Le gaspillage, c’est aussi pour les objets du quotidien

Qui dit gaspillage pense souvent au gaspillage alimentaire. Mais la consommation effrénée d’objets provoque également un gaspillage de ressources énorme.

Rédigé par Pauline Petit, le 9 Oct 2020, à 8 h 00 min

Cadeaux, achats en ligne, soldes, les objets s’entassent dans nos maisons sans que nous en ayons une réelle utilité. L’Ademe estime qu’on possède environ 2,5 tonnes d’objets chez soi. Une consommation effrénée qui n’est pas sans impact sur la planète. En effet, les objets du quotidien, surtout s’ils sont achetés neufs, sont très gourmands en ressources naturelles. Zoom sur un gaspillage méconnu.

Le gaspillage des objets, une vraie préoccupation environnementale

Le gaspillage ne concerne pas seulement les aliments. Habits, high-tech, déco, tous les achats que l’on réalise, parfois de façon impulsive, possèdent un impact sur l’environnement et cachent un gaspillage de ressources méconnu.

L’achat d’objets neufs se répercute de façon multiple sur votre impact carbone : la consommation de carburant pour la livraison de votre objet, souvent fabriqué à l’autre bout du monde, mais aussi les ressources nécessaires pour le produire, et la façon dont il est recyclé (ou non) en fin de vie.
À titre d’exemple, un seul smartphone nécessite 200 kg de matières premières pour être fabriqué ! L’Ademe a réalisé une infographie très complète sur le vrai poids des objets du quotidien, à consulter sur leur site(1).

gaspillage ademe

On ne se rend souvent pas compte du poids des objets du quotidien © Ademe

Le gaspillage d’objets est donc une considérable dépense de ressources, qui sont pour la plupart non renouvelables : pétrole pour les objets en plastique, terres rares pour la high-tech, ou très gourmandes en eau, comme pour les vêtements en coton.

En outre, la consommation effrénée et la succession des modes a son revers : la destruction des invendus. On estime que 630 millions d’objets sont détruits tous les ans par les fabricants, même s’ils sont en bon état(2) ! Un gaspillage indécent en temps de crise sociale et environnementale.

Le gaspillage des objets, c’est donc le comportement de la grande majorité des personnes : un achat d’objets neufs, sans réflexion préalable sur les besoins ; c’est garder des objets inutilisés chez soi, sans réfléchir à leur réparation, leur réutilisation ou leur recyclage en fin de vie.

Comment éviter le gaspillage des objets ?

Heureusement, il est facile d’éviter le gaspillage des objets, qu’il s’agisse de gaspillage vestimentaire, d’objets du quotidien ou d’objets techniques. Cela passe tout d’abord par une réflexion sur l’achat : ai-je réellement besoin d’acheter cet objet ? Cette première réflexion vous évitera bon nombre d’achats inutiles.

Ensuite, vous pouvez donc éviter l’achat d’objets neufs. J’ai besoin d’un objet : suis-je obligé de l’acheter neuf ? Les objets d’occasion, de seconde main ou reconditionnés possèdent un impact sur l’environnement bien moindre que les objets neufs. Il est aujourd’hui facile de consommer d’occasion grâce à certaines initiatives comme Emmaüs, les ressourceries ou des sites Internet comme Le Bon Coin ou Vinted.
Pour vous aider à mieux acheter d’occasion, le réseau Zero Waste a lancé le Défi Rien de Neuf : des milliers de citoyens s’engagent à ne rien acheter de neuf pendant un an. Les membres s’échangent les infos et bons plans pour acheter moins d’objets neufs.

Repenser nos cadeaux fait aussi partie de la démarche : pour les anniversaires, pour Noël, on offre des cadeaux fait maison, immatériels (places de concert…) ou des cadeaux deuxième main : surtout pour les jouets, les enfants ne se soucient pas si un jouet est neuf ou non.

La réduction du gaspillage des objets passe également par une phase minimaliste : on peut se passer de la majorité des objets de notre maison sans ressentir de manque. On fait donc le tri régulièrement chez soi pour se séparer des objets que l’on n’utilise plus. Vos vêtements, meubles et objets déco peuvent trouver d’autres heureux propriétaires ! Revendez donc vos objets sur des sites Internet spécialisés, en vide-grenier, ou donnez-les à des associations caritatives : Emmaüs, la Croix-Rouge, les bennes du Relais

gaspillage vestimentaire

Les vêtements font partie des objets les plus gaspillés © Ventura

Au-delà de nos propres gestes de consommateurs au quotidien, on peut faire évoluer les pratiques des fabricants : avec la pression des mouvements anti-gaspillage, une loi est par exemple en cours d’élaboration pour interdire la destruction des invendus par les chaînes, au même titre que les invendus alimentaires.

On peut également faire connaître notre action autour de nous et appeler à boycotter certains géants de la fast-fashion ou de l’achat en ligne comme Amazon. Au-delà, on peut adhérer à une association contre le gaspillage d’objets, comme Zero Waste, ou se former à la réparation de nos objets du quotidien. On peut tous agir facilement contre le gaspillage des objets !

Illustration bannière : On achète énormément d’objets dont on n’a pas besoin © BrAt82

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis