Des substances nocives découvertes dans plusieurs baumes à lèvres

L’association de défense des consommateurs Test-Achats alerte sur plusieurs baumes à lèvres. La moitié des produits testés contient des substances dangereuses ou cancérigènes.

Rédigé par Maylis Choné, le 26 Sep 2017, à 11 h 00 min

Une enquête menée par l’association de défense des consommateurs Test-Achats vient de révéler la liste des substances nocives ou cancérigènes contenues dans les baumes à lèvres. Prudence.

Des substances cancérigènes et toxiques dans les baumes à lèvres

Depuis quelques jours, les enquêtes sanitaires semblent se multiplier et beaucoup de produits sont épinglés. Cette fois-ci, une étude menée par l’association de défense des consommateurs Test-Achats s’est penchée sur les baumes à lèvres et révèle que les baumes à lèvres, produits phares de la cosmétique, ne sont pas sans danger pour la santé. Sur les vingt-et-un testés, plus de la moitié contiennent des substances dangereuses. 

Ils sont dangereux d’une part car ils sont fabriqués avec des huiles minérales (autrement dit des hydrocarbures) ou des substances toxiques, voire cancérigènes, et d’autre part parce que ces substances ne figurent pas toujours de manière claire sur les emballages. Le consommateur n’est donc pas suffisamment informé des ingrédients présents dans son baume.

baumes à lèvres

© Juta

Quels baumes faut-il éviter  ?

Voici la liste révélée par l’enquête relayée par l’UFC-Que-Choisir mardi 26 septembre : Aptonia, Avène, Carmex, Eucerin, La Roche-Posay, Labello Original, Labello Sun Protect, Le Petit Marseillais, Louis Widmer, Maybelline Babylips Dr. Rescue, Maybelline Babylips Hydrate, Neutrogena, Vaseline, Vichy et Yves Rocher. Lorsque la liste des ingrédients est visible, il est préférable d’éviter les produits contenant du BHT (un conservateur qui peut être un perturbateur endocrinien), MOSH (Mineral Oil Saturated Hydrocarbon, en français hydrocarbures saturés) et MOAH (Mineral Oil Aromatic Hydrocarbons ou hydrocarbures aromatiques).

Lire aussi : Ces substances que nous cache… le rouge à lèvres

« On a retrouvé des résidus, l’un est cancérogène, l’autre semble être toxique, or, ils s’accumulent dans le foie et les ganglions lymphatiques« , explique Fabienne Maleysson journaliste à l’UFC-Que Choisir. « On ne sait pas exactement quelles sont les conséquences pour l’organisme, mais des études ont montré que certaines personnes ont jusqu’à 5 grammes dans l’organisme, donc on estime que ce n’est pas du tout souhaitable« , termine-t-elle.

Illustration bannière : Femme appliquant du baume sur ses lèvres – © petrunjela
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis