Crise du lait : le ton monte entre les agriculteurs et Lactalis

Malgré l’interdiction par la Justice du barrage installé par les agriculteurs aux abords du siège de Lactalis, près de Laval, les syndicats agricoles ne relâchent pas la pression et annoncent de nouvelles actions.

Rédigé par Jean-Baptiste Giraud, le 29 Aug 2016, à 16 h 04 min

« Face à l’échec des négociations et à des propositions inacceptables, les 3.000 agriculteurs qui se sont succédé à Laval durant la semaine, ainsi que tous les agriculteurs de France, se sont sentis humiliés par tant d’arrogance. »  Voilà en quels termes peu amènes les syndicats, qui ont tenté de renégocier le prix du lait avec Lactalis, ont fait le bilan de la semaine de négociations. Pour eux,  « le groupe Lactalis a révélé au grand jour, […], toute l’étendue du mépris qu’il avait pour les agriculteurs ».

De nouvelles actions des producteurs de lait à partir du lundi soir

Conséquence, les agriculteurs, qui ont dû retirer leur barrage devant le siège de Lactalis pour se conformer à une décision de Justice, prévoient d’autres actions et coups d’éclat, au plus tôt à partir de lundi 29 août au soir. Pour conserver l’effet de surprise, les syndicats n’ont pas encore donné le détail des actions imaginées, mais il faut s’attendre à des opérations coup de poing, du type retrait de produits laitiers transformés par Lactalis des rayons de supermarchés, par exemple.

Le gouvernement  n’a « pas de moyens de pression sur Lactalis »

Si Lactalis est ciblé par les agriculteurs, c’est que le groupe achète nettement moins cher le lait que les autres industriels. Lactalis achetait 256,90 euros les 1.000 litres de lait en juillet, contre 300 euros pour la laiterie Saint-Père, filiale d’Intermarché, par exemple.

Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, pris à partie par les Jeunes Agriculteurs (JA), affirme ne pas pouvoir faire grand chose. Il a déclaré sur France Info ne pas avoir le portable du PDG de Lactalis et ne l’avoir jamais rencontré…

Illustration bannière : Fin de la mobilisation à Laval – © Hugo Quinton
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Rien à foutre des tortionnaires qui exploitent et martyrisent les vaches, chèvres, brebis…. s’ils ne sont pas contents de leur sort, ils n’ont qu’à changer de métier ces cons !

    • Votre commentaire et votre langage est à la hauteur de votre intelligence à comprendre les problèmes de l’agriculture, n’en vous déplaise

Moi aussi je donne mon avis