Convention Citoyenne : 146 propositions retenues et 15 milliards promis

La quasi totalité des mesures proposées par la Convention citoyenne sur le Climat ont été retenues par le Président de la République.

Rédigé par Paul Malo, le 30 Jun 2020, à 10 h 06 min

Au lendemain de l’échec de son parti aux élections municipales, Emmanuel Macron s’est mis sans attendre au vert en recevant les 150 membres de la Convention climat.

Une nouvelle séquence écologiste ?

Le rendez-vous au vert dans les jardins de l’Elysée, dès le lendemain des résultats du second tour, avait été calé de longue date. Le Président de la République a reçu les membres de la Convention citoyenne sur le Climat, afin de détailler quelles étaient les mesures qu’il acceptait. Surprise : la quasi totalité l’ont été, à trois près. Ont ainsi été écartés l’abaissement de la vitesse sur autoroutes à 110 km/h, pour ne pas reproduire le tollé des 80 km/h, la taxe de 4 % sur les dividendes des entreprises privées, ainsi que la réécriture du préambule de la Constitution, plaçant l’environnement au-dessus des autres valeurs fondamentales de la République.

Pour financer ces mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique, Emmanuel Macron a par ailleurs promis de consacrer 15 milliards d’euros. Une façon de verdir sans attendre sa ligne politique, alors que l’on parle d’un remaniement prochain du gouvernement pour lancer la dernière séquence du quinquennat, et la prochaine campagne présidentielle. Certaines mesures devraient être abordées durant un prochain Conseil de défense écologique d’ici fin juillet, d’autres à la rentrée prochaine, dans le cadre d’un projet de loi spécifique.

En passer par des référendums

« Vous avez démontré que nous devons aller plus loin, plus fort. Le défi climatique nous impose de faire plus », a déclaré l’actuel locataire de l’Elysée. « Investir dans les transports propres, rénover nos bâtiments », « inventer les industries de demain »… Les promesses sont nombreuses, passant par  la mise en place d’un « fonds de transformation écologique de notre économie dans le plan de relance ». Ont aussi été approuvés le principe d’un moratoire sur les nouvelles zones commerciales dans la périphérie des villes et des mesures d’aides pour la rénovation des bâtiments.

Emmanuel Macron pourrait rythmer le temps politique d’ici à 2022 avec des référendums, soumettant ainsi au vote dès 2021 certaines des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Passer par le référendum pour modifier la constitution suppose toutefois l’accord des deux chambres, et pourrait se retrouver face à un refus du sénat. Les mesures spécifiques pourraient quant à elle faire l’objet d’un référendum consultatif à questions multiples. Le Président a par ailleurs évoqué le lancement de nouvelles conventions citoyennes, « sur d’autres sujets » que le climat,  annonçant la transformation future du Conseil économique social et environnemental (Cese) en « chambre des conventions citoyennes. »

Illustration bannière : Le Président Emmanuel Macron répond aux 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat © elysee.fr
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Avec 0,9% de la polution mondiale nous nous donnons beaucoup d’importance .
    Apres le drame de Fessenheim ( car cela en est un , un fiasco d’aberration )
    l’Alsace ex-excedentaire va se retrouver deficitaire . Au lieu d’exporter
    de l’electricité sans CO2, nous allons combler le trou en important l’electricité sale et poluante de l’Allemagne ( charbon!!! ).Mme Merkel
    va etre aux anges . Quant à notre independance energetique ce n’est pas non plus le probleme de Y. Jadot

Moi aussi je donne mon avis