Les différents types de poêles à bois

Rédigé par Jean-Marie, le 16 Sep 2015, à 16 h 05 min

Les poêles à bois en vitrocéramique

Les matériels actuels disposent très souvent de foyers fermés, offrant une vue panoramique sur la flambée grâce à des portes en vitrocéramique. Les poêles vitrocéramiques font partie des poêles à inertie forte.

En passant en quelques années de 50 à 70 % de rendement minimum, ils ont permis de diviser par 3 les émissions polluantes et d’économiser 30 % de bois. Parmi les poêles céramiques, on trouve les deux grandes catégories : classique ou à inertie, à choisir selon l’usage escompté.

Les poêles à bois post- ou double combustion

Les poêles à bois à double combustion ou à postcombustion sont des poêles à combustion améliorée :

  1. Un foyer principal brûle le bois grâce à un apport d’air « primaire »  indispensable à la pyrolyse du bois.
  2. Un foyer secondaire brûle les gaz qui s’échappent du bois grâce à un apport d’air « secondaire ».  On souffle l’air froid pris à l’extérieur dans le sens inverse de la flamme, ce qui force le feu à brûler vers le bas : les bûches se consument mieux.
    Le choc entre air chaud des flammes et air froid extérieur crée des turbulences qui aident à brûler les gaz. Le rendement de combustion dépasse alors 70 %

Les poêles à double combustion sont donc munis de 2 chambres de combustion : un foyer principal et un second foyer qui brûle les gaz issus du foyer principal, grâce à l’adjonction d’entrées d’air supplémentaires.

  • On parle parfois d’air « tertiaire » pour évoquer l’air qui circule le long de la vitre pour brûler les dépôts qui s’y accumulent.

Avantages  : Le rendement est amélioré, la consommation de bûches réduite, la combustion est meilleure et plus écologique.

poele-bois-maison

Où connecter le poêle ?

Si on injecte dans le poêle de l’air pris à l’intérieur, dans la pièce, on crée une dépression qui crée un appel d’air froid qui s’infiltre de l’extérieur. Il faut donc bien isoler. Mais le mieux est de brancher sa prise d’air sur l’extérieur.  Certains poêles proposent cette option. Pour les poêles à inertie ou de masse, il faut bien sûr un clapet pour qu’une fois la combustion terminée, l’air froid ne viennent pas refroidir le foyer.

Les avantages du poêles à postcombustion

  • A mi-chemin entre un poêle à bûches et une cheminée,
  • Bien isolé, habillé de métal, de pierres de chamotte, de catelles ou de pierre ollaire, il offre des rendements élevés, de 60 à 85 %,
  • Chauffage rapide des pièces : lorsqu’on l’utilise à plein, il se crée rapidement une chaleur élevée,
  • Le bois est la source d’énergie la plus économique devant le gaz mais aussi l’électricité (40 €/MWh) – 0 à 2 heures,
  • Très écologique : émissions de C02 et particules fines de 0,007 %
  • De 1 200 à 4 500 € mais consommation 3 fois plus faible qu’un poêle bois classique et donc au final un chauffage très économique.

Les poêles à combustion inversée ou descendante

Autre innovation : les flammes sont contraintes à sortir sous la sole, ce qui autorise un meilleur contrôle de la combustion qui devient inversée. Ces poêles fonctionnent également mieux au ralenti que les modèles antérieurs.

Dans les anciens poêles à foyer simple, les gaz s’échappaient par la cheminée et l’énergie de la bûche était alors sous-exploitée. On laissait également les flammes se développer vers le haut, c’était la combustion montante.

[/alireaussi]

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. pk on enlève des commentaire de façon gratuite la france a changé une république baser sur les droits de l’homme n’est pas censé censuré des propos aussi basique qu’un commentaire parlant de la qualité d’un site !!!
    je suis outré de cette censure typique des regime fachiste ! tout ca pcq ma peau et plus sombre que la votre et que je suis musulmans et d’origine roumaine et toc 🙁 !!!

  2. Bonjour à tous,
    Campagne, bois sur pied chez moi, 180 M² très bien isolé,(1 étage)renvoi de chaleur dans les pièces du fond, à 5 m par ventilateurs équipés de thermostats, déclenchement à 26°. position du poêle au 6/14 ème du RDC
    Froid? moi jamais sauf quand je sors chercher le bois.
    Les inconvénients, il y en a:
    Avoir du bois sur pied chez soi, l’abattre et le ranger au sec, le garder 2 ans pour séchage ensuite, corvée de bois pour 1, 2 ou 3 jours, vider le cendrier, remplir d’essence et d’huile la tronçonneuse, affûter la chaîne,
    quel bonheur de faire tout soi-même et de discuter le soir devant le poêle avec les amis en sirotant un verre.
    Coût annuel, amortissement de la tronçonneuse, renouvellement de chaîne inclus 37€, électricité ventilateurs de transfert 20€, carburant et huile pour la tronçonneuse/chaîne 45€, = 110€ total pour 10 stères abattage, tronçonnage à 50 cm, fendage, le tout 3 semaines environ tranquille.

  3. Bonjour a tous,

    Noel je suis intéréssé pour du bois sur pied a ce tarif, ou peut on le trouver ?
    merci

  4. Bonjour,

    J’ai une vieille maison très difficile à chauffer, je ne suis pas souvent là, j’ai un poeil BRUNO qui chauffe très bien mais consomme énormément, je voudrais acheter un autre poele mais je ne sais plus entre convection, radiation etc… jotul godin seguin!!!!

    Merci

  5. Avec l’électricité qui va prendre 30 % dans les quatre prochaines années, j’y crois de plus en plus.
    Je suis convaincu de la nécessaire diversification des énergies or du bois, on n’en manque pas, mais il n’est pas forcément très accessible (zones escarpées).

  6. Vos chiffrages laissent pantois, vous semblez fâchés avec l’arithmétique
    Exemple sur la puissance : compter 1 à 3kw par pièce (3kw si grande pièce par temps de gel persistant); alors un poêle de 20kw, c’est pour toute une maison, mais alors à condition d’avoir un système de circulation de la chaleur (ce que fait un chauffage central) sinon vous ne tenez pas à côté du poêle. Personnellement je chauffe une maison de 8 pièces, ancienne pas spécialement isolée, avec 25kw (la pleine puissance requise si -10°c dehors)
    Prix du combustible : à 0,05 € le kWh, on n’est pas loin des tarifs EDF, et c’est plus que le gaz, alors à quoi bon se coltiner des bûches pour des économies minimes ?
    Prix des poêles : ce sont des prix catalogue ? combien pour l’installation, raccordement à une cheminée (et réfection subséquente des tapisseries et décorations). Au final l’amortissement dépasse 10 voire 20 ans.

    • Bonjour
      Les chiffres cités dans les articles du dossier Poeles sont ceux des constructeurs (ou parfois d’études faites par des organismes genre Que choisir). L’intérêt du dossier réside donc justement dans les commentaires et témoignages de nos membres qui apportent des données vécues. Les exemples des uns et des autres nous aident donc à y voir clair (un peu comme les chiffres de consommationn des constructeurs auto et la consommation constatée soi même).

    • Bonjour à tous,

      Je voudrais apporter un commentaire et mon expérience sur le chauffage au bois, je dispose d’une chaudière bois pour chauffer une maison de 140 m2,avec une isolation moyenne, une température de 21° dans les pièces de vie et 16° dans les chambres à coucher,je consomme 12 stères de bois au maximum soit environ l’équivalent de 1750 litres de fuel(7 stères pour 1000 litres de fuel), ce bois me revient à 20€ le stère tous frais compris, en payant 10€ le stère sur pied (je le façonne moi-même)soit 240€, si je consommais du fuel le coût serait de 1575€ pour un litre de fuel à 0.90 pour arriver au même coût avec du bois il faudrait acheter ce dernier à 145€ le stère pour moi il n’y a pas photos avec le bois.

    • effectivement c sympathique

Moi aussi je donne mon avis