EDITO – Énergies renouvelables : le capitalisme américain accélère malgré Trump

Alors que la se Californie brûle sous l’effet d’une grande sécheresse et que le président américain cherche par tous les moyens à détricoter les avancées pro-environnement de l’administration Obama, des études récentes montrent que l’élection de Trump n’a pas altéré l’attrait des énergies renouvelables pour les entreprises américaines. Bien au contraire !

Rédigé par Jean-Marie, le 16 Oct 2017, à 17 h 10 min

Après l’élection de Donald Trump beaucoup de défenseurs de l’environnement se sont demandés quel serait l’impact de ce président climatosceptique. À bien des égards, sa politique est pire que ce que l’on pouvait craindre, mais il y a un domaine où ses efforts rétrogrades n’auront pas d’effet : c’est celui de l’achat d’énergie verte par les entreprises américaines.

Des facteurs puissants en faveur des énergies renouvelables que même l’administration fédérale américaine ne peut contrecarrer

Une étude menée auprès d’entreprises américaines viennent de confirmer que la vague verte n’est pas prête de s’arrêter (Apex clean energy et GreenBiz Group(1)). Sur les intentions de l’entreprise en matière d’approvisionnement énergétique, la question était de savoir si les 153 grandes sociétés privées et publiques interrogées avaient opéré un changement, ou pas, au cours des deux dernières années et depuis l’élection présidentielle.

Les politiques énergétiques de Trump ont-elles une influence sur les grandes entreprises du pays ?

Il en ressort que malgré la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris,  84 % d’entre elles ont déclaré  » acheter ou envisager d’acheter des énergies renouvelables dans les 5 à 10 prochaines années « . Surprise : 43 % des entreprises ont l’intention d’être encore plus gourmandes en matière d’énergie verte dans les prochaines années. Parmi celles qui sont engagées dans cette direction, 87 % déclarent que l’élection de Donald Trump n’a eu aucune influence sur leur décision.

Trump

Donald Trump © Nicole S Glass / Shutterstock

Mieux, 11 % d’entre elles sont encore plus enclines à se fournir en énergie renouvelable. Parmi celles-ci, soit 128 sociétés, une seule n’a pas déclaré être prête à  » continuer ou accélérer une politique d’approvisionnement agressive en matière de renouvelables « .

Des motivations avant tout économiques

Quant aux raisons qui déterminent la motivation à s’engager dans une telle direction, 65 % des entreprises considèrent que le critère le plus important est le prix de l’énergie.

Évidemment, les entreprises veulent être vertueuses et contribuer à une planète plus saine et moins polluée pour les générations futures, mais elles cherchent aussi et surtout à redorer leur image publique et à améliorer leurs comptes de résultat.

Il est donc très clair que les sociétés tendent à diversifier plus facilement leurs sources d’approvisionnement à présent que les prix de l’énergie solaire et éolienne notamment, s’alignent favorablement face à ceux, variables, volatiles et en augmentation, des carburants fossiles.

La majorité des entreprises (57 %) se sont donc fixées des objectifs de prix explicites qui rendent très facile l’adoption de nouvelles sources d’énergie et légitiment l’abandon du charbon ou du pétrole.

Lire aussi : 8 graphiques qui montrent la progression fulgurante des énergies renouvelables

On n’arrête pas le progrès Mr Trump

On voit donc clairement que l’aspiration éthique s’est trouvée un moteur puissant dans la rationalité économique à long terme. Au-delà de l’intérêt de court terme de couper dans les coûts de leurs approvisionnements en énergie, les entreprises américaines sont clairement dans une perspective de développement durable à long terme, bien au-delà du mandat de Donald Trump.

Maintenant que ce sont les forces du marché elles-mêmes qui orientent les entreprises vers les énergies vertes, les coups de frein de l’administration Trump ne parviendront pas à les détourner du sens de l’histoire.

Illustration bannière : Évolution verte – © Panacea Doll
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis