Gel hydroalcoolique et soleil : un cocktail ‘dangereux’

L’utilisation du gel hydroalcoolique en plein soleil cet été représente-t-il un danger pour votre peau ? C’est bien possible…

Rédigé par Paul Malo, le 22 Jun 2020, à 10 h 06 min

Faut-il utiliser le gel hydroalcoolique à la plage, en terrasse ? Certains dermatologues le déconseillent formellement.

L’alcool déshydrate la peau

Qu’est-ce que ce gel, sinon une solution contenant 60 % à 70 % d’éthanol ou d’alcool propylique ? Son usage est fortement conseillé quand on ne dispose ni d’eau ni de savon. Mais alors que la France se déconfine et que les températures d’été sont de retour sur l’Hexagone, faut-il ou non s’en servir avant d’aller s’exposer au soleil sur la plage ?

Avec l’arrivée des beaux jours, le plaisir de prendre le soleil © jpm.foto

Pour l’instant, la Société française des dermatologues n’a pas encore communiqué d’avis officiel sur le fait d’utiliser ou non du gel hydroalcoolique avant de s’exposer au soleil. L’alcool ou l’éthanol ne sont pas en soi photosensibilisants, pas plus que la glycérine. Mais le gel reste sur l’épiderme quand on en étale sur ses mains, et l’alcool tend à déshydrater la peau. L’association du gel et du soleil soumettrait donc les mains à une double menace : l’alcool et les rayons UV du soleil.

À lire aussi – Comment reconnaître un gel hydroalcoolique efficace ?

Des risques de dermite

Le risque est encore plus élevé concernant la peau des enfants, bien plus fine et fragile que celle des adultes. Mieux vaut les concernant privilégier savon et eau froide, et surtout éviter parfums et huiles essentielles, parfois ajoutés dans les gels hydroalcooliques. En terrasse, à la plage, sous le soleil d’une manière générale, les dermatologues soulignent les risques cutanés. Plus largement, leur usage pourrait entraîner des irritations, voire des taches brunes sur la peau.

La peau des enfants plus fragile © Andreas Poertner

Certains utilisateurs peuvent avoir la peau des mains desséchée et irritée à force de s’en servir. Au point de développer parfois une forme d’urticaire, des rougeurs, avec des sensations de brûlure. La barrière protectrice de la peau est en effet littéralement mise à nu par une surutilisation de gel. Les risques de dermite, de brûlure causée par la réaction de l’alcool sur la peau avec le soleil, sont réels. Une fois la peau rouge et irritée, la tâche va prendre une pigmentation marron pouvant durer des années.

Illustration bannière : Les risques cutanés liés à l’utilisation de gel hydroalcoolique sur les mains lorsque l’on s’expose au soleil © Sergey Gerashchenko
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis