La fin du roaming dans l’UE : ce qui change le 15 juin

Le 15 juin 2017, conformément à ce qu’exige la Commission européenne, tous les opérateurs télécoms français auront supprimé les frais d’itinérance (roaming) au sein de l’Union européenne et des départements d’Outre-mer.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 3 Jun 2017, à 10 h 05 min

À partir du 15 juin 2017, les frais d’itinérance seront abolis dans l’Union européenne et les départements d’Outre-mer. En ce qui concerne la consommation de données à l’étranger, des limites ont été fixées par la Commission européenne afin d’éviter les abus. Tout dépassement pourra donner lieu à une facturation de la part des opérateurs.

Les opérateurs français abolissent les frais d’itinérance ou roaming

Conformément à l’exigence de la Commission européenne, la quasi-totalité des opérateurs télécoms français ont supprimé les frais d’itinérance au sein de l’Union européenne et des départements d’Outre-mer. Aussi appelés « roaming », ces frais correspondent aux surcoûts prélevés lorsque les utilisateurs se servent de leur téléphone à l’étranger. Seul SFR n’a pas encore supprimé la surfacturation des appels et consommation de données à l’étranger : l’opérateur a en effet annoncé que la mesure entrerait en vigueur à la date limite fixée par Bruxelles, soit le 15 juin 2017.

roaming

A partir du 15 juin, tous les touristes européens pourront envoyer des selfies de la Tour Eiffel ©Ekaterina Pokrovsky

La suppression des frais d’itinérance est le fruit de longues négociations avec les opérateurs télécoms. Miapetra Kumpala-Natri, le rapporteur du texte sur les plafonds de prix de gros voté au Parlement Européen, estime qu’il s’agit d’une « grande victoire pour les consommateurs européens ». « Il n’y aura plus de frais supplémentaires liés à l’itinérance. Les utilisateurs voyageant à travers l’UE pourront lire leurs courriels, se repérer sur une carte, uploader des photos sur les réseaux sociaux, téléphoner ou envoyer des SMS, et ce, sans aucun surcoût », précise-t-il.

Une enveloppe d’itinérance différente selon les forfaits

Attention toutefois à ne pas confondre la suppression du roaming avec un accès illimité à Internet. Selon les opérateurs et les forfaits, les limites ne seront pas les mêmes. Ces dernières ont été fixées par la Commission européenne afin d’éviter les abus. Pour connaître l’enveloppe de données que l’on peut consulter depuis l’étranger, il faut faire le calcul suivant : diviser le prix hors taxe du forfait par le prix de gros (ce que se facturent les opérateurs entre eux) et multiplier le résultat par deux. Ainsi, pour le forfait Free à 19,99 euros par mois, cela donne : (16,67 euros HT / 7,7) x 2 = 4,33 Go de données par mois. Une limite que Free a déjà dépassée, puisque l’opérateur propose depuis le mois de mars 2017 5 Go de données par mois sans surcoût.

À noter également que le prix de gros va progressivement diminuer : à 7,7 euros / Go actuellement, il passera à 6 euros / Go en 2018, à 4,5 euros / Go en 2019, à 3,5 euros / Go en 2020, à 3 euros / Go en 2021 et à 2,5 euros / Go à partir de 2022. Les opérateurs devront donc ajuster les limites des données que les utilisateurs pourront consommer depuis l’étranger. Pour reprendre l’exemple de Free, dès le 1er janvier 2018, avec la baisse du prix de gros, la limite passera à 5,55 Go par mois.

De nouveaux contentieux en vue

Si les utilisateurs dépassent l’enveloppe de données autorisée, les opérateurs pourront facturer le hors forfait à 0,77 centime d’euro par Mo. Par ailleurs, si vous souscrivez à un forfait mobile en France et vous envolez pour l’étranger pendant une longue durée, des frais vous seront facturés. Là aussi pour éviter les abus, la Commission européenne a prévu qu’en cas de séjour prolongé à l’étranger, les opérateurs pourront facturer 3,2 centimes d’euro la minute pour un appel et 1 centime par SMS. Toutefois, les modalités restent à définir.

La suppression du roaming et les limites fixées pour éviter les usages abusifs risquent d’entraîner une hausse des demandes de médiation auprès de l’Institut luxembourgeois de médiation (ILR), les consommateurs ayant parfois des difficultés à se repérer et à comprendre les changements liés aux nouvelles réglementations. « Pour l’année 2017, et la fin du roaming programmée pour le 15 juin, on s’attend à devoir régler de nouveaux problèmes », a déclaré Luc Tapella, directeur de l’ILR.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis