie, les radiateurs à inertie, offrent un confort tout à fait satisfaisant s’ils sont installés dans une habitation parfaitement isolée. Reste que le chauffage électrique est cher à l’usage et finit par coûter cher à son utilisateur et à la collectivité.

Les radiateurs électriques, plus performants mais chers

Le chauffage électrique moderne est plus performant que celui des années 70 mais il reste un mode de chauffage plutôt inconfortable et cher à utiliser. Il a en outre le gros inconvénient d’imposer des moyens de production énergétique et un réseau de distribution électrique surdimensionné. L’UFC-Que Choisir a fait les comptes et l’addition est salée, le radiateur électrique échappant pourtant à l’étiquette énergétique(7).

Le radiateur électrique, économique à l’achat, mais…

Economique à l’achat, le convecteur électrique s’avère très peu rentable. Le système de chauffage fonctionne par convection c’est-à-dire que l’air froid est aspiré par la partie basse. Il est ensuite réchauffé par une résistance et circule du bas vers le haut. Le mouvement d’air n’est pas idéal car la chaleur n’est pas homogène, d’où la sensation d’inconfort. De plus, le convecteur électrique assèche l’air. A éviter donc.

Points positifs :

  • bon marché, à l’achat,
  • chauffe rapidement.

Points négatifs :

  • très énergivore,
  • manque de confort (air sec, chaleur non homogène) ;
  • pas d’inertie, la pièce refroidit rapidement.

Pour pouvoir disposer de toute la puissance nécessaire à tous les foyers qui se chauffent à l’électricité (y compris lors des pics de consommation) et puisque l’électricité est impossible à stocker, le chauffage électrique a poussé EDF à surdimensionner son dispositif de production.

radiateur électrique chauffage économies d'énergie

Le chauffage électrique st très présent dans les foyers français © Shutterstock

La production électrique pour le chauffage électrique doit être capable de fluctuer en temps réel et de couvrir les plus fortes demandes (quelques jours ou quelques heures par an). Cela a donné naissance à un parc de production dont la taille a été doublée(8).

Quand il faut fournir encore plus que ne peuvent fournir les centrales nucléaires supplémentaires (peu flexibles), on fait appel à des centrales thermiques utilisant des énergies fossiles (gaz, fioul), coûteuses et polluantes.

Lire page suivante : ceux qui ne se chauffent pas à l’électrique paient pour les autres

Illustration bannière : Le chauffage électrique st très présent dans les foyers français © Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

25 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour, Il faut savoir aussi que les radiateurs électriques ont une puissance correspondant au volume à chauffer et à son isolation.

    Mais cette puissance est calculée pour pouvoir chauffer, même s’il fait – 18°c dehors.

    Il serait judicieux que ces radiateurs aient deux puissances : une pour chauffer lorsque la pièce est très froide ou lorsqu’il fait très froid dehors, et une puissance plus faible, juste pour maintenir une pièce déjà chaude et qui de ce fait demande moins.

    Par exemple : un radiateur de 1000 watts aurait deux positions : une de 1000 watts et une autre de 700 watts par exemple. L’intérêt est évident. Lorsque le soir par exemple on utilise pas mal d’appareils, les radiateurs pourraient prendre moins de puissance au compteur, ce qui laisserait de la disponibilité pour le reste des appareils (cela éviterait de prendre plus de puissance au compteur avec abonnement plus cher). Mais ce n’est pas tout, ça limiterait la puissance consommée, ce qui serait très valable lorsque l’hiver le soir la demande de courant est très importante, ce qui fait craindre la coupure générale.

    Et ce ne serait pas compliqué à faire.

  2. bonjour, Actuellement, même pour un logement neuf super isolé et donc ayant un très faible besoin calorifiue, il est interdit d’installer des radiateurs électriques.
    Mais dans le même temps, on voit des gens installer des radiateurs électriques dans des maisons anciennes dont ils ne veulent pas isoler certains murs pour ne pas cacher les pierres du mur…. Bon, la facture va les calmer rapidement, mais en attendant, s’ils ont les moyens de payer, ils peuvent gaspiller, d’autant plus que dans ces conditions, il faut plus de puissance de radiateur pour chauffer ce qu’il faut bien appeler une épave thermique.

  3. En premier lieu, il est important d’avoir une bonne isolation.
    En second, il faut arrêter de construire des immeubles non exposé au soleil ou caché par un autre immeuble.
    En 3eme, il faut une T° constante, et un thermostat de précision et j’insiste, ultra précis.
    En 4eme, aucune fuite d’air.
    En 5eme, dire adieu au placo plâtre et aux convecteurs rayonnants à 30 euros.
    En 6eme, toutes les technologies gadget du style connecté, c’est la plus grosse bêtise du moment.
    Le chauffe eau solaire est inconnu… on peut se brûler avec l’eau qui en sort, concernant l’exposition, nord de la France ou sud de la France, il suffit de changer la taille des panneaux.
    En 7eme cela viendra quand un géant du chauffage cassera le profit des industiels qui se remplissent les poches.

  4. le radiateur de la photo n’est pas électrique! que penser du bien fondé de l’article?
    je me suis arrêté à la phrase qui dit que l’abonnement est deux fois moins cher si on chauffe à l’électrique ce qui est depuis longtemps archi faux en France. C’est le contraire, un abonnement 6kw coûte plus qu’un 3kW. En revanche, le prix du KWh baisse un peu (heureusement) mais ce n’est pas la question.
    Les deux vrais problèmes sont l’isolation du logement et la nature de la VMC. En troisième seulement vient le niveau de confort du chauffage (radiant, convecteur etc.) et enfin le prix et le type du kWh (électrique, gaz).
    Aucune chance de résoudre le problème si on parle de politique plutôt que de physique

  5. Le chauffage électrique devrait être interdit au vu du piètre rendement des centrales thermiques.

  6. bonjour, Avant de parler de chauffage, il faut parler de la taille du logement et de son isolation. Isoler au moins un peu est valable dans tous les cas, pour ne pas trop chauffer les oiseaux.

    Il est certain que pour un tout petit logement, le problème est différent que pour une maison de 150 m2. On voit des maisons construites depuis 20 ou 30 ans (ce n’est pas si vieux) avec de gros volumes et une mezzanine (gros volume en hauteur où tout l’air chaud se précipite) qui ont été équipées en radiateurs électriques.
    Les occupants se ruinent et se gèlent en même temps. Il est certain que c’était une gabégie.

    De nos jours, même un petit studio de 25 m2 n’a plus droit au chauffage électrique, alors même qu’il a une super isolation, un faible volume et des besoins énergétiques très réduits. C’est soit chauffage collectif, soit chaudière à gaz. Il faut savoir qu’avec une chaudière à gaz, on aura un abonnement gaz à près de 200 euros par an et l’entretien chaudière à environ 100 euros, soit 300 euros sans la moindre consommation. On n’aura peut-être que 100 euros de gaz, mais au total ça fera 400 euros…. chercher l’erreur.

    Il faut être économe en électricité, mais en même temps, dans certaines communes, on illumine des rochers la nuit tombée, même en hiver où personne ne regarde, on illumine des monuments, des viaducs, et je ne parle pas des illuminations de Noël…. Et ces illumination avec gros projecteurs, ça consomme énormément, et ça ne sert à rien.

    En somme les économies d’énergie, le sauvetage de la planète, ce n’est que pour le petit peuple.

  7. n’oubliez pas de dire qu l’edf donnait une prime de 15000 francs aux chauffagistes pour inciter les propriétaires à installer des radiateurs électrique ,alors que nous nous voulions un chauffage central ,ça c’était dans les années 80. ALORS!

  8. bonjour, c’est tout à fait juste, une résistance électrique à 100% de rendement.
    Le problème c’est que pour 1 kw consommé, il faut en produire 2,58 à la Centrale nucléaire, car l’acheminement donne de la déperdition.

    Pour “se permettre” du chauffage électrique, il faut avoir une excellente isolation et c’est mieux adapté à une petite surface, maxi 50 m2, et encore bien gérer.

  9. qrmaison.com/question/2438-quel-systeme-de-chauffage-est-le-plus-economique

  10. bonsoir
    depuis l installation de la pompe a chaleur + éolienne + panneaux solaire pour l eau chaude, pour une surface de 160 m2 :j économise ,700 euros de bois de chauffage + 1500 euros de fioul pour la chaudière.(par ans). Quand l’hivert durait un peut il nous arrivait de reprendre quelque stère de bois 400 euros environ
    1000 litres de fioul soit la moitié du réservoir, 1000 euros environ.
    depuis le remplacement de chaudiere a fioul,la température de la maison est stable et homogène,j ai fait rajouté un split air aire dans le salon pour refroidir ou réchauffé ou ventilé rapidement en cas de besoin.
    plus de bois bois a payer a rangé a faire séché,plus de petit bois a préparé,plus de cheminé a ramoné,a nettoyé,bref s est le pied 🙂

    • j allai oublié ,fini les commendes de fioul qui empestait mon local ,j ai récupéré une pièce de 10 m 2 dans la quelle ce trouvait la chaudière et le réservoir de 2000 litre sens parlé du danger et l odeur de gazole qui passait a l étage du dessus ou ce trouve une chambre. bref que du bon.meme avec le credit ont paye bien moin qu auparavant pour ce qui est de l électricité rien a changé ont paye comme avant quant le mode de chauffage était au bois et au gazoil pour l eau chaud et les radiateurs.salut

  11. un radiateur électrique a bien un rendement de 100% effectivement.
    Le problème c’est que lorsque le radiateur consomme 1 kw, il faut en produire 2,58 à la centrale nuccléaire, car il y a pas mal de pertes avec l’acheminement.
    2,58 c’est le coefficient pour l’énergie primaire (celle produite à la centrale).
    Il faut savoir aussi qu’un chauffage électrique plombe un DPE.

    Et on ne tient pas compte des gens qui surchauffent et gaspillent, et des autres qui font très attention au gaspillage, et de ce fait consomment beaucoup moins tout en se chauffant correctement malgré tout.

    C’est le gaspillage qui est révoltant.

  12. je ne suis que locataire dans un appart’ où les chaudières sont trop vieilles!!! Les logements appartiennent à l’Opac et parfois ils font la sourde-oreille(surtout sur ce sujet car elles ont tout de même + de 15 ans!!!) et l’isolation des batiments pour garder de la chaleur cela ferait bcp de bien mais je ne pense pas que l’on pense à nous donc du coup je coupe le chauffage pour faire des économies ainsi que la veilleuse….

  13. Vous ne mentionnez pas le chauffage électrique par accumulation bénéficiant du tarif de nuit, soit presque 50% moins cher. Je possède un appareil de ce type (assez volumineux… )qui est donc rempli de briques et qui chauffe un appartement de 100m2 en Hte Savoie à 1400m d’altitude. On peut le mettre en route à distance par téléphone.
    C’est très pratique. L’appartement possède une double isolation interne et externe.
    Ne pas publier.

  14. bonjour, Le chauffage électrique est surtour valable pour les logements de petites surfaces, genre studio, T1, T1bis, soit moins de 40 m2.
    Certains studios font à peine 20 m2, avoir une chaudière à gaz pour une telle surface n’est même pas raisonnable. En plus on a les même frais d’entretien pour la chaudière et un abonnement au gaz en plus de l’abonnement électrique. Un abonnement pour chauffage au gaz coûte environ 10 euros mensuel, soit 120 euros par an. L’entretien obligatoire de la chaudière coûte au minimum 80 euros (que ce soit pour un petit logement ou pour une maison de 150 ou 200 m2. Donc on a déjà 200 euros de frais fixe sans parler de la conso, autrement dit si on évite ces frais, on chauffe presque un studio de 20m2.
    De plus en copropriété, on ne peut pas choisir son énergie. A la rigueur, on peut abandonner le gaz pour passer à l’électrique, mais pas l’inverse si l’immeuble n’a pas d’alimentation gaz.
    De plus en location, les locataires rechignent à faire l’entretien obligatoire, c’est un vrai problème.

    Donc, les voeux pieux de nos gouvernants, c’est très bien…

  15. d’accoord avec tous. Et j’ajoute au témoignage de Daniel que se chauffer en ville dans 1 immeuble collectif ou pas , où les cheminées n’existent pas, c’est très difficile d’opter pour autre chose (gaz ou bois).

  16. On nous reparle de chasse au gaspi. Bien entendu l’énergie est chère et produite de façon totalement irrationnelle, surtout en France, puisque basé essentiellement sur le nucléaire, qui a été développé car il fallait trouver une filière uranium pour fabriquer “notre” bombinette atomique franco-françaisse ….
    Avant de parler au consommateur lambda de faire des économies d’énergie, ne serait-il pas plus judicieux d’imposer aux “services publics” de montrer le bon exemple : arrêter d’illuminer les villes et les routes comme en plein jour, et ceci toute la nuit. La gabegie électrique des guirlandes de noël me fait hurler elle aussi tous les ans.
    On nous parle par ailleurs de voitures électriques à recharger sur le réseau : autre ânerie, puisqu’il faut du nucléaire pour recharger ces voitures: elles sont donc TRES SALES écologiquement parlant. Même chose pour le bioéthanol, dont le bilan écologique est catastrophique. Et des exemples comme cela il y en a quasi à l’infini.
    LE chauffage au bois serait lui aussi catastrophique si tout le monde s’y mettait. Le gaz et le pétrole ne sont pas inépuisables, le gaz de schiste est une cochonnerie qu’il vaut mieux laisser où il se trouve.
    Etc etc…..
    LE jour où les lobbys nucléaires et pétroliers décideront de se “recycler” dans des études sur les VRAIES énergies propres à développer au stade industriel, la donne du problème changera. Pas avant !

  17. Je me chauffe désormais à l’électricité depuis 3 ans. J’ai abandonné le chauffage au gaz suite aux augmentations successives opérées par GDF qui ont fait que je paierais le m3 de gaz 50% plus cher qu’en 2009. Pourtant, depuis le recours au chauffage électrique, ma facture globale d’énergie n’a augmenté que de 15% par rapport à celle de 2009. Le choix du type de chauffage en est la raison car je n’ai pas fait de travaux d’isolation. Pour le séjour-cuisine de 25 m², j’ai choisi un grand miroir chauffant qui ne consomme que 1100w mais iradie de ses rayons jusqu’à 9 m comme des rayons solaires…j’en suis extrèmement satisfait. Dans le couloir, un radiateur 700w à inertie (huile) et dans les 3 chambres de 10 m² un convecteur à régulation électronique sur horloge de programmation, dans la salle de bain : un soufflant et un sèche-serviette à fluide caloriporteur de 750w. Je chauffe le séjour et les chambre à 20° et diminue de 4° la nuit ou en absence. Ma facture énergétique est de 1200 € par an pour 90 m². La maison date de 1988, isolation polistyrène 10 + 1… ma facture est entièrement payée par les 20 m² de panneaux solaires installés sur le toit depuis janvier 2010… comment faire mieux ?…

    • bonjour Marty38
      je cherche actuellement un chauffage pour une grande vieille maison
      votre idée est à creuser
      des infos supplémentaires svp, marques, modèles, fournisseurs…
      merci

  18. Le choix de son mode de chauffage est possible pour l’habitat individuel. Pour ce qui est de l’habitat collectif, tout est déjà choisi et en place quand on emménage. La seule latitude qui reste aux occupants est, éventuellement, de remplacer la chaudière individuelle au gaz par des radiateurs électriques.
    Et je ne parle pas des appartements surchauffés malgré les radiateurs éteints, simplement chauffés par les tuyaux d’eau bouillante qui les traversent pour chauffer péniblement les étages supérieurs…
    Pas glop tout ça !

  19. En se référant strictement aux données contenues dans cet article, le chauffage électrique apparaît comme une aberration, mais il y a un très grand oublié : la POMPE A CHALEUR et surtout géothermique (capteurs horizontaux à plus d’un mètre de profondeur) ! Quel dommage !
    Outre la publicité qu’on devrait en faire et au niveau officiel, on devrait imposer aux nouvelles constructions qui sont réalisé sur un terrain dégagé de plus de 15 ares de se doter d’un système PAC.

    Je suis basé en Belgique où l’utilisation de l’électricité pour une pompe à chaleur (PAC) ne fait pas l’objet d’un dégrèvement de prix comme pour le chauffage électrique traditionnel, alors que la PAC est électrique ! Cherchez l’erreur !
    Depuis que ma pompe à chaleur est installée (début février 2012) et qui a remplacé complètement notre chaudière au fuel, elle a produit en kWh plus du quadruple de ce qu’elle consomme ; si nous n’avions pas un suiveur photovoltaïque qui nous rend complètement indépendant énergétiquement, le coût en énergie aurait été divisé plus que par trois !

    On promotionne trop peu l’autonomie énergétique comme pourtant nous sommes arrivé à l’atteindre et ce grâce à l’électricité. De plus, l’amortissement total de notre combinaison suiveur/PAC sera effectué en moins de 5 ANS ! : c’est en moyenne plus de 4.500€ annuels de gagnés tout en y ajoutant plus de 4.300€ de certificats verts (reçus durant 15 ans).
    Après 5 ans, nous engrangerons un revenu réel durant 10 ans de plus de 9.800 € (bien plus encore vu l’évolution du coût de l’énergie) ! Ensuite, un revenu annuel de 4.500€

  20. Il n’est sans doute pas toujours “optimal” d’opter pour un chauffage électrique; mais votre article ne devrait pas omettre de mentionner que :

    1) Les nouvelles Règlementations Thermiques contraignent fortement les solutions électriques (le fameux ratio de consommation d’énergie au M2 est exprimé en énergie primaire): la part du chauffage électrique dans le neuf est donc plutôt en décroissance

    2) La pointe n’est liée qu’en partie au chauffage électrique : il faut rappeler que le chauffage électrique est une des causes de la pointe saisonnière (et pas journalière) en général couverte par les moyens de semi-base; sauf effectivement dans les situations climatiques extrêmes ou des moyens de pointe doivent être sollicités pour répondre aux besoins de chauffage

    Il me semble par ailleurs assez peu juste de critiquer la subvention des clients du chauffage électrique par les autres clients : cela revient à dire qu’il est anormal que la vente d’un produit se fasse à un prix moyen d’autant plus faible que le volume acheté est grand. On peut dans ce cas également critiquer la subvention des gros mangeurs de yaourt par celle des petits ?

    Au lieu donc de monter les consommateurs les uns contre les autres, il faudrait peut-être regarder les solutions d’intérêt commune : faire des réserves de chauffage électrique un gisement privilégié pour l’effacement diffus par exemple ?

  21. Un radiateur électrique a un rendement de 100% quelque soit sont prix et son mode de construction, c’est un non sens de prétendre le contraire.

    • 100% est 1 peuprésomptueux, non?

Moi aussi je donne mon avis