Comment lutter contre la chenille processionnaire du pin ?

La chenille processionnaire du pin cause des dégâts depuis bien des années en France et ailleurs. Comme pour beaucoup d’espèces invasives de nombreuses techniques sont désormais utilisées pour lutter contre la chenille processionnaire du pin.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 4 May 2019, à 10 h 15 min

Avec un printemps désormais bien installé, les chenilles processionnaires du pin sont de sortie. Leur impact sur bien des essences de pins, d’où leur nom, va à nouveau se faire ressentir avec des ravages parfois fatals pour les arbres. Plusieurs moyens de lutte contre la chenille processionnaire du pin existent désormais, notamment celui de favoriser ses prédateurs.

Qui est la chenille processionnaire du pin ?

La chenille processionnaire du pin est un lépidoptère, un de ces papillons qui nous rendent tellement de services ! À ceci près qu’ici, la chenille de ce papillon est un vrai problème pour nos forêts de pins et ce déjà sur une bonne partie du territoire.

chenille processionnaire

Gros plan de la face d’une chenille processionnaire du pin © Bahadir Yeniceri

Thaumetopoea pityocampa – c’est là son petit nom scientifique, progresse en grande partie grâce à nos plantations de pins qui, pour beaucoup, bordent autoroutes et nationales, proposant un véritable boulevard pour les déplacements de cette chenille.

Plus important concernant cet animal est le fait qu’il est un réel indicateur du réchauffement climatique. En effet, rien de particulier ne l’a ramené dans nos contrées et rien en particulier ne lui permet de s’adapter si ce n’est… l’augmentation des températures. S’il faisait toujours aussi froid qu’il y a trente ans, nous n’aurions aucun souci avec cet animal.

La chenille processionnaire du pin a un moyen de défense aussi simple que particulièrement efficace : elle est urticante.

Cette caractéristique est à prendre en considération avec beaucoup de précaution, surtout pour ce qui est de nos animaux domestiques. Chat, chevaux et autres chiens peuvent vraiment y perdre à venir voir de trop près ces chenilles. Un chien donnant un mauvais coup de langue, par exemple, peut aller jusqu’à en perdre sa langue s’il n’est pas soigné efficacement et rapidement.

Quels sont les moyens de lutte contre la chenille processionnaire du pin ?

Il existe plusieurs moyens plus ou moins efficaces contre la chenille processionnaire du pin.

Le piégeage

Retenons que l’utilisation de pièges est compliquée quand il s’agit de lutter contre une espèce invasive à l’échelle d’un territoire.

Un piège, quel que soit l’efficacité de son mécanisme, doit être relevé, nettoyé, « réarmé » ce qui implique non seulement un investissement de départ important, mais aussi un entretien en routine qui est très coûteux quand on parle de centaines voire de milliers de pièges.

chenille processionnaire

Nid de processionnaires du pin © Maksimilian

La lutte biologique

Un bactérie appelée Bacillus thuringiensis produit ce que l’on appelle une biotoxine qui permet de lutter activement contre la chenille processionnaire du pin (mais aussi contre la pyrale du buis) en infectant son système digestif. On peut trouver plusieurs produits qui permettent de lutter contre la chenille processionnaire du pin, basés sur cette bactérie, qu’il suffit alors de pulvériser sur les pins infestés.

S’il s’agit là d’un moyen de lutte biologique contre la chenille, bien plus rares, voire inexistantes, sont les études de terrains qui ont quantifié l’impact de l’utilisation à grande échelle de ce bacille. Personne n’est en capacité de dire, à l’heure actuelle, s’il ne risque pas de perturber d’autres équilibres écosystémiques en marge de la processionnaire et de ses pins…

La lutte intégrée

Les espèces exotiques envahissantes (EEE) font l’objet de plus en plus d’attention dans un monde en constante mutation et à la biodiversité sans cesse malmenée ou déstabilisée. La chenille processionnaire du pin, d’originaire méditerranéenne et donc pas tout à fait exotique, est pourtant particulièrement inquiétante quant à la place qu’elle prend dans nos écosystèmes.

chenille processionnaire

Papillon adulte de la chenille processionnaire du pin © Protasov AN

Mais à force d’y regarder de plus près il s’avère que cette chenille a des ennemis… Les mésanges ! Ces dernières ne se nourrissent pas forcément des chenilles adultes, mais elles dévorent bon nombre de chenilles encore en développement. Un réel outil aussi naturel qu’efficace pour limiter la pullulation de ce ravageur des pins. Les chauves-souris remplissent d’ailleurs aussi leur part du travail en s’attaquant aux adultes avant qu’ils pondent, la nature a souvent plus de solutions qu’il n’y parait !

Illustration bannière : Chenilles processionnaires du pin en roue pour leur prochain repas © Gonzalo Jara
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis