Les fourmis dans le potager : anges ou démons ?

Que font les fourmis dans le potager ? Le monde des fourmis est tout simplement incroyable surtout à l’échelle planétaire où la capacité d’adaptation de ces animaux n’est plus à démontrer. À l’échelle de nos potagers cependant, nous pouvons rapidement constater que les fourmis, si elles ne sont pas toujours visibles, sont bien présentes. Mais quel rôle jouent-elles vraiment ?

Rédigé par Julien Hoffmann, le 5 Jun 2019, à 18 h 00 min

Des fourmis dans le potager, cela paraît assez logique. Chaque animal a une place dans un écosystème, peu importe laquelle d’ailleurs. Les fourmis, en l’occurrence, sont des monstres sur le podium de la biomasse, représentant 10 à 20 % de la biomasse terrestre totale avec plusieurs millions de milliards d’individus au total… Sachant cela, mieux vaut y regarder de plus près pour comprendre ce que font les fourmis dans nos potagers.

Les fourmis dans le potager : une question de régime alimentaire

La majorité des fourmis sont omnivores, c’est-à-dire qu’elles vont aussi bien consommer des graines que de la viande. Ce régime alimentaire fait des fourmis une sorte de nettoyeuse infatigable, parcourant des distances conséquentes pour chercher sa nourriture.

fourmis dans le potager

Fourmis dans le potager en train de collecter une graine © Peter Yeeles

Un peu de graine

Dans le cas des fourmis cherchant des graines pour s’alimenter leur rôle dans leur dispersion commence tout juste à être compris et parfois même, utilisé pour renaturer certains espaces naturels qui ont été pollués.

Lire aussi : Insolite : des fourmis pour restaurer un écosystème menacé ?

Un peu de viande

Mais les fourmis consomment également d’autres insectes, chassant régulièrement des animaux vivants comme les chenilles et autres, mais se nourrissant essentiellement de cadavres d’animaux comme ceux des cloportes, des mille-pattes et autres carabes.

Un peu d’élevage

Au potager, les fourmis qui ont le plus d’impact sur la production vont être celles qui littéralement élèvent d’autres animaux pour se nourrir de ce qu’ils produisent. C’est le cas par exemple pour les pucerons ou les cochenilles.

Capables non seulement de défendre contre les auxiliaires de culture les insectes qu’elles élèvent, les fourmis peuvent également emmener leur « troupeau » d’une plante à une autre, quand la nourriture commence à manquer.

Fourmi en train de s’occuper de ses pucerons © Frantisek Dulik

Que faut-il faire en cas de nid de fourmis dans le potager ?

En réalité tout le problème réside dans la résilience d’une colonie de fourmis, c’est-à-dire sa capacité à se remettre de tout ce que vous lui ferez subir pour faire en sorte qu’elle déménage ailleurs. Parce que oui, les fourmis sont tenaces !

Il existe plusieurs astuces si vous cherchez comment se débarrasser des fourmis chez vous, mais dans le cas des fourmis dans le potager ce n’est pas forcément la même histoire. Avant toute chose, prenez en compte qu’il n’est pas forcément utile de lutter contre la fourmilière à tout prix.

Prenez vous le temps d’observer la colonie et de bien voir si une intervention est justifiée. Si besoin est de réellement faire quelque chose…

Traiter le symptôme

Ce n’est pas forcément la solution la plus efficace mais elle a le mérite d’exister. En effet, si vous dérangez – régulièrement – ou tuez les ravageurs qu’elles élèvent pour se nourrir, il y a de fortes chances que les fourmis déménagent.

Vous pouvez ainsi utiliser le savon noir en pulvérisation pour faire en sorte que les pucerons ou les cochenilles n’arrivent pas à rester sur la plante. Une fois tombés au sol sous l’action du savon noir ces ravageurs subiront de lourdes pertes. Oiseaux, coléoptères et autres lézards s’en régaleront jusqu’à ce que les fourmis viennent les défendre correctement et les remonter sur la plante.

Fourmilière en lisière de forêt © Milan Rybar

Il ne vous suffira que de recommencer jusqu’à ce que le travail soit trop lourd pour les fourmis et qu’elles décident de déménager.

Ériger une barrière

Les fourmis sont connues pour utiliser les arbres de toutes tailles afin d’y monter et élever des pucerons. On y voit alors les allées et venues incessantes de ces infatigables travailleuses sur le tronc. En règle générale un simple collier de glu posé autour de l’arbre suffit à ce que les fourmis abandonnent l’idée d’exploiter le végétal.

Au potager c’est chose un peu plus délicate et, à l’heure actuelle, il semblerait que seule la terre de diatomée ait montré une réelle efficacité dans la lutte contre les fourmis de manière biologique. Récoltée en carrière, la terre de diatomée est en réalité une sorte de sable constitué d’une myriade de squelettes de micro-organismes. Ces squelettes étant très coupant à leur échelle, les fourmis y sont sensibles au point d’en mourir… Elles fuiront donc les zones sur lesquelles seront épandues de la terre de diatomée à savoir tout autour de vos cultures.

Illustration bannière : Fourmi des jardin en recherche alimentaire © alfin tofler
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. je voudrais savoir si le cristeau de soued est bon pour les jardins ?MON PERE RASAIT SES POIREAUX ET METTAIT DE LA POTASSE ENTRE LES RANGEES EST CE BON OU PAS MERCI POUR LA REPONSE

    • Julien Hoffmann

      Bonjour,

      En règle générale l’utilisation de cristaux de soude est à proscrire ne serait-ce que pour leur dangerosité…

Moi aussi je donne mon avis