Grandir avec des animaux n’est pas forcément bon pour la santé

Si les animaux domestiques peuvent apporter beaucoup de bienfaits aux enfants, ce n’est pas forcément le cas pour ce qui est de leur santé, révèle une étude à grande échelle conduite aux Etats-Unis.

Rédigé par Stephen Boucher, le 16 Aug 2017, à 11 h 34 min

Il a été démontré par le passé que le fait de côtoyer des animaux enfant aidait à réduire le risque d’asthme, et plus généralement, d’allergies. Des “chiens d’éveil” aident aussi des enfants handicapés dans leur éducation. Néanmoins, une étude récemment parue aux Etats-Unis par la Rand Corporation, un think tank spécialisé dans les questions de société, révèle que grandir avec des animaux n’améliore en général ni la santé physique ni la santé mentale des enfants.

Aucune preuve que les enfants issus de familles avec des chiens ou des chats ont une meilleure santé…

La statisticienne Layla Parast, co-signataire des travaux, les plus importants jamais conduits sur le sujet, déclare ainsi : “nous n’avons pu trouver aucune preuve que les enfants issus de familles avec des chiens ou des chats ont une meilleure santé, que ce soit en termes de bien-être mental ou de santé physique”.

enfants grandir avec des animaux santé

BFF… et certainement pas mauvais pour la santé ! © Nestor Rizhniak

Contrairement à des études précédentes portant sur des échantillons de population plus petits, le travail de la Rand Corporation a permis de distinguer entre les différents facteurs du bien-être d’un enfant autres que le fait de posséder un animal de compagnie. (1)

Layla Parast ajoute : “Tout le monde dans l’équipe de recherche a été surpris des résultats. Nous avons tous grandi avec des chiens et des chats. Nous partions tous de l’idée, du fait de nos expériences personnelles, qu’il y avait un lien” entre bien-être et animaux.

Les familles qui ont des animaux sont généralement en meilleure santé, mais quel est le lien de cause à effet ?

L’étude, qui a comparé 2.200 enfants vivant dans des foyers avec au moins un chat ou chien à 3.000 foyers sans, a toutefois constaté que les familles possédant des animaux domestiques étaient, généralement, en meilleure santé et étaient légèrement plus actives.

Elle a aussi souligné que les enfants avec des animaux étaient plus susceptibles de développer un trouble de l’attention, étaient plus obéissants, et que leurs parents avaient tendance à faire moins attention à leurs émotions, leur comportement et leur capacité d’apprentissage.

Bref, des effets contradictoires. Grandir avec des animaux serait-il même mauvais pour le développement ? Les conclusions hâtives dans un sens ou l’autre ne sont pas possibles : il fallait aussi ajuster ces résultats pour tenir du compte du fait qu’une famille qui possède un animal domestique, chien ou chat, n’est pas représentative du reste de la population.

En prenant en compte une centaine de variables, comme le niveau de vie, le type de logement et les capacités linguistiques, le lien entre le fait d’avoir un chien et chat et d’être en meilleure santé n’était plus présent.

Les chercheurs concluent qu’il faudrait désormais mener une étude sur des durées longues. Mais “il est peu probable qu’une telle étude soit financée par qui que ce soit“, regrette Layla Parast.

Illustration bannière Grandir avec des animaux est tout de même un plaisir ! © Alena Valodzkina
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Je vis avec onze chats ils sont ma raison de vivre je les préfère aux humains eux ils ne vous font pas de vacheries
    Honte aux Américains qui ont fait cette étude et a vous de l’a poster sur internet je me désabonne ET NE SOUHAITE PLUS RIEN RECEVOIR DE VOUS il y a de plus en plus d’abandon d’animaux 16 % de plus que l’année dernière
    LES REFUGES SONT SATURES ET TOUS LES JOURS ON EUTHANASIE A TOUR DE BRAS UNE HONTE MAIS DANS QUEL SOCIETE ON VIT ?
    DES BRUTES DES SAUVAGES DES BARBARES DES DEGENERES MENTAUX

  2. Du grand n’importe quoi cette pseudo étude, sans doute financée par ceux qui préfère voir l’humanité malade et violente. Tous les gosses qui vivent près des animaux sont généralement moins sujets à maladies car ils stimulent régulièrement leur défenses immunitaires. Psychologiquement, ils souffrent moins de manque affectif et ils sont responsabilisés, notamment si les parents ne voient pas l’animal comme le souffre douleur de leur moufflet.
    Alors au lieu de publier un article bidon, demandez plutôt à ceux qui vivent ou ont vécu avec des animaux de vous donner leur opinion. Ce serait plus utile…

  3. Bref, cette soi-disant étude dit tout et son contraire, pose des questions et se garde bien d’y répondre. Enfin, elle considère – très scientifiquement – que le manque de preuve (encore faudrait-il la chercher, ce qu’elle ne fait pas !)- conclue que les animaux n’aident en rien les enfants.
    J’ai toujours grandi avec des animaux. Ils faisaient parti de la famille. Aujourd’hui encore, des années après, j’ai des compagnons à quatre pattes et mon grand plaisir est d’être avec eux. Peu importe le reste ! Voilà ce que je sais. Ce que je sais aussi c’est que le fait pour des enfants d’être au contact de bactéries et d’allergènes comme le chien ou le chat peuvent en présenter… les rend plus résistants que les autres enfants que cette étude voudrait peut être voir éduqués dans une grande bulle de verre !
    Il faut arrêter de toujours vouloir apporter des preuves scientifiques à ce qui est observable sur le pas de sa porte, non ?

  4. bonjour,
    Moi aussi depuis ma naissance les animaux ont toujours été présents, d’être née en Afrique et vivant en brousse, j’ai même pu cotoyer des petites espèces sauvages ( genette, nandinier, mangouste..) et depuis je suis émerveillée de ce qu’ils sont. Je ne me lasse jamais de les observer, regarder mon chat qui s’étire au soleil, en me disant ” il me semble heureux, alors je le suis”. Oserver les oiseaux l’hiver, venant chercher les graines de tournesol ( décortiqué, c’est moins de coque dans le jardin ! , venir boire, se disputer entre eux…..Heureusement que nous les avons, ces animaux, parce que je me vois mal en train d’observer mon voisin qui range son garage – rien de passionnant – de plus je serais soupçonnée de “voyeurisme ” ! Pour conclure, mon frère et moi même n’avons jamais été malades, mes trois fils non plus et ils ont toujours vécu avec chats et chiens….alors qu’est ce encore cette stupidité ? Je pense sincèrement que l’Humain devient “con”, il ne sait plus vivre, il ne sait plus accepter l’autre, il ne voit que le “clean ” aseptisé !( en revanche regarder dans les coins de leur habitat, pas toujours reluisant ! dans quel monde vivons nous ?

  5. J’ai grandi et j’ai toujours vécue avec des animaux et ma santé physique et mental va plus que bien et bien plus que ceux qui se foutent éperdument des animaux !
    Est-ce encore une stratégie pour une fois de plus, faire en sorte que nos amis les animaux soient exclu comme ils l’ont toujours été ?
    Arrêtez donc de vouloir sans arrêt mettre de côté et de cracher sur les êtres vivants qui n’ont jamais rien demandé et veulent simplement qu’on leur foute la paix !
    La seule chose néfaste et très très mauvaise pour la santé physique et mental, mais aussi morale, c’est de fréquenter des humains égoïstes, qui n’ont aucune pitié et aucun sens morale envers leur prochain et envers toutes vies sentientes, à bon entendeur…

    • Que je suis d’accord avec vous sur tous les points ! J’ai été élevée avec chiens et chat et mes enfants également et tout le monde est en parfaite santé physique et morale. Votre article est fait pour faire peur aux parents et augmenter les abandons !!!!!

    • entièrement d’accord avec vous

Moi aussi je donne mon avis