La révolution est en marche : les énergies renouvelables vont augmenter de 40 % en 5 ans

Selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les énergies renouvelables connaîtront une progression sans précédent d’ici 2022.

Rédigé par Anton Kunin, le 5 Oct 2017, à 11 h 40 min

Si les énergies renouvelables ont pour le moment une place modeste dans l’ensemble de la production énergétique mondiale, elles devraient se tailler une part de plus en plus importante dans les années qui viennent, estiment les experts de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

La Chine, pays leader en termes d’énergie solaire

Les énergies solaire, éolienne et hydraulique connaissent actuellement une belle progression. Tous pays confondus, elles ont représenté plus de deux tiers des capacités nouvellement installées en 2016 (165 GW). Entre 2017 et 2022, ce sont 920 GW qui devraient être installés à travers le monde, selon les prévisions de l’AIE.

renouvelables

L’énergie solaire notamment est au beau fixe : 74 GW ont été installés en 2016, soit quasiment le double des nouvelles installations de 2015. « Pour la première fois, le photovoltaïque a progressé plus rapidement que toute autre énergie, dépassant la croissance nette du charbon », indique l’agence. Elle prévoit « une nouvelle ère pour le photovoltaïque » : d’ici 2022, 740 GW de panneaux photovoltaïques devraient être installés. À noter également que la moitié des capacités installées en 2016 l’ont été en Chine. Entre 2006 et 2016, les capacités installées dans ce pays ont été multipliées par 800.

L’installation de nouvelles capacités de production devrait ralentir en Europe

Le coût de production de l’énergie solaire continue de baisser. Mais cette baisse est progressive et ne crée pas pour le moment d’effet de choc, qui pourrait pousser les géants du secteur de l’énergie à se détourner du nucléaire dans l’immédiat. En termes de production, le nucléaire reste toujours roi (2.476.671 GWH contre 375.000 GWH pour le solaire), selon GTM Research. L’AIE ne s’attend donc pas à ce que le solaire devienne la principale source d’énergie sur notre planète avant 2050.

En Europe toutefois, l’AIE prévoit une baisse du rythme des installations de 40 % entre 2017 et 2022, en raison d’une demande moins importante et d’un parc installé déjà suffisamment fourni.

Illustration bannière : Des panneaux solaires – © Thinnapob Proongsak
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Je ne sais pas si c’est une révolution. En Allemagne, la progression de l’éolien et du photovoltaïque a été importante depuis 2005, mais elle reste une production intermittente qui ne permet pas d’assurer la fourniture d’électricité en permanence, ce qui implique de garder des sources énergétiques pilotables. Là bas c’est essentiellement des centrales au charbon, qui polluent quand elles sont en veille (car elles ne fonctionnent pas au régime nominale) et encore davantage quand il n’y a pas de vent ni pour les éoliennes, ni pour disperser la pollution. L’avantage, c’est que l’anticyclone balance les polluants sur Belgique, Pays-Bas et nord de la France…
    Le pari Allemand semble avoir été raté.

    Voir “Energiewende : la fin des ambitions”

    (taper sur un moteur de recherche  » lemontchampot blogspot Energiewende : la fin des ambitions” et voir aussi l’effet de la pollution au charbon sur l’Europe quand il n’y a pas de vent dans la partie 2, « La mort par le charbon » )

  2. Ne vous gargarise pas de mots et de faux espoirs : la transition énergétique est une farce imaginée par les adeptes du capitalisme – et ils sont nombreux – pour que personne ne modifie ses comportements énergivores. En d’autres termes : ne vous inquiétez pas, nous détruisons la planète, nous la surexploitons mais, surtout, ne changez rien à vos habitudes énergivores, consommez comme vous avez toujours fait et même un peu plus si vous voulez que la sainte Economie, la sainte Croissance-à-tout-prix et le saint Progrès survivent..
    N’écoutez pas les idéologues du capitalisme. Seul un mouvement de décroissance peut nous permettre d’abandonner nos pauvres statuts de consommateurs pour renouer avec la vie, la vraie et vraiment espérer sauver la planète que nous ne mértitons pas !

Moi aussi je donne mon avis