Malgré l’interdiction, des millions de poussins toujours broyés en France en 2023 : pourquoi ?

Malgré la loi prévoyant d’interdire cette pratique à compter du 31 décembre 2022, des millions de poussins mâles seront encore broyés et gazés en 2023… Pour quelles raisons ?

Rédigé par Paul Malo, le 7 Jan 2023, à 9 h 22 min
Malgré l’interdiction, des millions de poussins toujours broyés en France en 2023 : pourquoi ?
Précédent
Suivant

Comme souvent en France, il y a les lois, les principes… et les exceptions. Et cela concerne aussi l’élimination des poussins mâles dans les exploitations agricoles de poules pondeuses.

A quand la fin du broyage et du gazage des poussins mâles ?

À l’origine, la loi prévoyait déjà pour fin 2021 l’interdiction du broyage et du gazage des poussins mâles en France. Puis, il a été décidé d’attendre jusqu’au 31 décembre 2022 pour interdire, dans le pays premier producteur d’oeufs en Europe, le broyage des poussins mâles. Aux producteurs de s’équiper de machines d’ovosexage dans leurs couvoirs.

Ainsi, la loi prévoyait finalement la fin du broyage et du gazage des poussins mâles en France à partir du 1er janvier 2023. Pour autant, le décret d’application de cette loi permet encore des exceptions. Comme l’a constaté l’association L214, cet arrêté précisant les conditions de mise à mort des poussins issus de la filière oeufs confirme que des poussins mâles pourront continuer d’être éliminés à la naissance, par gazage.

Interdiction du broyage et gazage des poussins mâles en 2023

Encore 8,5 millions de poussins tués en 2023

Ainsi, 15 % des poussins, soit 8,5 millions chaque année, continueront d’être tués. Par ailleurs, si l’arrêté met fin au broyage des poussins issus de la filière oeufs, « il continue d’autoriser l’élimination par gazage des poussins issus de poules blanches, utilisés ensuite pour l’alimentation animale ».

Autre limite aux annonces : l’arrêté prévoit également une exception à l’interdiction pour les « poussins issus de souches dont le sexe de l’embryon ne peut pas être déterminé selon une méthode basée sur la différence de couleur des plumes ». Là aussi, cela concerne en fait 15 % des poussins, soit 8,5 millions de poussins par an, selon les calculs de L214. L’association juge « incompréhensible que les poussins issus de poules blanches puissent continuer à être gazés quand on sait que d’autres méthodes existent et sont employées à l’étranger ».

Des poussins mâles broyés et gazés

A lire aussi – La fin du broyage des poussins pour Carrefour et Loué

Des équipements subventionnés par l’État

« C’est la fin annoncée du broyage des poussins mâles », se félicitait le ministère de l’Agriculture en novembre dernier. Il semble que l’affirmation était quelque peu exagérée… Chaque année, ce sont au total 300 millions de poussins mâles qui sont tués au sein de l’Union européenne. Sur ce total, 50 millions le sont rien qu’en France.

On est au final loin du compte, quand il était affirmé que plus aucun poussin mâle destiné à la production des oeufs ne serait éliminé. Pourtant, l’État a subventionné une partie des investissements des couvoirs, à hauteur de 10,5 millions d’euros, sur une dépense totale estimée à 50 millions d’euros pour la filière oeufs française.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. L214 n’avait qu’à financer les 40 millions manquants

Moi aussi je donne mon avis