L’étonnant recyclage des crottes de panda en Chine

Le panda se nourrit exclusivement de tiges de bambous, ses excréments sont riches en fibres de cellulose. Une firme papetière a donc eu l’idée de fabriquer du papier toilette et des mouchoirs à base de crottes de panda.

Rédigé par MEWJ79, le 21 Dec 2017, à 10 h 00 min

La firme papetière Qianwei Fengsheng va recycler les fibres des excréments de panda pour produire du papier toilette, des mouchoirs ou encore des nappes. Le nouveau label porte le nom de « caca de panda ».

Papier toilette, mouchoirs et nappes fabriqués à partir de crottes de panda

Décidément, les pandas sont à la mode ! Alors que le couple en captivité au zoo de Beauval a enfin donné naissance à un bébé en 2017, cette fois, direction la Chine avec une toute autre affaire. La firme papetière Qianwei Fengsheng, dans la province du Sichuan, entend recycler les fibres des excréments de panda afin de produire du papier toilette, des mouchoirs ou encore des nappes, selon le Chengdu Business Daily. Le nom de ce nouveau label, « caca de panda », ne donne pas vraiment envie d’acheter un de ses produits. Mais cette future gamme, commercialisée en Chine, sera bien fabriquée à partir d’excréments de l’animal.

La firme papetière Qianwei Fengsheng collabore avec le Centre de protection et de recherche sur le panda géant, afin de valoriser les crottes et les déchets alimentaires de l’ursidé. Une idée somme toute logique, puisque l’animal se nourrissant exclusivement de tiges de bambou, ses excréments sont riches en fibres de cellulose. En outre, il en génère 10 kg par jour, rappelle un chercheur du centre des pandas, Huang Yan au journal local Chengdu Business Daily. En effet, le panda n’assimile pas la cellulose tapissant la paroi des cellules végétales. Outre ces déjections, le panda produit environ 50 kilos de déchets alimentaires : les grumes végétales qu’il recrache après mastication.

Ce Tweet du People’s Daily China dit : « Vous êtes un vrai fan des pandas ? Des mouchoirs en papier faits à base de ‘caca de panda’ sont maintenant disponibles en Chine. Ce produit utilise de véritables crottes ainsi que les restes alimentaires de pandas du Sichuan. Mais pas d’inquiétude, les pandas aiment manger du bambou et leurs rejets consistent essentiellement en fibres de bambou« 

En France, des mouchoirs à partir du crottin de cheval

La fabrication de papier à partir du bambou nécessite d’en éliminer le fructose, afin d’extraire les fibres. Une étape naturelle qui s’effectue dans l’appareil digestif du panda. Qianwei Fengsheng viendra, en revanche, collecter la matière première plusieurs fois par semaine dans trois réserves de pandas. « Ils s’occuperont des déchets à notre place », s’est réjoui un chercheur du centre des pandas, Huang Yan, dans le journal local Chengdu Business Daily. Une fois bouillie, pasteurisée et transformée en papier, la précieuse substance sera analysée pour garantir l’absence de bactéries. Une boîte noire et blanche de mouchoirs « caca de panda » sera vendue au tarif de 43 yuans (5,50 euros), bien plus cher qu’une boîte de mouchoirs en papier « classique ».

Lire aussi : Déforestation : Greenpeace épingle le géant de l’industrie du mouchoir en papier

André Durand, papetier, est responsable du Moulin à Papier de Brousses, dans l’Aude. Sur RFI, il explique comment il utilise quant à lui le crottin de cheval. Le procédé est simple : il récupère le crottin qu’il lave à grande eaux, afin de conserver uniquement la cellulose sous forme de fines tiges translucides qu’il fait bouillir dans la marmite pour éliminer les bactéries, avant de les décolorer.

Un procédé qui n’a rien de nouveau : « Entre 1840 et 1850, la France fabriquait du papier de crottin de cheval de façon industrielle, avant de passer au bois », raconte-t-il. On apprend aussi que dans d’autres pays, en Asie (Sri Lanka, Thaïlande), plusieurs entreprises utilisent notamment le crottin d’éléphant.

Illustration bannière : Panda géant – © PHOTO BY LOLA
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis