Mal des transports : que faire si mon enfant est malade en voiture ?

Le mal des transports touche bon nombre d’adultes, mais également nos enfants. Il les épuise et nous inquiète. Voici quelques conseils pour les soulager.

Rédigé par Kathy, le 10 Jul 2019, à 19 h 00 min

Les enfants sont ravis de prendre la route des vacances ! Malheureusement, ce qu’on appelle la cinépathie, ou plus communément le mal des transports, touche bon nombre d’enfants. Voici quelques points à vérifier pour partir avec plus de sérénité.

Quelques conseils pour ceux qui ont (tout ?) essayé contre le mal des transports

Le mal des transports ne touche pas que les enfants, mais ceux-ci sont particulièrement touchés par ce souci. Chacun y va de ses astuces : les bracelets d’acupuncture, les médicaments, tout y passe. Seulement voilà, ça ne marche que rarement. Alors, que faire contre le mal des transports chez l’enfant ?

Si le mal est fait, et que votre enfant est bien malade, on mise sur les mêmes méthodes que pour un adulte et on peut se tourner vers la phytothérapie et les huiles essentielles contre le mal des transports.

Est-ce vraiment impossible d’éviter le mal des transports ?

C’est une problématique relativement bénigne : les nausées, les sueurs froides, une sensation de mal-être et des vomissements éventuels. Rien de bien grave, seulement voilà : cet état fatigue vraiment votre enfant et vous préoccupe.

Il n’est pas toujours simple de résoudre le problème : il faudrait déjà identifier la ou les sources. Problème : le mal des transports est souvent la conséquence de plusieurs facteurs cumulés. Tentons de déconstruire chaque étape.

On évite de rouler brusquement

Dans un premier temps, on vérifie l’itinéraire. Si on ne peut pas éviter les lacets en haute montagne qui donneront probablement des nausées à toute la famille, on essaye de prendre les virages plus doucement et d’accélérer et freiner de la même manière. Si possible, mieux vaut prendre un autre itinéraire quitte à rallonger légèrement le temps de trajet.

Cas particulier : si votre enfant a d’autres soucis liés à l’équilibre, peut-être est-ce un problème plus général d’oreille interne ? Dans ce cas, cela vaut le coup de consulter.

En attendant, on évite la conduite brusque pour préserver tant que possible cet équilibre fragile. N’hésitez pas à faire des pauses pour que la route soit plus fluide.

L’air de la voiture doit également être respirable : on ne fume pas dans la voiture, et on pense à aérer régulièrement. D’une manière générale on évite les odeurs fortes comme les parfums qui favorisent les nausées.

Rassurez votre enfant

Le mal des transports a des causes physiques, à n’en pas douter, mais il est important de discuter ouvertement avec votre enfant. Il s’agit notamment de le rassurer sur ce qu’il vit, mais également d’instaurer un climat serein.

Il y a de fortes chance qu’il ressente angoisse et stress, y compris les vôtres par procuration dans des grands départs. Et ce aussi bien pour les bagages que dans les bouchons.

mal des transports enfant

Le mal des transports va parfois de pair avec l’anxiété et la fatigue – © Elena Stepanova

Être serein signifie également avoir passé une bonne nuit de sommeil. Veillez tant que possible à ce que votre enfant dorme paisiblement les jours précédant le départ et spécialement la veille.

Faut-il manger si on a le mal des transports ?

À moins que votre enfant ait vomi avant de prendre la voiture, il vaut mieux paradoxalement manger correctement. Misez sur des aliments très digestes. On oublie le gras, les produits laitiers, les boissons gazeuses.

On préfère au contraire miser sur des aliments assez bruts et le moins transformés possible, et éviter tout ce qui a déjà pu rendre votre enfant malade.

Ce ne doit pas être une punition : préparez un repas qui sera aussi apprécié que digeste. Essayez d’attendre un peu après le repas avant de prendre la route. Pendant le voyage, pensez à faire boire tout le monde et prévoyez des collations comme des biscuits secs.

Que manger contre le mal des transports ?

Juste avant le voyage et en voiture, on évite : tous les aliments trop gras, le chocolat, les produits laitiers, le jus d’orange, qui favorisent les nausées.

On peut compter sur certains fruits comme l’abricot frais, et la pomme aux vertus antibactériennes. Certains légumes bien digestes comme la carotte seront bien indiqués.

Des bonbons à la menthe améliorent généralement les nausées.

Occupez votre enfant !

Les avis divergent en ce qui concerne l’extérieur. Certains considèrent qu’il vaut mieux regarder vers l’extérieur y compris de manière latérale. D’autres soutiennent qu’il ne faut regarder que vers l’horizon. Pour cela, si vous n’avez qu’un enfant à l’arrière, installez le siège au milieu.

mal des transports enfant

Petite astuce pour bonne efficacité : si possible, installer le siège de l’enfant au milieu de la banquette arrière – © Odua Images

Il faut en tout cas éviter de fixer des objets trop longtemps donc on oublie la lecture dans la voiture.

Quoi qu’il en soit, il est toujours bon de prévoir des activités en famille. Vous pouvez miser sur des jeux simples comme des devinettes, des charades, ou tout simplement écouter de la musique ou des podcasts qui peuvent l’intéresser.

En tant que parent, difficile de trouver des astuces efficaces contre le mal des transports – © Daniel Jedzura
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Kathy a rejoint consoGlobe en 2012 alors qu'elle cherchait des informations pratiques pour rendre sa maison plus durable et l'entretenir naturellement....

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis