Aux diamants de sang, préférez les diamants de synthèse

L’exploitation du diamant est génératrice de conflits. Face au défi des diamants de sang, les diamants de synthèse offrent-ils une alternative ?

Rédigé par Nicolas Tranchant, le 8 Feb 2016, à 23 h 15 min

Les diamants synthétiques, une alternative éthique pérenne ?

Si la production de diamants de synthèse a essentiellement fourni l’industrie depuis ses débuts dans les années 1950, leur qualité leur permet maintenant d’égaler les diamants naturels au point qu’ils sont utilisés dans le secteur de la joaillerie avec succès(3).

Leur prix et la difficulté à les différencier des diamants naturels en font les candidats idéaux pour le grand public n’ayant ni les moyens de s’offrir des pierres d’exceptions, ni voulant se risquer à acheter des diamants de guerre. La plupart des producteurs de diamants de synthèse orientent d’ailleurs leur marketing sur l’aspect éthique de leurs diamants.

Tout n’est pas mauvais dans le diamant

L’économie de la plupart des pays africains producteurs est très dépendante des exportations de diamants et des taxes perçues auprès des multinationales. Les revenus générés par l’exploitation du diamant représentent ainsi 33 % du PIB du Botswana et cette industrie est le deuxième employeur du pays.

diamant-mariage-fiancailles-union-couple-amour-02

Si les diamants sont source de conflits, ils peuvent aussi être source de stabilité et de développement économique comme c’est le cas au Botswana, Namibie ou bien en Afrique du Sud. Tout dépend de la bonne gouvernance locale gérant les recettes de l’exploitation diamantifère.

Bien qu’il paraisse facile de jeter la pierre – c’est le cas de le dire… – aux compagnies minières ou de déclarer le boycott des diamants naturels, la réalité est bien plus complexe, puisque l’exploitation légale des diamants bruts, malgré ses défauts, à tout de même un très fort impact positif sur les populations locales. Ce sont en effet des centaines de milliers d’emplois qui sont ainsi créés, rien qu’en Afrique.

Évolutions à venir ?

diamant-synthetique-pierre-precieuse

Comme on le voit, le problème des diamants de sang n’est pas encore résolu. Et si les dispositions légales ont été prises au niveau international pour lutter contre leur commerce, c’est surtout la lutte au niveau local contre la corruption qui permettra d’améliorer l’efficacité du processus de Kimberley.

Quant aux droits de l’homme et aux conditions de travail des mineurs, il faut savoir que le prix au carat d’un diamant est multiplié par cinq entre la sortie de la mine et sa revente en joaillerie. Une manne financière existe donc pour améliorer les conditions de travail des populations locales. A quand les diamants équitables ?

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Français et ingénieur de formation, j'ai beaucoup voyagé en Amérique Latine pour finalement m'installer au Mexique en 2012. Depuis je suis entrepreneur sur...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Sinon préférez le collier de nouilles offert par vos enfants.
    ou les boucles d’oreilles en papier d’aluminium.
    Je rappelle à mes amis bourrés d’oseille que quand ils achètent des diamants plusieurs millions d’euros, c’est le prix du carburant des garimpeiros et de la sueur des diamantaires d’Anvers qu’ils règlent et non le prix que la terre a demandé pour fabriquer le caillou. La terre ne demande rien, mais elle pourrait demander un peu de respect.

Moi aussi je donne mon avis