Les espèces invasives causent de gros dégâts à la biodiversité

Rédigé par Annabelle, le 9 Mar 2013, à 15 h 22 min

Selon l’Union mondiale pour la nature (UICN), les espèces exotiques végétales ou animales envahissantes, c’est à dire celles qui sont implantées involontairement ou pas dans une région qui leur est étrangère, représentent la troisième cause de perte de la biodiversité dans le monde. Mais les espèces invasives représentent également des risques pour la santé humaine et ont même un impact sur l’économie.

Qu’appelle-t-on espèce invasive ?

Le crapaud buffle originaire d'Amérique a envahit des îles l'Océanie et des Caraïbes

Le crapaud buffle originaire d’Amérique a envahit des îles d’Océanie et des Caraïbes

Une espèce invasive est une espèce végétale ou animale qui envahit un territoire qui n’est pas le sien. Elle y prospère au détriment des espèces locales. L’introduction de ces espèces, dites aussi nuisibles, peut entraîner un risque écologique important puisque leur présence altère le fonctionnement normal de l’écosystème.

Ce sont principalement les échanges commerciaux qui sont à l’origine du phénomène. Ils entraînent, depuis qu’ils existent, une dissémination de nombreuses espèces végétales et animales à travers le monde.

Les espèces invasives représentent la troisième cause de régression et d’extinction des espèces, après la destruction de leur habitat et le prélèvement excessif/surexploitation des ressources.

Reconnaître et étudier ces espèces est primordial pour préserver la biodiversité. Ainsi, une base de donnée à été créée, qui recense les espèces introduites en Europe. Il s’agit de DAISIE, Delivering Alien Invasive Species Inventories for Europe. D’après DAISIE, la France métropolitaine compterait 1 919 espèces continentales introduites sur son sol (dont 99 % d’espèces terrestres). Les deux tiers des espèces introduites sont des végétaux.

D’après l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), 111 espèces sont considérées comme invasives ou envahissantes, soit 5 % des espèces terrestres introduites.

Les causes de l’introduction des espèces

Solanum elaeagnifolium ou morelle jaune. CC Stan Shebs

Solanum elaeagnifolium ou morelle jaune. CC Stan Shebs

L’agence européenne de l’environnement, EEA, vient de publier un rapport selon lequel l’impact des espèces invasives est plus important que ce que l’on croyait jusqu’à présent.

A ce jour, l’EEA dénombre 10 000 espèces exotiques en Europe, et le taux de nouvelles introductions ne cesse d’augmenter. Si toutes les espèces en question n’ont pas forcément d’impact négatif, on estime tout de même que 15 % d’entre elles sont connues pour peser d’un point de vue écologique et aussi économique.

Selon le rapport, la présence d’espèces invasives en Europe s’explique de différentes manières :

  • l’horticulture, puisque certaines espèces ont été introduites pour la beauté de leurs fleurs, de leurs fruits ou de leur feuillage ;
  • l’agriculture ;
  • la chasse et la pêche ;
  • la mode des animaux de compagnie exotiques, qu’on appelle aussi NAC pour nouveaux animaux de compagnie.

L’introduction des espèces n’est pas toujours volontaire. Par exemple, le rapport soulève le cas des moules zébrées venues des pays de l’Est. Le mollusque s’est en effet fixé sur les coques des bateaux, colonisant peu à peu de nombreux canaux, lacs et cours d’eau.

L’accroissement du commerce international et du tourisme est également à l’origine de l’introduction de certaines espèces exotiques.

Enfin, on peut affirmer aujourd’hui que le réchauffement climatique favorise la présence d’espèces invasives. Il peut d’ailleurs être considéré comme une cause majeure du déplacement géographique des espèces, végétales comme animales. En effet, les animaux et les plantes fuient leur habitat d’origine modifié par le changement climatique.

*

suite > espèces invasives, quelles conséquences ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Oui une espèce particulièrement dévastatrice à contrôler : Homo Sapiens sapiens…. Espèce destructrice, polluante, dangereuse et agressive avec toutes les autres espèces, capable de monter des élevages, et de tuer jusqu’à 50 milliards d’individus d’autres espèces à des fins purement culturels ou gustatifs, qui détruit des espèces animales et végétales entières en quelques jours, qui tue et torture ses propres semblables… et qui de plus se croit supérieure à toutes les autres espèces, intelligente, raisonnable et à l’image d’un Dieu, qui lui permet et l’encourage dans ses désastres!
    C’est la parabole de la paille et la poutre, vous ne croyez pas?

    • L’humain est la premiere espece animal invasive, en effet. Bien vu. 😉

  2. Le problème, c’est qu’on ne sait pas forcément quand on prend une plante dans notre jardin qu’elle est invasive, et parfois très très galère à retirer! C’est le cas par exemple de la RENOUEE JAPÖNAISE qui est toujours en vente dans les jardineries, alors qu’il faut savoir qu’une fois mise en place et implantée, il vous faudra bien au moins 2 ou 3 ans d’efforts pour la retirer, à raison d’un arrachage au moins tous les 15 jours car un bout de racine de 5 cm, laissé à plus d’1m de profondeur (et elle descend bien plus!) va redonner une nouvelle plante!!!

  3. A Pascaline,

    Bonjour,

    Carpobrotus fait malheureusement partie des espèces invasives au même titre que le mimosa qu’il soit en PACA ou ailleurs en France. Des campagnes de désherbage/éradication sont effectuées par le conservatoire botanique de Port-Cros sur les île du Parc National (notamment de Bagaud) chaque année. Il existe cependant d’irréductibles particuliers qui continuent à les cultiver pour leur agrément personnel malheureusement aux dépends de l’intérêt général. Des campagnes d’information devraient être effectuées pour éviter ce type de problème et ces plantes devraient être retirées de la vente ne pépinière et autres jardineries.

    Cordialement

  4. S’il n’y avait que les espèces animales ou végétales qui soit invasives, vous voyez ce que je veux dire?

    • oui je vois je vois, invasives et également parasites ….. qui poment les ressources de son hôte jusqu’à ce que celle-ci crève !!!

      protégeons nos territoires !!!!

      la firme BAYER a une grande expérience en la matière ……..

  5. Bonjour,
    Certaines plantes dites « invasives » dans certaines régions ou certains pays, ne sont pas forcément nuisible dans notre région.
    Aussi, il ne faut pas tomber dans l’excès inverse et détruire toute plante dont on a lu dans un article qu’elle est dite « Invasive ».
    Je pense notamment au Carpobrotus qui est enlevé au chalumeau sur les plages de Brest…pourtant, je la multiplie tous les ans dans ma rocaille en région PACA !

Moi aussi je donne mon avis