Nos émissions de CO2 augmentent… et baissent

Rédigé par Nolwen, le 12 Sep 2013, à 16 h 02 min

Les émissions de gaz à effet de serre et au premier chef, nos émissions de CO2 sont l’indicateur le plus suivi pour mesurer l’évolution du réchauffement climatique. Les derniers résultats concernant la France sont un peu paradoxaux : un train peut en cacher un autre….

L’alimentation, la plus forte contribution aux émissions de CO2

Concernant les émissions de CO2 dues à la consommation des Français, il faut noter qu’une de ses composantes, celles des biens importés, est en forte augmentation. Car nos importations proviennent surtout d’Asie, où “se situent les industries amont (chimie, métallurgie, composants) et où le charbon domine largement la production électrique“, souligne l’étude.

En 2012, les principaux postes d’émissions de gaz à effet de serre sont :

  • l’alimentation (environ 25 %),
  • l’achat de produits manufacturés (23 %),
  • les transports (18 %),
  • suivis des services, consommation d’énergie des logements et principalement le chauffage, et la construction et entretien des logements.

Planetoscope : Emissions mondiales de CO2 dans l’atmosphère

 

Bilan carbone : la part de l’électronique explose en France

conso ipadLes émissions de gaz à effet de serre (GES) causées par la consommation des Français n’augmentent plus depuis 2008, mais ce résultat cache donc de grandes différences (1).

Depuis 2008, la hausse des émissions dues à l’achat de produits électroniques “contrebalance entièrement les gains réalisés sur la consommation d’énergie des logements“, poursuit le texte. Par exemple, la fabrication d’un téléviseur à écran plat engendre 1,2 tonne équivalent CO2, soit 12 % du bilan carbone annuel d’un Français.

CO2, des hausses et des baisses qui s’annulent

achat d’électronique : émissions de + 40 %,soit un peu plus de 6 % du total, Cela tient compte de la fabrication de ces produits et non de l’électricité utilisée pour leur utilisation (comptée dans le poste énergie des logements). “Cette forte hausse s’explique par l’équipement des Français en télévisions à écran plat, smartphones et tablettes durant les cinq dernières années“,

énergie utilisée dans les logements : – 14 % par personne (logements plus performants, chaudières plus économes, moins de fioul),

–  consommation de viande : – 8 %.

– déplacements en avion  : + 7 % et en voiture : – 1 %

– services de santé : + 5 %

L’impact de la crise du pouvoir d’achat

CO2-pouvoir achatLa stagnation du pouvoir d’achat sur les 5 dernières années s’accompagne d’une stagnation de la consommation de biens et de services par personne“, souligne l’étude.

  • En 2012, les émissions de GES par personne pour la consommation de biens et de services se sont élevées à 10,1 tonnes équivalent CO2. (2) Un foyer français émet en moyenne 16,4 tonnes de CO2 chaque année.

L”empreinte carbone de la France a, ces cinq dernières années, très peu augmenté (+ 1,9 %) mais compte tenu de la croissance de la population, les émissions par personne ont un peu baissé  (- 0,7 %) %.

Notons qu’au niveau européen les émissions de CO2 en Europe baissent… de manière trompeuse également.

*
Je réagis

(1) selon une étude du cabinet Carbone 4, publiée le 27 août.
(2) étude sur la base de l’indicateur ECO2Climat.

rechauffement planetaire
Voir 1 siècle de changement climatique en 30 secondes

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. @Jean
    Vous mélangez tout. OK pour réduire les vraies pollutions de l’air, des eaux et des sols. Mais le CO2 n’est PAS un polluant: il est indispensable à la photosynthèse, donc à toute la chaîne de la Vie sur notre Planète. Et plus le taux de CO2 augmente, plus la végétation s’épanouit, meilleures sont les récoltes, et plus verts deviennent les déserts….Dans le passé, il y a eu des périodes chaudes à faible taux de CO2, des périodes froides à fort taux de CO2, des périodes à plus de 10000 ppm (490 ppm de nos jours) sans que la Terre ne devienne une fournaise, comme le prévoient les modèles erronés du GIEC….

    Le verdissement des zones arides n’est pas dû au RC, car il n’y en a plus depuis 1997 (mesures Hadcrut et RSS), mais à l’accroissement du taux de CO2 (essentiellement d’origine naturelle – cf publication d’Ole Humlum et al), ce dont la végétation raffole. La photosynthèse utilise le CO2, l’eau et la lumière solaire pour fournir du glucose aux plantes, et rejeter de l’oxygène. Quand il y a davantage de CO2, la végétation en profite largement et la planète verdit un peu plus… Vive le CO2!

  2. “Nos émissions de CO2 sont l’indicateur le plus suivi pour mesurer l’évolution du réchauffement climatique”.
    Non, l’indicateur le plus pertinent est la mesure de la température moyenne globale annuelle Tglobale. Or elle est stable depuis 1997.

    • Tout va bien, alors !!!
      Consommons et polluons, braves gens, la température ne bouge pas !!

  3. “Nos émissions de CO2 sont l’indicateur le plus suivi pour mesurer l’évolution du réchauffement climatique”.
    Non, l’indicateur le plus pertinent est la mesure de la température moyenne globale annuelle Tglobale. Or elle est stable depuis 1997.
    Voici la droite de tendance quasiment plate depuis 1997, compte tenu de l’échelle verticale:
    woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend

Moi aussi je donne mon avis