Comment rendre le diagnostic énergétique (DPE) efficace ?

Rédigé par Mark, le 28 Feb 2014, à 16 h 32 min

Le Diagnostic de Performance Energétique reste un peu conceptuel pour le particulier, alors qu’il est un indicateur précieux… …en théorie. Remis en question par les associations de consommateurs, quelques transformations rendraient pourtant le DPE très utile.

Diagnostic de Performance Energétique : c’est quoi ?

Aujourd’hui, le Diagnostic Performance Énergétique prend surtout la forme pour les particuliers d’une étiquette “énergie” et d’une étiquette “climat”.

L’étiquette “énergie”

diagnostic énergétiqueL’étiquette énergie est une échelle graduée de A à G, le pallier A constituant la meilleure note étant en vert, le pallier G la moins bonne “note” étant rouge.

L’étiquette “climat”

etiquette-gesCette étiquette met en évidence le niveau de gaz à effet de serre (GES) émis au sein d’un logement sur une année. L’étiquette climat classe votre logement selon qu’il est peu ou pas émetteur de CO2.

Le diagnostic énergétique, un dispositif peu fiable et contesté

La certification DPE remise en cause

Le DPE est obligatoire mais sur le terrain, on s’aperçoit depuis 2006 que les diagnostics sont trop souvent “folkloriques” et donc quasiment inutiles. La question de leur réforme se pose réellement. La certification du Diagnostic énergétique a fait l’objet de nombreuses attaques et déclenché une polémique.

diagnostic énergétiqueDès 2011, l’association l’UFC-Que Choisir s’est emparée du sujet et enquêté sur le terrain : elle a signalé des dysfonctionnements significatifs dans les entreprises qui réalisent les diagnostics thermiques.

dpe efficacitéFin 2012, après les réformes engagées par le gouvernement, l’association a à nouveau alerté les Autorités et les consommateurs car la situation ne s’était pas améliorée.

Le marché des diagnostics ne s’était pas assaini : « Deux maisons ont été classées, selon les diagnostiqueurs, dans 3 classes énergétiques différentes, avec pour l’une d’entre elles, un grand écart de B à E inadmissible », s’inquiète l’association qui poursuit en notant que les estimations de factures annuelles sont tout aussi instables, passant de “1366 à 4154 euros pour un même bien, soit une différence de plus de 300 %.”

Des propositions pour un diagnostic plus efficace

Economie d'énergieForce est de constater que cette mesure, le DPE, ne pousse pas du tout les Français à faire plus de travaux. Depuis 2006, malgré les nombreuses aides financières dont l’objet est de stimuler les initiatives d’économies d’énergie, le nombre de projets de maîtrise de l’énergie n’a pas progressé.

Lors de son intervention au Conseil National du Débat sur la Transition Energétique le 18 avril dernier, Henri Proglio, le président d’EDF, proposait un outil plus clair, plus incitatif et qui “parlerait” aux Français.

Le but serait de donner au consommateur une indication claire du montant de la future facture énergétique, et donc de mieux évaluer l’intérêt économique d’éventuels travaux d’économies d’énergies, d’isolation…

“Un diagnostic de performance énergétique plus robuste, crédible, et  libellé en €/m2, pour qu’il ait du sens concret pour les ménages en les renseignant sur ce qui les intéresse vraiment, à savoir le montant de leur facture et les incite à déclencher les gestes rentables.”

Transformer le DPE

dpe efficacitéDe son coté, l’UFC-Que Choisir demande  :

  • D’adopter le plus vite possible de nouvelles mesures techniques pour fiabiliser les Diagnostics de Performance Energétique, notamment une meilleure formation et certification des diagnostiqueurs ainsi que de plus grands contrôles et sanctions de leurs obligations ;
  • De rendre immédiatement opposable le DPE au bailleur et au vendeur pour que la responsabilité du diagnostiqueur puisse être concrètement engagée en cas de diagnostic erroné.

Pour être lisible, le DPE devrait ainsi s’appuyer sur une vision au en euros par mètre carré. Ainsi  le diagnostic de performance énergétique gagnerait en clarté et en transparence et serait sans doute plus utile pour nous inciter, nous les consommateurs, à ouvrir des projets d’économies d’énergie .

*

Je veux témoigner

Lisez plus sur le logement et énergie :

Source : Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Quand il n'écrit pas, Mark jardine ! Partageant son temps entre Dijon et Londres, il met au service ses compétences pour faire avancer le monde vers un...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    L’élaboration de l’algorithme de calcul du DPE est une simplification de celui des BET Thermiciens, avec beaucoup d’éléments qui se calculent de manière automatiques. Il a évolué en 2012 pour tenter de le rendre plus fiable. Le législateur a alors fait passer de 30 à 60 points d’entrée. A mon sens, ce n’est pas en multipliant les paramètres qu’on peut espérer fiabiliser un résultat.
    Le point faible du DPE réside dans la prise des informations sur les caractéristiques techniques du logement. Un DPE ne se fait pas en 10 minutes, comme certains reportages TV ont pu montrer. Pour une maison de 100 m², il faut compter un peu moins d’une heure sur place.
    Le consommateur ne voit souvent que par le prix de la prestation. Or, lorsqu’on voit des prix de DPE à 30 € ou 60 € TTC, il ne faut pas venir se plaindre que le résultat manque de fiabilité !
    Pour autant, même avec des tarifs plus “normaux”, le sérieux de l’opérateur n’est pas toujours au rendez-vous. Il ne faut pas hésiter à lui poser des questions sur les raisons de certains choix, de lui faire rectifier des éléments qui seraient faux. A l’extrême, si le travail est bâclé, il y aussi la possibilité d’en faire part à son organisme de certification qui pourra exercer une surveillance plus accrue sur l’opérateur et lui demander de répondre aux objections qui lui sont faites.
    L’évolution de 2012 a également interdit l’usage du calcul conventionnel avec l’algorithme 3CL pour les constructions anciennes (avant 1948), en imposant l’utilisation des relevés de consommation réelles.
    Or ce mode de calcul peut déboucher sur des résultats complètement ahurissants. Si nous prenons le cas d’une maison individuelle occupée par une couple de 2 personnes, la consommation de cette même maison ne sera pas la même si elle est occupée par une famille de 5 personnes. De plus, selon que l’hiver aura été rigoureux ou non, que la consigne de chauffage soit réglée à 20° C ou 22°C, les consommations du même bâtiment peuvent significativement fluctuer.
    Dans le cas d’un immeuble collectif, la présence, ou l’absence, d’occupation dans les logement mitoyens a un impact important sur la consommation. Dans le calcul conventionnel de DPE, les logements mitoyens sont considérés occupés en permanence.
    Il y aurait beaucoup à redire sur le DPE, mais le choix de l’opérateur est essentiel dans la qualité et la fiabilité du calcul.
    A bon entendeur !
    Cordialement
    Pascal

    opérateur indépendant en diagnostics

  2. bonjour, Pour qu’un diagnostic DPE soit à peu près fiable, il ne devrait être fait que l’hiver par temps froid, avec le chauffage à 20° par exemple depuis au moins 48 heures, et prendre des mesures de températures des parois intérieures et extérieures. On pourrait comparer à une maison chauffée mais non isolée pour se rendre compte.

    Là, on commencerait à avoir quelque chose d’à peu près fiable, mais tel que c’est fait, on ne tient pas compte des isolations qui ont été mises et dont on peut apporter la preuve. Et lorsqu’on vient juste d’isoler, on n’a pas de facture justificative.

    En somme, sur une vieille maison, vous vous contentez de mettre des fenêtres neuves rutilantes, et rien d’autre, vous aurez le même classement que si en plus des fenêtres, vous isolez les murs, le plafond et le sol. Et les fenêtres, c’est peu par rapport à l’isolation des murs.

    Il doit falloir avoir le diagnostiqueur dans sa poche ou le faire beaucoup travailler pour avoir un diagnostic très bon dans un ancien logement.
    J’ai vu, dans une annonce un studio classé A pour l’énergie, dans un immeuble de 35 ans, et avec des convecteurs électriques…. complètement impossible d’autant plus que le chauffage électrique plombe le DPE. Soit le propriétaire avait triché, soit le diagnostiqueur a fait n’importe quoi, car c’est complètement impossible.

    Alors, surtout ne vous y fiez pas. Vous pouvez tomber sur un DPE pas terrible et être agréablement surpris, ou le contraire.

    On a juste créé des emplois… parasites.

    un DPE juste tout le monde serait d’accord, mais tel qu’il est, ce n’est pas la peine.

    Il y a même des simulateurs sur le net, qui suivent d’assez près le programme des diagnostiqueurs, mais lorsqu’on voit les questions posées, et les quelques cas envisagés, ça ne veut rien dire.

    Par contre sur une maison que j’ai isolée, j’ai fait refaire le chauffage, je n’ai pas pu réutiliser les radiateurs en fonte, et le chauffagiste a fait calculer les puissances des nouveaux radiateurs en tenant compte de l’isolation réelle qu’il a pu constater. Et bien, là, ils ont vu juste. Des radiateurs nettement moins puissants que les anciens avec une chaudière neuve, chauffent très bien, et la chaudière ne tourne pas souvent, car la chaleur ne s’échappe guère. La plus forte déperdition est la VMC, mais elle est indispensable si on ne veut pas avoir un logement insalubre.

    Donc ceux qui calculent la puissance du chauffage une fois l’isolation faite, eux sont très fiables. C’est à eux que le gouvernement devrait faire faire le DPE.

  3. bonjour, J’ai isolé par l’intérieur les murs d’un logement, j’ai fait un faux plafond pour réduire la hauteur à 2,45 m car elle était à 2,70m J’en ai profité pour mettre deux couches de laine de roche croisées soit 10 cm au total. Au dessus il y a une dalle béton et un logement en combles.
    Il y a un chauffage entièrement neuf (chaudière gaz + nouveaux radiateurs (nettement moins puissants que les anciens qu’on ne pouvait réutiliser, tuyau cuivre à la place des anciens tuyaux fer). Double vitrage argon bien entendu, VMC hygro…

    Et bien, ce logement chauffe très bien, exceptionnellement bien, ça dépasse mes espérances. Je crois que le sous plafond isolé qui évite que la dalle “bouffe” directement toutes les calories y est pour beaucoup.

    Et bien le diagnostiqueur ne voulait pas en tenir compte et voulait me mettre D, alors, je lui ai dit que sur les annonces on voyait des logements en rez-de-chaussée, en ville dans des maisons anciennes, ne recevant que très peu ou pas le soleil l’hiver, avec des vieilles fenêtres simple vitrage, et murs non isolés qui avait D, donc moi, j’ai dépensé plus de 30 000 euros, en faisant une bonne partie du travail moi-même (sauf chauffage), et que si ça ne méritait pas mieux, la prochaine fois j’irais voir ailleurs..
    Alors, il m’a dit : bon alors, on ne le fait pas, je lui ai dit d’accord.

    Il a passé demi heure en tout, mais 20 mn à répondre au téléphone, à tel point qu’à la fin, il ne savait plus ce que je lui avais dit…

    Bon, c’est clair que c’est du pipo et que ce n’est pas fiable.
    Alors quant on loue, c’est ennuyeux certes, mais lorsqu’on achète et qu’on paie nettement plus cher une maison soi disant qu’elle est économe, là c’est plus grave.

    Regardez bien les photos des annonces, les descriptions des logements, les fenêtres, les murs (vu l’allure du bâtiment aussi bien intérieur que extérieur, on devine facilement ce qui a été fait. Et vous regardez le DPE.
    Si vous observez bien, vous vous rendrez compte de vous même.

  4. En attendant une évolution de la législation sur la question, mieux vaut faire appel à des entreprises qui ont fait leur preuve, comme groupe-qualiconsult.fr/ ou d’autres. Mais il est vrai qu’il faudrait que le protocole soit mieux défini.

  5. je me suis fait avoir par le diagnostiqueur le vendeur et l agence qui nous a vendu la maison c est un goufre financier cette maison qu on a tant souhaite

  6. Pour avoir assisté a plusieurs diagnostics DPE pour moi tout ça n’est que foutaise et la bonne occasion pour ces sociétés de se faire du fric sur le dos du consommateur

  7. Le DPE tient compte de l’isolation du logement du chauffage installé (le chauffage par radiateurs électriques pénalise le DPE, en raison du coefficient d’énergie primaire qui est de 2,58 KW produit pour 1 consommé.

    Le DPE tient compte aussi de l’exposition au soleil.

    J’ai un locataire dans un logement qui, l’hiver a le soleil dès le matin de bonne heure et jusqu’à 14h 30, donc du chauffage gratuit, surtout que les fenêtres double vitrage sont très larges 2 mètres sur 1,30 de haut. J’ai même mis des rideaux assez fins mais qui coupent l’éblouissement du soleil, afin que ce ne soit pas gênant pour les occupants, mais qui permette de récupérer cette chaleur gratuite.

    Et bien tous les matins les volets sont fermés et le restent jusqu’au soir 18 heures.

    De plus, l’autre jour, il a plu toute la journée et bien, tout l’après midi le locataire était chez lui, il ne faisait pas très chaud, il a laissé la fenêtre du séjour ouverte pendant plus de deux heures.

    La VMC hygro a dû faire son boulot et a dû aspirer à grande vitesse toute la nuit pour évacuer l’humidité qu’il avait fait entrer en laissant ouvert. La VMC est réglée à 60% pour déclencher la grande vitesse, mais comme dehors lorsqu’il pleut il fait 75 ou 80%, vous avez compris.

    Ce locataire qui fait n’importe quoi fausse le DPE. Il faut arrêter de taper sur les propriétaires. Beaucoup de locataires, surtout des jeunes qui n’ont pas encore d’expérience et qui ne se prennent pas la tête vont augmenter la conso du logement de par leur façon irraisonnée d’utiliser le logement. ça aussi, il faut le dire.

    Ils n’y comprennent rien, et font n’importe quoi. De plus, il a un hygromètre dans le logement.

    Une personne sensée va profiter du soleil et va faire attention que les volets soient ouverts lorsque le soleil brille ou lorsqu’il sait qu’il va sortir.

    Les volets sont électriques, mais bon, il faut appuyer sur le bouton…

    C’est décourageant et rageant de faire l’effort de puiser sur ses propres économies et dépenser des sommes importantes pour isoler un logement, y mettre une chaudière neuve, alors que le locataire par ignorance surtout utilise le logement le plus mal possible.

    Il faudrait que le gouvernement, édite des livres à l’usage des gens sur les économies d’énergies, et expliquent même ce qui est évident qui coule de source. Le DPE ne tient pas compte de la connerie de l’utilisateur qui peut sérieusement augmenter la dépense.

    • Si je comprend bien on tous des ”beu-beu”

    • Le comportement des locataires sont souvent étranges et parfois irrationnels. Par exemple, il est courant que les locataires coupent la VMC pensant économiser l’énergie… ce qui est catastrophique en terme sanitaire et qui n’amène aucune économie d’énergie. Lorsque le calcul se base sur les relevés de consommation, le comportement anarchique des locataires peut effectivement affecter le calcul.
      Mais sur la méthode conventionnel, le calcul se base sur un scénario d’utilisation standardisé où ne sont pris en compte que les paramètres techniques du logement sans tenir compte de l’usage parfois défaillant des locataires.
      Cordialement
      PB

  8. le DPE d’aujourd’hui est ridicule et complètement faussé. Avant le diagnostiqueur prenait en compte l’isolation, les matériaux, les menuiseries etc… et sortait la valeur et la lettre associée. Aujourd’hui, on leur demande de prendre en compte la facture énergétique! Je travaille dans l’immobilier, un de mes clients se chauffe au charbon, il a quitté sa maison depuis 9 mois, aucune isolation et simple vitrage = classe D et pratiquement pas de GES. Une mamie qui reste chez elle toute la journée et se chauffant bien peut avoir sa maison classée F car elle consommera beaucoup. Un peu de bon sens et de réflexion SVP!!!

    • Le calcul de DPE se basant sur les consommations réelles est ridicule. Tout au plus, il est le reflet du mode de vie de celui qui vend son logement… Et les exemples sont légions de personnes retraitées qui vivent dans leur rez-de-chaussée sans chauffer tout le reste de la maison. Les résultats qui en découlent sont encore plus sujet à caution que le calcul conventionnel !
      Cordialement
      PB

  9. aucune lisibilité sur le long terme, aucune pertinence des aides sur le terrain
    comment feront les français pour avancer l’argent près de 2 ans ? (défiscalisation concrète deux ans après)
    j’ai changé ma chaudière (8500 e) et j’ai eu ………… 70 € de prime et mon pret à 1% sur le papir en fait près de 2 dans les faits.
    arretons de prendre les français pour des idiots et ils joueront le jeu !

  10. Bonjour
    Le mode vie de chacun va énormément influence la consommation d’énergie
    ce mode de vie est différent si c’est une famille avec enfants et variable avec l’age des enfants
    les personnes âgées chauffe en général plus qu’une famille active
    etc….
    les diagnostiqueurs ne devrais jamais se baser sur les dernières factures car un vendeur peu ne pas vivre dans le logement toute l’année , ce qui fausse la donne
    le problème est donc complexe et explique les différences.
    le rendre opposable n’est pas la solution car cela conduirais a sous noter un logement pour les diagnostiqueurs pour ne pas être inquiété

    Patrick

Moi aussi je donne mon avis