Gaspillage alimentaire : un magasin Leclerc visé par une action judiciaire

Un magasin Leclerc des Landes a été épinglé par l’avocat à l’origine de loi anti-gaspillage. Dans une poubelle de l’hypermarché, légumes, yaourts, viande et autres viennoiseries encore consommables, avaient été aspergés d’eau de Javel. Le supermarché encourt une amende de 3.750 euros.

Rédigé par MEWJ79, le 5 Feb 2019, à 10 h 10 min

L’avocat à l’origine de la loi Garot qui oblige les magasins à réduire le gaspillage alimentaire, notamment via des dons à des associations, a fait constater par un huissier le contenu d’une poubelle d’un Leclerc : 50 kg de nourriture consommable y ont été trouvés.

Gaspillage alimentaire : un hypermarché Leclerc épinglé

Depuis la loi Garot, entrée en vigueur le 11 février 2016, les points de vente ont pour obligation de réduire et gérer les invendus. En trois ans, 34 % des magasins auraient ainsi initié une politique plus globale pour limiter le remplissage des poubelles et grâce à cela, 10 millions de repas  seraient servis chaque année pour éviter le gaspillage alimentaire.

Mais certains sont hors la loi. C’est ce qu’a voulu dénoncer maître Arash Derambarsh, à l’origine de la loi anti-gaspillage. L’avocat, venu avec son associé Thierry Vallat, a fait constater par un huissier de justice qu’une poubelle de l’hypermarché Leclerc de Mimizan (Landes) était pleine de 50 kg de nourriture consommable(1).

Pour Maître Derambarsh et son associé, bien d’autres grandes surfaces sont concernées par ce type de pratiques © defotoberg / Shutterstock

50 kg de produits consommables aspergés d’eau de Javel

Or, depuis l’entrée en vigueur de la loi, les magasins sont invités à effectuer des dons à des associations. Selon l’avocat, légumes, yaourts, viande, croissants et autres, avaient même été aspergés d’eau de Javel. Le supermarché encourt une amende de 3.750 euros. « Cette action est la première d’une très longue série car nous avons des informations venant de toute la France pour des comportements similaires et nous allons déposer des dizaines de plaintes », affirme Me Thierry Vallat dans les colonnes du Parisien.

Au final, interpellé sur Twitter, Michel-Édouard Leclerc a répondu, confirmant la véracité de l’information mais la jugeant « incompréhensible ». Et de poursuivre : « C’est du laxisme et un non-respect de notre charte ».

Illustration bannière : Poubelle garnie d’aliments – © Speedkingz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Que 3750€ d’amende? Ce sont des clopinettes par rapport à la marge que se fait l’enseigne!

Moi aussi je donne mon avis