Nos recommandations de base pour observer la faune sauvage  

Malgré la qualité des documentaires et des magazines, admirer la vie sauvage de ses propres yeux reste une expérience irremplaçable. Voici les règles de base pour approcher la faune de nos campagnes.

Rédigé par Étienne Vergne, le 29 Jul 2018, à 11 h 10 min

Selon l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), la France compte plus de 2.300 espèces de mammifères, d’oiseaux et d’amphibiens. Pourtant, cette présence fragile et menacée ne saute pas tout de suite aux yeux du citadin ou du touriste de passage dans une région rurale ou forestière. Les animaux, surtout le gibier, ne cherchent pas forcément le contact avec l’homme souvent perçu comme un prédateur. Comment favoriser, malgré tout, la rencontre avec un animal sauvage ?

6 conseils pour observer la faune sauvage pendant vos vacances

ConsoGlobe.com vous dévoile les règles d’or les plus élémentaires pour découvrir en solo ou en famille la faune de nos campagnes.

#1 – Se documenter sur les espèces à observer

C’est le b.a.-ba. Plus on connait le mode d’alimentation, l’habitat et les habitudes de l’animal recherché, plus on augmente ses chances de l’observer dans son milieu naturel. À ce titre, un guide d’identification des oiseaux ou des mammifères ne sera pas un investissement inutile.  Mettrez également toutes les chances de votre côté en apprenant à identifier ses traces ou ses déjections.

Explorateurs en herbe © Vasylev Alexander

#2 – Se lever tôt

Programmer son excursion le plus tôt possible. Les animaux se montrent aux heures où ils seront le moins dérangés par une présence humaine. Au lever du soleil, les mammifères nocturnes tels que les chevreuils ou les biches, n’ont pas encore regagné leurs pénates. C’est aussi à cette heure que les oiseaux commencent à chanter.

#3 – S’armer de patience

La première excursion en forêt n’aboutira peut-être à rien. Sans céder au découragement, il faudra peut-être revenir plusieurs fois pour repérer les lieux de passage quotidien, les garde-mangers ou un affût idéal d’où vous pourrez observer sangliers, renards ou biches.

#4 – Camoufler sa présence

Difficile de surprendre un animal qui vous aura déjà repéré. Une discrétion absolue est donc de rigueur.

Proscrire les parfums ou tout autre produit qui dégagent une forte odeur et avancer contre le vent. Privilégier les vêtements de couleurs sombres, les tons marron ou vert-foncé plutôt que des teintes contrastées comme le blanc, le jaune, le rouge ou le noir.

Ne jamais sortir un mouchoir blanc.

Les tissus portés ne doivent pas faire de bruit en se frottant comme c’est le cas pour certaines matières synthétiques. Ne jamais activer de fermeture éclair ou de scratch.

De manière générale, garder le silence même si certains bruits comme le craquement de branches ou un éternuement sont inévitables. Les photographes veilleront à ne pas trahir leur présence par un reflet lumineux produit par leurs objectifs.

#5 – Limiter les mouvements

La vue de beaucoup d’animaux est sensible aux mouvements. Il faut donc rester immobile autant que possible et se déplacer lentement. Le mieux serait de marcher quelques minutes puis de s’asseoir et d’écouter. Avant de repartir pour effectuer un nouvelle halte.

Une paire de jumelles ou une longue-vue permettent d’observer les animaux sans les déranger © Erkki Alvenmod

#6 – Ne pas déranger les animaux

Votre excursion ne doit pas troubler la paix des animaux. Un stress causé par la présence humaine peut provoquer une fausse couche chez les femelles ou l’abandon de la couvée pour certains oiseaux.

Ne jamais s’arrêter à proximité d’un nid donc. Observer ceux des rapaces à une distance minimale de 500 mètres.

Ne pas ramasser d’insectes ou de fleurs.

Illustration bannière : © Khort Esther Tatiana
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis