Alcool : bientôt la fin des gueules de bois ?

Un scientifique britannique affirme que l’alcool synthétique, qui permet d’être grisé sans ressentir les effets indésirables de l’alcool, pourrait entraîner la fin du vin, de la bière et autres spiritueux, d’ici dix à vingt ans.

Rédigé par MEWJ79, le 19 Dec 2017, à 10 h 25 min

Selon David Nutt, professeur à l’Imperial College de Londres, l’alcool de synthèse devrait remplacer l’alcool traditionnel d’ici vingt ans. Ce scientifique prétend que les effets de sa boisson, l’alcosynth, dureraient environ deux heures et se dissiperaient sans effets secondaires.

L’alcool synthétique, sans effet nocif, pourrait remplacer l’alcool classique

Du vin à la bière en passant par les liqueurs, l’alcool pourrait bien être en voie de disparition. Selon les prédictions d’un professeur de la prestigieuse université londonienne Imperial College, les générations futures pourraient donc être sobres. « D’ici 10 ou 20 ans, les gens ne boiront plus d’alcool à part lors de rares occasions », a déclaré David Nutt le 14 novembre dernier. À l’origine de ce présage, l’alcool synthétique. Une boisson miracle, garantie sans gueule de bois, qui propose de remplacer l’alcool traditionnel en évitant ses dégâts nocifs sur la santé. Imitant les effets populaires et appréciés de l’alcool classique, l’alcosynth pourrait bien devenir « la boisson préférée des sociétés occidentales d’ici dix ou vingt ans », affirme le professeur.

Découvrez les chiffres des décès dus à l’alcool en France sur le Planetoscope

Il y a un an, dans le journal The Independent, le scientifique britannique précisait que le goût des deux molécules d’alcool de synthèse révolutionnaire se situent entre le whisky et le gin[/source]http://www.independent.co.uk/life-style/health-and-families/health-news/hangover-free-alcohol-david-nutt-alcosynth-nhs-postive-effects-benzodiazepine-guy-bentley-a7324076.html[/source]. « On versera de l’alcosynth dans votre cocktail et vous profiterez des plaisirs habituels, sans endommager votre foie ou votre coeur. Ces deux molécules de synthèse seront parfaites pour les mojitos par exemple. L’une est assez insipide, l’autre a un goût plus amer ». Les effets de sa boisson dureraient environ deux heures et se dissiperaient sans effets secondaires. Interrogé par la BBC, David Nutt ajoute que sa molécule ne permettrait pas d’être totalement ivre, limitant de fait l’alcoolisation, même à haute dose. Il avouait toutefois craindre que son breuvage ne puisse être disponible dans tous les bars avant 2050, les lobbies industriels voyant d’un mauvais oeil son développement(1).

La consommation d’alcool en baisse en France

Pour David Nutt, « remplacer les boissons alcoolisées par une substance inoffensive » – l’alcool synthétique donc – apparaît comme étant « l’une des plus grandes avancées en matière de santé publique de toute l’histoire ». À l’instar du tabac, précise le professeur, convaincu qu’il suffira d’une décennie pour que les cigarettes classiques soient remplacées par leur version électronique. Reste encore à savoir si les effets de synthèse et présumés sans danger de l’alcosynth, conserveront les effets « positifs » connus de l’alcool. À condition de boire avec modération, la boisson pourrait en effet protéger de la démence ou encore améliorer les connaissances en langues étrangères.

alcool

© Everett Collection

Les Français ont-ils senti le vent tourner ? Une chose est sûre, ils ont déjà beaucoup diminué leur consommation durant les dernières décennies. Le niveau de consommation d’alcool en France se situait au début des années 1960 très largement au-dessus de celui observé dans les autres pays européens. À la suite du mouvement de baisse observé au cours des 50 dernières années, la France ne fait plus figure d’exception. Selon le baromètre 2017 de la consommation des boissons alcoolisées(2), l’année 2016 a connu une accélération de la diminution des volumes de -1,8 litre sur un an à (soit une consommation de 70,7 litres par foyer en 2016), tous alcools confondus (vin, bière, spiritueux…). En 2015, les Français avaient acheté en moyenne 72,5 litres d’alcool par foyer contre 73,2 litres en 2014 et 80,7 litres en 2007, soit une baisse de 10 litres depuis 2007.

Illustration bannière : Cocktail © Pressmaster
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Synthétique ou non l’alcool est un poison pour le corps humain
    tous les spécialistes sont d’accord pour le dire
    (sauf ceux qui sont payés par le lobby de l’alcool)
    et moins on en boit mieux on se porte 😉

Moi aussi je donne mon avis