Covid-19 : quelles solutions pour ceux qui ont perdu l’odorat ?

Pour les patients qui ont perdu le goût et l’odorat à cause du Covid-19, il existe plusieurs solutions destinées à leur permettre de retrouver ces sens.

Rédigé par Audrey Lallement, le 12 Jan 2021, à 10 h 10 min
Covid-19 : quelles solutions pour ceux qui ont perdu l’odorat ?
Précédent
Suivant

La perte du goût et de l’odorat fait partie des symptômes du Covid-19. Si la plupart des malades recouvrent assez rapidement ces sens, certains souffrent encore de troubles olfacto-gustatifs plusieurs mois plus tard. Ils ne sont pourtant pas irréversibles et plusieurs solutions existent afin de les exercer à retrouver leurs sensations. Explications.

Un accompagnement pour retrouver l’odorat

On le sait désormais, la perte de l’odorat et du goût fait partie des symptômes les plus courants du Covid-19. Selon une étude récemment publiée dans le Journal International of Medecine, l’anosmie (perte de l’odorat) ainsi qu’un dysfonctionnement olfactif concerne 86 % des cas légers. Au bout de 60 jours et 6 mois, respectivement 15,3 % et 4,7 % de ces patients n’ont toujours pas récupéré objectivement leur odorat.
Par ailleurs, cette anosmie touche plus les patients jeunes que les personnes âgées.

Rien de très grave pourrait-on penser et pourtant… Les troubles olfacto-gustatifs peuvent s’avérer très gênants, en particulier pour ceux qui utilisent beaucoup ces sens dans leur métier. C’est le cas notamment des oenologues, sommeliers, cuisiniers, parfumeurs ou aromaticiens qui, à cause du Covid-19, peuvent se retrouver directement affectés dans l’exercice de leurs métiers.

Pour les aider à surmonter cette épreuve et récupérer leur goût et leur odorat, l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin et l’Université de Bordeaux proposent aux étudiants un protocole d’accompagnement et de récupération.

Il repose sur des tests olfacto-gustatifs reconnus – avec une imagerie mentale olfactive et des huiles essentielles -, une évaluation de la mémoire et du ressenti sensoriel, couplés à un examen clinique.

Lire aussi : Héritage olfactif : à la recherche des parfums perdus

Une application et des huiles essentielles

Les victimes d’anosmie et de troubles olfactifs à la suite d’une contamination au Covid-19 peuvent aussi utiliser Covidanosmie. Il s’agit d’une application gratuite lancée le mardi 12 janvier. Elle a été mise au point par le professeur Denis, médecin au Mans (Sarthe) et la société Kelindi à partir de travaux menés par le centre national de la recherche scientifique, le CHU de Tours et l’association européenne des anosmiques.

Covidanosmie est une appli pour smartphone qui s’utilise avec un kit composé de quatre huiles essentielles : clou de girofle, eucalyptus, citron et géranium rosat. Pendant seize semaines maximum, les utilisateurs vont stimuler leur odorat en réalisant deux inhalations à l’aveugle par jour. Ces exercices sont censés leur permettre de retrouver progressivement leur sens.
Selon le professeur Denis ce protocole « permet de retrouver son nez dans deux tiers des cas » rapporte Ouest-France(1).

L’espoir de retrouver leur odorat reste donc permis aux patients qui souffrent d’anosmie à cause du Covid-19.

Illustration bannière : Comment guérir l’anosmie due au coronavirus ? © megaflopp
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai eu plusieurs anosmie dans ma vie et j’ai appris un truc pour en guérir , la dernière anosmie a étée plus tenace que les autres( 5 a 6 jours ) et je pense que j’avais attrapé le covid lors de la première vague parce que j’ai eu en même temps des sévères courbatures( sans grosse fièvre ) qui ont durées plusieurs jours .
    Le truc c’est la moutarde jaune forte sans conservateur ( bio ) , il faut en absorber de façon a ce que ça  » monte au nez  » plusieurs fois par jour si l’on supporte , moi ça me réussi .

  2. Je vis avec une personne anosmique et elle ne sent quasi aucune huile essentielle. Les seules qui passent sont menthe (ça, ça semble super) et lavande. Mais il paraît que la lavande pue atrocement 😉 Eh oui, parce que les anosmiques ne sentent pas, et le peu qu’ils sentent est déformé.
    Ça semble anecdotique, lorsqu’on n’exerce pas dans les métiers cités dans l’article, mais au quotidien, ça ne l’est pas du tout. Par exemple pour détecter des produits périmés (lorsqu’un produit est périmé, le nez peut le sentir quasi immédiatement. À la vue, on s’en rend aussi compte mais… dix jours plus tard !), les fringues sales, les aliments qui brûlent en cuisine, du plastique qui chauffe etc. En fait, on ne s’en rend pas compte car l’odorat est peu mis en avant, mais on se sert énormément de notre nez à longueur de journée. Il paraît que l’anosmie peut aussi créer des problèmes de mémorisation, parce qu’il manque un sens qui pourrait aider à se remémorer les choses (la fameuse madeleine de Proust)…

Moi aussi je donne mon avis