Objectif ‘Zéro mégot’ à Bordeaux

Face à l’habitude des Français de jeter leurs mégots par terre et devant l’absence de cendriers dans les espaces publics, une association a trouvé une solution. 47 cendriers viennent d’être posés par l’association ÉcoMégot dans un quartier de Bordeaux.

Rédigé par Anton Kunin, le 12 Feb 2018, à 9 h 40 min

Les habitants et les personnes de passage sur la rive droite de la Garonne, à Bordeaux, peuvent désormais jeter leurs mégots dans des cendriers spécialement prévus à cet effet.

35 tonnes de mégots sont collectées chaque année à Bordeaux

La France est un grand pays de fumeurs, et pourtant, dans les rues, les cendriers se comptent sur les doigts d’une main. Résultat : les fumeurs jettent leurs mégots par terre. Rien qu’à Bordeaux, ce sont 200 millions de mégots, soit 35 tonnes, qui finissent chaque année sur les trottoirs. Le phénomène est particulièrement marqué sur la place Stalingrad, où 250.000 mégots sont collectés chaque année, selon la mairie.

Pour offrir une solution aux Bordelais, une association vient d’installer 47 cendriers dans le quartier de la Bastide, dont 28 aux alentours des arrêts de tram et 19 sur la voie publique, « près les lieux de passage ou de fixation ». Et l’histoire ne s’arrête pas là, puisque l’association s’occupe également de la maintenance de ces cendriers, de la collecte des mégots (réalisée à vélo), du stockage et du tri, ainsi que de leur « seconde vie » (transformation en plastique ou valorisation énergétique).

Lire aussi : À Castres, on récupère les mégots pour les recycler

Un mégot met 12 ans pour se dégrader

Chaque année en France, 40 milliards de mégots sont jetés par terre, fait savoir l’association ÉcoMégot. Et pourtant, il s’agit d’un déchet très nocif. Un mégot met 12 ans à se dégrader en milieu naturel, libérant 2.500 substances chimiques différentes. Jeté dans l’eau, un seul mégot peut polluer jusqu’à 500 litres. Enfin, les mégots sont à l’origine de 16 % des départs d’incendie.

En plus d’oeuvrer à la minimisation de l’impact négatif sur l’environnement, ÉcoMégot contribue à l’insertion des personnes éloignées de l’emploi. Ses collecteurs de mégots se voient proposer un plan de formation, un tutorat et un accompagnement socioprofessionnel pour lever les freins à l’emploi. Après avoir fait ses preuves à Bordeaux, ÉcoMégot compte proposer sa solution à d’autres communes de France.

Illustration bannière : Mégot par terre – © Gertjan Hooijer
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis