Estime de soi : les règles peuvent-elles être vécues avec bonheur ?

À l’occasion de la ‘Menstrual Hygiene Day’, le 28 mai, Johanna Medvey, blogueuse et illustratrice, revient pour consoGlobe.com sur cette expérience très intime que sont les règles : pourraient-elles être vécues plus simplement, plus ouvertement, avec moins de tabou ?

Rédigé par Johanna Medvey, le 28 May 2017, à 8 h 00 min

Si vous regardez autour de vous alors que vous lisez ceci, vous verrez probablement plusieurs femmes qui vivent leurs règles à ce moment même. Mais vous n’en saurez rien. Pourquoi cache-t-on les règles ?

Nous vivons dans une partie du monde où une large gamme de produits d’hygiène menstruelle sont disponibles et chacun peut faire face à son saignement mensuel d’une manière privée et non exigeante. Des millions de femmes dans le monde n’ont pas ce luxe. Les produits d’hygiène féminine ne sont pas disponibles, les femmes n’ont pas accès à des installations sanitaires, voire même simplement à de l’eau potable. De plus, elles sont généralement contraintes par des tabous culturels pendant les règles. Le 28 mai, connu sous le nom de Journée d’Hygiène Menstruelle, vise précisément à sensibiliser à ces défis et à leur trouver des solutions.

les règles Johanna Medvey

Illustration © Johanna Medvey

La deuxième raison pour laquelle vous ne savez pas que quelqu’un dans votre entourage a ses règles est que le monde occidental a pratiquement rendu les menstruations invisibles. Nous traitons celles-ci comme un simple phénomène biologique, qui ne mérite pas d’être mentionné au-delà des publicités sanitaires ou des inconvénients qui accompagnent souvent le saignement.

Ne pas avoir honte de ses règles

Nous, les femmes, avons tendance à investir une grande partie de notre énergie dans la dissimulation qu’une fois par mois, pendant plusieurs jours, nous saignons. Comme si, à bien des égards, il était plus facile de s’adapter dans un monde d’hommes si on ne remarquait pas que nous avons nos règles.

Les anti-douleurs et les tampons modernes nous permettent de passer ces jours-là comme si de rien n’était. Nous n’avons même pas besoin d’entrer en contact avec notre sang. Et certaines décident même d’éradiquer complètement leurs règles en prenant continuellement des contraceptifs hormonaux.

Malgré le fait que celles-ci sont une réalité pour environ la moitié de l’humanité, la menstruation est un sujet que la plupart d’entre nous évitons. Cependant, une certaine école de pensée fait valoir qu’ignorer nos règles et ne pas faire honneur à notre cycle interne pourrait être l’une des principales causes des syndromes associés à nos règles et pourrait même expliquer certains problèmes d’estime de soi des femmes.

Mon sang est de l’or

Le livre de Lara Owen, “Her Blood is Gold” est un livre entièrement dédié à rappeler aux femmes les aspects positifs de la menstruation et, dans les mots de l’auteur, à “réveiller la sagesse de la menstruation“.

Dans ce travail rafraîchissant et inhabituel, l’auteur partage ses luttes passées, physiques et émotives, liées à la menstruation et à la transformation qu’elle a traversée une fois qu’elle a commencé à honorer son cycle. Elle explique que la façon dont nous percevons nos règles est culturellement construite.

Elle explore des exemples de communautés qui ont avec celles-ci un rapport beaucoup plus positif que le monde occidental. Sa liste d’exemples est une véritable source d’inspiration pour prendre du recul quelques instants et se demander : est-ce que nous vivons nos règles de la bonne manière ? Est-ce que prétendre que mes règles n’existent me convient vraiment ?

Essayer de prétendre que notre cycle menstruel n’existe pas est le déni d’un aspect très important de la réalité féminine.

 

Le livre est un guide pratique et détaillé pour apprendre comment envisager ses règles comme un temps naturel pour l’introspection, l’évaluation, la clarté et la préparation des prochaines semaines et pour prendre conscience des bénéfices que cette approche différente peut avoir dans nos vies.

Bien vivre ses règles pour mieux s’estimer

Selon Owen, tant que l’utérus et les règles sont considérés comme une nécessité biologique inconfortable, les femmes se privent d’une sagesse importante et leur estime d’elle-même est en conséquence faible. La valeur que nous donnons aux règles est directement corrélée à la valeur que nous (et la société) nous donnons en tant que femmes. Essayer de prétendre que notre cycle menstruel n’existe pas est le déni d’un aspect très important de la réalité féminine.

Owen fait valoir que la valorisation du changement cyclique des sentiments et des sensations corporelles peut aider à réduire la douleur, permettre aux femmes d’exploiter leur créativité et même accéder à ce qu’elle appelle « une énergie sacrée ».

Lire page suivante : Les règles d’Owen pour bien vivre ses règles

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Johanna est illustratrice freelance. Basée à Bruxelles, mariée à un Français, hongroise, blogueuse, elle est passionnée de politique environnementale en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis