Grossesse : les femmes trop exposées aux perturbateurs endocriniens

Santé Publique France s’est intéressé à l’exposition des femmes enceintes aux perturbateurs endocriniens. Conclusion : chez presque toutes les femmes, des traces de polluants ont été retrouvées.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 8 Dec 2016, à 11 h 00 min

Les femmes enceintes sont trop exposées aux perturbateurs endocriniens. Ces substances présentes dans de nombreux éléments de notre quotidien peuvent entraver le bon développement de leur enfant.

Trop de polluants autour des femmes enceintes

Alors qu’elles sont particulièrement fragiles durant cette période, les femmes enceintes seraient aujourd’hui gravement exposées aux perturbateurs endocriniens. Une étude inédite menée par Santé Publique France et publiée mercredi 7 décembre montre que le bisphénol A, les phtalates ou encore les pesticides, autant de substances qui peuvent perturber le bon développement de leur enfant.

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de cette étude ont effectué des analyses sur un échantillon représentatif de 4.145 femmes enceintes ayant accouché en 2011 en France. 117 biomarqueurs d’exposition à des polluants organiques de l’environnement ont été dosés dans les prélèvements effectués, tandis que ces femmes ont également été invitées à répondre à un questionnaire portant sur leur mode de vie.

femmes-enceintes

Alimentation, tabac et cosmétiques sont pointés du doigt

« Ce premier volet montre que l’un ou plusieurs des polluants étudiés sont présents chez la quasi-totalité des femmes enceintes incluses dans l’étude », a indiqué Santé Publique France dans les conclusions de ce rapport, notant toutefois que « les concentrations mesurées sont globalement inférieures à celles observées dans les études antérieures françaises et étrangères ».

Cette étude, qui sera complétée par d’autres publications en cours de préparation, note également que les principales sources d’exposition aux polluants mesurés sont les habitudes alimentaires, le tabac, l’utilisation de produits d’hygiène et cosmétiques, l’utilisation domestique de pesticides etc. « Si l’alimentation représente la source principale d’exposition, d’autres sources sont donc également relevées, notamment dans l’air intérieur et extérieur », confirme Santé Publique France.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Au début de votre article vous parler de pesticides ensuite de l’utilisation domestique de pesticides, c’est une nuance importante. Il faut que les citadins (y compris les femmes enceintes et les enfants) comprennent qu’ils sont 100 ou 1000 fois plus (ou encore plus?) exposés aux produits utilisés dans la maison ou directement sur le corps. Et que l’on arrête de diaboliser les agriculteurs qui sont en général associés à ce type de produits. Et chacun de nous peut et est responsable de diminuer les expositions domestiques de tous et avant tout des personnes vulnérables.
    De la part d’un Ingénieur Agronome.

Moi aussi je donne mon avis