Des découvertes de poids sur les gênes responsables de l’obésité et des ruptures d’anévrisme

Des chercheurs français ont découvert les gènes responsables de l’obésité chez les enfants et celui à l’origine des ruptures d’anévrisme. Des avancées scientifiques de taille qui pourraient changer la vie de milliers d’individus.

Rédigé par MEWJ79, le 11 Jan 2018, à 12 h 35 min

À Lille, les chercheurs ont démontré que l’obésité de l’enfant peut être la conséquence d’une anomalie présente au sein du génome. À Nantes, des scientifiques ont eux découvert qu’une mutation génétique serait à l’origine des ruptures d’anévrisme.

Le gène responsable de l’obésité chez les enfants a été découvert

Le centre spécialisé de l’obésité (CSO) du CHRU de Lille a pris le pari de soigner l’obésité, reconnue comme une maladie depuis 1996 par l’Organisation mondiale de la santé, sans passer obligatoirement par une opération chirurgicale. Et il semble que ce pari est gagnant.

Ainsi, avec d’autres chercheurs, ils ont récemment découvert le gène responsable de l’obésité chez l’enfant. Trois études, publiées dans la revue scientifique Nature Genetics, ont mis en lumière le fait que l’obésité de l’enfant peut être la conséquence d’une anomalie présente au sein du génome. Le gène impliqué se nomme Adenyl Cyclase 3 (ADCY3).

découverte, obésité, anévrisme

© iko

Dans un communiqué, l’Institut européen de génomique sur le diabète (EGID) basé à Lille explique :  « ce gène produit une enzyme dont le rôle est de dégrader une molécule pour la transformer en un métabolite contrôlant l’appétit dans le cerveau et les dépenses énergétiques dans le tissu adipeux ».

Alors qu’environ 10 % des enfants seraient obèses en France, pour le professeur Philippe Froguel, directeur de recherche à l’EGID,  « on estime que pour au moins 5 % d’entre eux, une anomalie génétique détraque le phénomène de satiété après avoir mangé ». La découverte du gène ADCY3 est une aubaine pour le professeur Froguel. Le médecin français conclut : « On ne sait pas quoi faire des enfants obèses : les régimes marchent mal et la chirurgie provoque des effets secondaires. On peut imaginer un médicament pour réguler l’activité de ce gène. »

Lire aussi : L’obésité reste stable en France alors que la maigreur augmente

Le gène responsable de l’anévrisme serait dû à une mutation génétique

Direction l’ouest, où à Nantes, c’est le gène responsable de l’anévrisme qui a été découvert. Les équipes de recherche de l’Institut du thorax, en collaboration avec le CHU de Nantes et l’Inserm, ont analysé l’ADN des membres de plusieurs familles présentant cette hernie de la paroi des artères du cerveau. Ils ont alors mis en lumière une mutation génétique commune.

Les chercheurs expliquent ainsi à Ouest France  : « Chez les personnes concernées, la rupture d’anévrisme provoque une hémorragie autour du cerveau, plus ou moins importante, dont les conséquences peuvent être souvent très graves ». Et il s’agit d’une véritable avancée scientifique, puisqu’en France, 3 % de la population présentent cette malformation, et plus de 100.000 décès par an sont imputables à cette rupture.

Découvrez le nombre de nouveaux obèses en Europe sur le Planetoscope

Mais jusqu’à aujourd’hui, aucun moyen n’avait encore été trouvé pour éviter la rupture d’anévrisme. Les chercheurs insistent donc sur l’importance de cette découverte et déclarent au quotidien régional : « La mesure de l’activité de cette protéine, présente dans le sang, pourrait donc offrir la possibilité d’une détection simple et précoce des anévrismes intracrâniens et une évaluation du risque de rupture. »

Preuve de la valeur de cette étude, elle a été publiée dans une revue scientifique de renom, The American Journal of Human Genetics. Un brevet a également été déposé. Au final, il sera possible à l’avenir d’établir un diagnostic plus simple et plus précoce à partir d’un test sanguin pour les cas où la maladie serait génétique, et concrètement, de prévenir les ruptures d’anévrisme.

Illustration bannière : Les gênes à l’origine de l’obésité et des ruptures d’anévrisme ont été identifiés © ESB Professional
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis