L’épuisement des ressources naturelles

Le grand calendrier de l’épuisement des ressources naturelles, avec un zoom matière par matière. D’ici la fin du XXIe siècle, on peut attendre la fin du pétrole, platine, gaz, hafnium, or, sable…

Rédigé par Jean-Marie, le 12 Jan 2011, à 16 h 16 min

Parmi les ressources naturelles les plus menacées d’épuisement, il y a les ressources minérales. L’exploitation minière connaît un âge d’or dans le monde entier grâce à la forte croissance économiques des nouveaux géants que sont le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud et bien sûr la Chine.

fin des ressources naturelles épuisement terre argent métaux rares

Le calendrier de disparition des minerais

Un minéral a déjà disparu : il s’agit de la cryolithe, qu’aujourd’hui on doit élaborer artificiellement faute de gisement encore exploitable. Faisons un tour d’horizon des fins d’exploitation annoncées :

1980 : la fin de la cryolithe

La cryolithe est composée de fluorure double de sodium et d’aluminium, de formule NaAlF également noté 3NaF, AlF. La cryolithe est principalement utilisée pour la production d’aluminium et dans l’industrie des céramiques. La cryolithe a été découverte sur la cote ouest du Groenland. C’est un minéral rare arrivé au bout de ses réserves ; aussi, pour faire face aux besoins de l’industrie, la cryolithe est désormais produite artificiellement. La dernière mine de cryolithe en activité, située au Groenland, a fermé dans les années 80.

Le terbium en danger critique de disparition

Le terbium est un élément chimique, de symbole Tb et de numéro atomique 65. Activateur des phosphores verts pour tubes cathodiques sous forme d’oxyde Tb2O3, le terbium est utilisé dans les lampes à basse consommation dont les ventes vont exploser puisqu’elles deviennent obligatoires dans différents pays. Il n’y aurait pas d’ampoules à basse consommation sans terbium car le terbium permet de réduire de 80 % la consommation d’électricité. Une terre rare qui valait déjà la bagatelle de 40 dollars le gramme en 2015. Une publication du Centre national de la recherche scientifique français avait même prévu son épuisement pour 2012.

2018 : la fin du hafnium

Les gisements  de hafnium exploitables à un coût acceptable, seront épuisés en 2018. Le hafnium est utilisé pour les processeurs, comme isolant remplaçant le dioxyde de silicium SiO2. Le hafnium qui absorbe les neutrons 600 fois mieux que le zirconium est utilisé dans les centrales nucléaires et les sous-marins nucléaires.

Le hafnium a une résistance exceptionnelle à la corrosion, il possède également un grand pouvoir d’absorption des neutrons rapides. Le hafnium sert à contrôler la recristallisation des filaments de tungstène mais son application principale est comme barre de contrôle de réactivité dans les réacteurs nucléaires du fait de sa capacité à absorber les neutrons. En 2008, Intel affirme avoir réduit de 40 % la consommation électrique de ses puces en un an grâce à l’hafnium

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

65 commentaires Donnez votre avis
  1. La révolution industrielle et ses conséquences ont été un désastre pour l’espèce humaine. Elle a accru la durée de vie dans les pays « avancés », mais a déstabilisé la société, a rendu la vie aliénante, a soumis les êtres humains a des humiliations, a permis l’extension de la souffrance mentale (et de la souffrance physique dans les pays du Tiers-Monde) et a infligé des dommages terribles à la biosphère. Le développement constant de la Technologie ne fera qu’aggraver la situation. Ce qu’auront à subir les hommes et la biosphère sera de pire en pire ; le chaos social et les souffrances mentales s’accroîtront, et il est possible qu’il en aille de même pour les souffrances physiques, y compris dans les pays « avancés ». Le système techno-industriel peut survivre ou s’effondrer. S’il survit, il PEUT éventuellement parvenir à assurer un faible niveau de souffrances mentales et physiques, mais seulement après être passé par une longue et douloureuse période d’ajustements, et après avoir réduit les êtres humains et toutes les créatures vivantes à de simples rouages, des produits calibrés de la machine sociale. En outre, si le système perdure, les conséquences sont inéluctables : Il n’y a aucun moyen de réformer ou modifier le système de façon à l’empêcher de dépouiller les hommes de leur dignité et de leur autonomie. Si le système s’effondre, les conséquences seront dramatiques. Mais plus le système se développera, plus désastreux seront les effets de sa destruction, et donc il vaut mieux qu’il s’effondre au plus vite. « La Société industrielle et son avenir » Theodore Kaczynski 1995

  2. Bordel. Il n’y a que moi que ca commence a faire serieuesement flipper ?
    J’ai 14 ans. Quand j’aurais 50 ans….Ca va etre la merde nan ?

    • Malheureusement nous sommes beaucoup trop peu que ça préoccupe. J’ai beau avoir changé mon mode de vie depuis que j’en ai pris conscience (végétarien, trajet quotidien à vélo ou transports en commun, réduction des plastiques), je continue de penser que seule une minorité changera et que l’issue est tracée. La seule chose à faire est d’en parler autour de soi et espérer un réveil des consciences !
      Ma seule consolation sera que quand ça arrivera je n’aurais pas à me sentir coupable car contrairement à beaucoup j’aurais fait de mon mieux

    • moi c’est pareille …14 ans ….et j’ai vraiment peur…

  3. Bonjour,

    Dans le cadre d’une étude personnelle sur la question, j’aimerais connaître vos sources précises pour cette étude sur l’épuisement des ressources.
    Merci d’avance et bravo pour cette synthèse

    Alexis

Moi aussi je donne mon avis