Le glyphosate ‘moins cancérogène que la charcuterie’ ? Un sénateur fait scandale

À la veille de la parution d’un rapport d’information sénatorial, les déclarations d’un sénateur de Haute-Garonne sur la non dangerosité du glyphosate irritent les écologistes.

Rédigé par Paul Malo, le 13 May 2019, à 10 h 00 min

Une sortie qui fait très « Monsanto » : pour Pierre Médevielle, sénateur UDI de Haute-Garonne, le glyphosate n’est pas plus dangereux que de manger de la charcuterie…

Saga glyphosate – Un étonnant rapport sénatorial

C’est une opinion personnelle, certes, mais qui fait désordre alors que l’on se dirige vers l’interdiction du glyphosate, ce principe actif du Roundup fabriqué par Monsanto. Et plus encore la semaine où a été dévoilé le fichage des opposants par le géant de la chimie. En effet, un rapport d’informations d’un groupe de sénateurs devrait être rendu public jeudi prochain(1).

Et il devrait mettre en colère les défenseurs de l’environnement. Le député européen José Bové n’hésite d’ailleurs pas à parler de révisionnisme écologique.

Hémicycle du Sénat ©StockphotoVideo / Shutterstock

Lire aussi : Monsanto aurait créé des groupes d’ ‘agriculteurs fantômes’ pour défendre le glyphosate

Dans ce rapport, les sénateurs estimeraient en effet qu’ « aucune étude scientifique ne prouve formellement la cancérogénicité du glyphosate, ni en France, ni en Europe, ni dans le monde ». Pour le sénateur de Haute-Garonne, « ce produit est d’ailleurs moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge qui ne sont pas interdites ». Une surprenante conclusion qui tombe juste au moment où l’on apprend que Monsanto aurait mandaté un cabinet de lobbying pour identifier des politiques et journalistes français hostiles au produit.

Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan, réclame une commission d’enquête parlementaire. Il estime que ce rapport d’informations montre combien le lobby glyphosate est encore très puissant au Parlement. « Et nous savons pertinemment que des scientifiques roulent pour le lobby », estime-t-il.

Lire aussi : Monsanto : peur des pesticides ‘une conspiration française’

Interdit à la vente depuis le 1er janvier dernier

Ce rapport d’informations, qui semble sorti de nulle part, remet en lumière la force du lobbying exercé auprès des élus par les géants de la chimie, tel Monsanto, aujourd’hui propriété de Bayer. Un « fort lobby glyphosate » notamment dénoncé par José Bové dans les colonnes de La Dépêche du midi : « quand certaines personnes affirment que le glyphosate n’est pas dangereux, c’est comme celles qui prétendent que le réchauffement climatique est un fantasme. Ce discours ne tient pas la route ».

Bidons de RoundUp © Sheila Fitzgerald / Shutterstock

Certes, la controverse est tout sauf close autour de ce produit, les uns l’estimant extrêmement dangereux pour la vie humaine, les autres le jugeant sans effet. Pour autant, la vente de ce produit aux particuliers est d’ores et déjà interdite en France depuis le 1er janvier dernier. Le gouvernement a également décidé qu’il serait interdit « dans ses principaux usages » d’ici à 2021 et « pour tous les usages » d’ici à cinq ans.

Illustration bannière : Epandage de pesticides dans un champs – © MrGoSlow
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faudrait lui faire manger et boire que des produits traités au glyphosate et nous on mangerait de la charcuterie….. après quelques années on ferait une belle comparaison !!!!!!

  2. répugnant et dégueulasse , ce sénateur et ses comparses ne méritent que mépris de notre part et qu’une enquête indépendante puisse se pencher sur d’éventuelles connivences entre Monsanto et ce groupe de pieds nickelés

  3. Encore un sénateur qui a dû toucher une belle enveloppe pour écrire ce genre de « connerie »

Moi aussi je donne mon avis