Rejet de l’Accord de Paris par Trump : un électrochoc bienvenu

En rejetant l’Accord de Paris sur le climat conclu fin 2015, le Président américain, Donald Trump, force le reste du monde à se positionner. Contre toute attente, c’est une mobilisation politique en faveur de la lutte contre les changements climatiques que Trump suscite au lendemain de sa décision. C’est une bonne nouvelle.

Rédigé par Stephen Boucher, le 2 Jun 2017, à 11 h 41 min

Donald Trump, en annonçant en fin de journée jeudi 1er juin 2017, que les Etats-Unis d’Amérique se retiraient de l’accord international sur le climat, pense rendre l’Amérique forte de nouveau et, probablement, entraîner un mouvement de désistement d’autres Etats, qui ne ratifieraient pas l’accord, et satisferaient les industries des énergies fossiles. C’est l’inverse qui se profile.

Une injure à l’avenir.
Nicolas

 

Au lendemain de son annonce, crainte depuis quelques temps, les réactions de dépit sont nombreuses de par le monde. Sentiment de “colère”, pour Nicolas Hulot, le nouveau ministre français de la transition énergétique qui dénonce “une injure à l’avenir”. Sentiment de “détermination” pour Laurence Tubiana, qui a eu la charge de conduire les négociations qui ont présidé à l’accord. Annonce d’engagement réaffirmé des dirigeants chinois… Bien plutôt qu’un effet domino, c’est l’isolement des Etats-Unis sur le dossier qui se dessine.

Une mobilisation politique sans précédent

Au total, Mr. Trump aura ainsi réussi à générer ce qui manquait à l’Accord de Paris : un engagement politique et au plus haut niveau. Car si cet accord a été approuvé par les négociateurs des Etats en décembre 2015, peu de dirigeants s’y étaient rendus, échaudés qu’ils avaient été par leur participation à l’échec sur la ligne d’arrivée d’une tentative d’accord précédente, à Copenhague en 2009. Et tous les Etats n’ont pas à ce jour ratifié l’accord (147 sur 197 tout de même, de quoi faire que le retrait américain n’empêche pas l’entrée en vigueur de l’accord dans le droit international).(1)

Aujourd’hui, ce sont des chefs d’Etat qui soulignent leur appui. Mais aussi de grands patrons. Des maires de grandes villes. Des dirigeants d’Etats américains, Californie en tête. Le Premier Ministre français a dénoncé une “décision calamiteuse” du Président américain. Le porte-parole des Nations unies a dit sa “grande déception”. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne a fustigé une décision “gravement erronée”.

Coïncidence des agendas, les Chinois et les Européens étaient réunis aussi à partir du 1er juin à Bruxelles et vendredi 2 juin pour une réunion au sommet. Mr. Trump les pousse dans les bras les uns des autres autour de la cause climatique, alors que, pendant des années, la Chine était l’un des obstacles majeurs à un accord international.

Désormais, la Chine tourne le dos au charbon et investit massivement dans les énergies renouvelables. Selon un projet de déclaration commune que l’AFP a pu consulter, Chine et Europe “confirment leurs engagements envers l’accord historique” de Paris et “accélèrent leur coopération pour améliorer sa mise en oeuvre”.

“Make our planet great again”

Donald Trump ne gagne pas non plus la bataille médiatique avec cette annonce. L’intervention ferme et en anglais d’Emmanuel Macron, au soir même de l’annonce américaine, invitant à “rendre la planète formidable de nouveau”, en contre-pied exact du président américain, a été relayée sur les médias du monde entier.

Le recul de l’Histoire nous permettra mieux de juger de l’impact de l’erreur de jugement du Président américain. Au lendemain de son annonce, on peut espérer qu’il ait infléchi son cours dans le bon sens, malgré lui.

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. il est ahurissant de lire qu’il existe encore des malades mentaux qui rejettent sans fondement la réalité du déréglement climatique actuel. Ces “choses” devraient s’acheter une paire du lunettes pour être capable d’observer la souffrance de la nature, à défaut de vouloir l’entendre… Une espèce disparait toutes les 20 secondes et pas seulement parce que le parasite humain envahit toujours plus les territoires qui ne sont pas les siens. Les surfaces du globe se désertifient, les aires glaciaires fondent et ne se reforment pas… mais pour sûr, cela doit être une illusion….
    Il n’y a pire nuisible que l’espèce humaine, et certains spécimens plus que d’autres en tête

  2. Il faut partager équitablement les responsabilités et ne pas favoriser l’un plus que l’autre car transférer les emplois liés au charbon vers d’autres pays tels que la Chine ou l’Inde ne tient pas la route. Cela va appauvrir les USA et enrichir l’Inde ou la Chine.

  3. Mr Trump a bien raison de s’éloigner de cette idéologie totalitaire qu’est le “réchauffement climatique”; un truc inventé de toutes pièces pour nous faire croire que les problèmes ne peuvent être réglés que d’une manière “globale” et donc faire avancer de façon à peine masquée la cause des globalistes de tous poil.

    Les Chinois, quels hypocrites !!! qu’ils rêglent déjà leurs ENORMES problèmes de pollution, et puis après on verra. Les Allemands itou, qui ne cherchent qu’à dominer d’une manière ou d’une autre les autres pays Européens.

  4. Le réchauffement climatique???, la planète ne se réchauffe pas toute seule… Vous n’avez qu’à levez vos yeux et regarder chaque jour le ciel, principalement lorsqu’il fait beau… rare sont les jours, où les avions de l’OTAN ne dispersent pas, leurs produits chimiques pour : “soi-disant” contrer le réchauffement climatique…, ils appellent cela de la géo-ingénierie. Ce sont des traînées blanches que les avions de ligne ne laissent pas, la différence est facile à faire : les traînées laissées par les avions de ligne se dispersent rapidement, ceux laissées par les avions de l’OTAN, restent et s’étalent… Ils en laissent beaucoup qui s’entrecroisent, mais surtout il ne faut pas le dire…! Si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à chercher avec les mots suivants : “chemtrails le témoignage d’un mécanicien d’avion”.
    Ils nous prennent vraiment pour des andouilles.
    Pour contrer le réchauffement climatique, sont déversés par ces avions mélangés au carburant des produits contenant toutes sortes de mélanges de métaux, de pesticides, d’insecticides, et le monde gobe leurs mensonges.

    • C’est vrai que les avions Otan dispersent des produits chimiques, quand j’étais en Allemagne, on nous disaient d’ailleurs de fermer les fenêtres.

  5. Il ne faut pas tout mélanger. L’homme pollue, c’est certain. Il est un danger pour la planète, c’est tout aussi certain. Mais il n’est pas la cause du réchauffement climatique. Et d’ailleurs, on n’est même pas certains qu’il y a un réchauffement climatique. Pourquoi faut-il que pour défendre une bonne cause, la plupart des gens se fourvoient dans des déclarations péremptoires et scientifiquement bancales. Dans 50 ans, on nous dira qu’on s’était trompés. Le réchauffement climatique est un outil du mondialisme qui a intérêt à en faire une quasi religion. Mais c’est de l’idéologie, pas de la science. Nombreux sont les scientifiques qui pensent et disent que c’est de la foutaise. Et les mondialistes cherchent à les museler tout en refusant le débat. Alors que ce devrait être un gigantesque débat ouvert et démocratique. Mais où a-t-on vu que les mondialistes étaient des démocrates ? Vous rendez-vous compte ? Douter du réchauffement climatique, c’est être un méchant, un vilain. Que répondre devant ce degré zéro de la réflexion, ce fanatisme niveau Daesh des bébés Gore et Fabius…

    • Le problème c’est que l’homme veut toujours plus et plus d’argent et que tous les moyens sont bons pour augmenter son magot, il se fout de tout le reste, c’est dans ce sens que l’homme est dangereux pour la planète.

  6. Désolé, mais vue comment pollue les chinois je pense que c’est vraiment du théatre. Alors oui ils on fait des éffort mais il y a qu’à voir comment c’est la-bas. D’ailleur c’est amusant que l’Allemagne parle de l’emprunte CO2, il faut aussi rappeler que c’est le deuxième pays consomateur de charbon au monde!

Moi aussi je donne mon avis