Quand les petits ne veulent rien manger : la néophobie alimentaire

50% des enfants passent par une phase de néophobie alimentaire, ou refus de goûter de nouveaux aliments. Nos conseils pour éviter la crise de nerfs à table.

Rédigé par Emma, le 23 Jul 2016, à 10 h 40 min

« J’aime pas », « j’en veux pas » : Ces sont les refrains courants des enfants entre deux et six ans quand ils sont à table et qu’on leur présente de nouveaux aliments. Un peu déconcertant – voire décourageant –  pour les parents… Il n’y pas pourtant pas de quoi s’énerver ou se décourager : c’est normal. C’est la phase de néophobie alimentaire.

La peur des nouveaux aliments

Une fois que la découverte de tous les aliments est faite, après la diversification alimentaire à partir de 6-8 mois, puis l’introduction progressive des aliments que le système digestif de l’enfant peut complètement digérer, il y a une phase d’arrêt : c’est la néophobie alimentaire.

Un nouveau comportement alimentaire

La néophobie alimentaire est un sentiment de peur face aux aliments nouveaux  : tout d’un coup, les enfants refusent de goûter un nouvel aliment, et le trouvent systématiquement mauvais quand ils acceptent de le goûter. De plus la néophobie peut aussi se traduire par un refus de manger des aliments déjà connus !

Mais comme il faut bien que l’enfant se nourrisse, il va donc sélectionner certains aliments qu’il acceptera de manger, exclusivement ceux-là, et souvent en grandes quantités, comme s’il n’arrivait plus à respecter sa satiété. Et ce ne sont souvent pas du tout les aliments qui plaisent aux parents…

néophobie enfant

Bref, les enfants deviennent très difficiles à table et les repas peuvent se transformer en cauchemar pour toute la famille !

  • Les aliments qu’ils acceptent de manger : les féculents (pâtes, riz, frites), les gâteaux, le chocolat, les bonbons, les chips… Soit des aliments denses et très énergétiques, sucrés ou salés.
  • Les aliments qu’ils refusent souvent de manger : les fruits et légumes (en quantité et en qualité)

Les signes de la néophobie alimentaire des enfants 

Avant de manger, ces enfants vont tout tout pour éviter de manger :

  • il observe longuement les aliments,
  • il les trie lentement,
  • il les triture,
  • il les sent,
  • il parle, parle, parle… d’autres sujets (pour les plus grands).

S’ils mangent quand même :

  • ils mâchent très longtemps le même aliment,
  • ils le tournent dans la bouche et font des boules avec,
  • ils les recrachent.

Dans le cas des plus petits :

  • ils refusent d’ouvrir la bouche,
  • ils repoussent la cuillère,
  • ils détournent la tête.

Quelles sont les causes de la néophobie ?

On n’a pas encore toutes les réponses pour expliquer ce comportement qui peut être radical chez certains enfants. De nombreuses études en pédiatrie sont toujours d’actualité sur ce sujet.

Les causes peuvent être diverses :

  • La peur d’avoir une mauvaise expérience en goûtant l’aliment nouveau  :

Tout aliment inconnu est potentiellement dangereux à leurs yeux. Les moindres détails peuvent être déclencheurs : même un brin de persil posé sur une purée de pommes de terre précédemment très appréciée peut déclencher cette néophobie.

  • L’âge de l’affirmation de soi :

Entre deux et trois ans, c’est l’âge du « non ». L’enfant s’affirme et cherche à montrer qu’il peut choisir et décider tout seul. Les refus alimentaires participent à cette affirmation de soi, surtout par rapport aux parents. L’enfant acceptera de manger des épinards à la cantine ou chez ses grands-parents, mais pas chez ses parents !

  • La recherche de sécurité :

Paradoxalement, l’enfant a en même temps peur des risques. Les aliments nouveaux sont inconnus et donc une prise de risque que l’enfant juge dangereuse : il s’agit d’un réflexe primaire de la peur de l’empoisonnement que l’enfant développe à un degré plus ou moins poussé.

La néophobie n’est pas un phénomène rare : environ 50 % des enfants la connaissent. Pas d’inquiétude donc pour votre enfant. Elle est très forte vers trois ans et peut durer jusqu’à six ans.

Lire page suivante : les solutions pour éviter la néophobie alimentaire

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

9 commentaires Donnez votre avis
  1. ma fille de 14 ans ne mange que des pates du riz et des frites jamais de legumes ni de viandes ni poisson que faire?

  2. Pffff c’est très dure pour les parents un enfant qui mange pas, mon fils manger de tous jusqu’à c 2ans et puis le caushmare commence depuis sa rentrée à la craiche maintenant il mange rien que des pâtes même pas tous les gâteaux , que les petits princes et les boudoirś, quand je le laisse à la continent je me culpabilise car il mange rien. Je fais quoi, je le force pour aumônier goutter la première boucher?! .

  3. J’ai 13 ans et je suis toujours néophobe. Je ne mange que du riz, des pâtes, des crêpes, gaufres et donuts (exclusivement avec de la pâte à tartiner, du sucre ou du cacao). Quand on me force à manger quelque chose, je mange, mais je revomis immédiatement(accessoirement sur la personne qui m’a forcée à manger…). Si on me donne à manger quelque chose que je n’aime pas, je peux rester devant mon assiette sans manger ni même toucher à mon assiette. Est-ce normal ?

    • Moi aussi j’ai j’ai 13 ans et je suis comme toi…

  4. c’est donc entre 3 et 6ans que l’humain tente inexorablement de survivre à l’intoxication alimentaire de produits nocifs pour son corps, tel que:
    – le sel
    – le sucre raffiné
    – le gluten
    – les additifs alimentaires (dont l’aspartame et le glutamate)
    – les protéines animales (ça, il sera déjà, malheureusement, habitué au préalable)
    – etc.

    soyons fiers de nos enfants!

  5. quand mes enfants étaient petits, pour leur faire manger certains légumes je les présentais en gratin et soupe, et si le temps manquait, j’ajoutais systématiquement du fromage dessus (parmesan, gruyère, kiri..).
    Bien sur ça masquait un peu le goût, mais en grandissant ils sont arrivés à se passer du fromage.

  6. Une astuce qui fonctionne bien aussi, c’est d’insister un peu pour que l’enfant goûte, tout en lui donnant la possibilité de cracher, s’il n’aime pas.
    Franchement, avec cette possibilité supplémentaire, les enfants acceptent presque systématiquement.
    Ensuite, eh bien, s’ils n’aiment pas, c’est une affaire de goût, ou de cuisinière. Et ça, je crois que ça se respecte.
    Il est important aussi de leur expliquer que l’aliment, selon sa variété, sa provenance et la façon dont il est préparé, peut être délicieux ou… répugnant, et qu’il est intéressant de tester, avant de refuser.

  7. Comme pour le commentaire précédent, ma fille de 14 ans est toujours néophobe et c’est un sujet de conversation dans la famille même si on n’insiste pas trop pour que cela ne devienne pas un trouble alimentaire ou un sujet trop tendu. Elle a commencé à manger quand son frère aîné était dans l’âge du “non” et refusait tous les aliments, du coup, très influencée par son frère, la nourriture lui faisait réellement peur! Aujourd’hui cela ne change pas, elle vomit avant de mettre l’aliment qui lui déplaît dans la bouche donc on ne peut la forcer à goûter! On ne voir pas comment cela va passer.

  8. Mon fils de bientôt 13 ans est toujours nénophobe et ne mange jamais ni légumes ni fruits autres que la banane

Moi aussi je donne mon avis