Top 10 des combats environnementaux menés autour de la planète

Eoliennes, huile de palme, déforestation…Mené par un collectif de chercheurs et d’activistes, le projet Environemental Justice Atlas s’efforce de cartographier les conflits passés et en cours à travers le monde. Dix causes majeures émergent de cette initiative inédite.

Rédigé par Étienne Vergne, le 24 Jun 2018, à 18 h 00 min

Manifestation contre une compagnie minière au Ghana, blocage du chantier d’une centrale à charbon en Inde… Au total, le nombre de conflits inventoriés par le projet Environemental Justice Atlas (EJAtlas) s’élève à 2.500. Un travail de fourmi coordonné par une équipe de l’Institut de Science Environnementale et de Technologie de l’Université Autonome de Barcelone.

ONG et populations locales alliés contre les compagnies minières et les industries fossiles

La plupart de ces confrontations opposent les promoteurs de projets industriels avec des populations locales. Des mouvements souvent soutenus par des activistes ou des représentants d’ONG soucieux de préserver un écosystème. Parfois en obtenant gain de cause ou en le payant de leur vie.

© EJAtlas

Cette base de données a permis au site theconversation.com de dresser un top 10 des batailles environnementales menées à travers le monde.

#1 – L’accaparement des terres, premier enjeu des conflits environnementaux

Beaucoup de mouvements luttent contre l’appropriation de terres arables pratiquée à grande échelle. L’EJAtlas en répertorie plus de 600 à travers le monde. Il s’agit notamment de projets de plantations d’huile de palme qui expulsent les populations locales de leurs terres agricoles et encouragent la déforestation ou la pollution des eaux.

#2 – Énergies renouvelables contre communautés locales

Les projets d’éoliennes et de barrages prolifèrent sur tous les continents. Certains, au nom d’une vision détournée du développement durable, s’imposent non sans brutalité aux habitants des régions concernées au détriment de leur santé, de la qualité des eaux souterraines ou de la biodiversité. L’EJAtlas liste 357 conflits de ce genre.

#3 – Regain de l’extraction minière

Avec l’essor des nouvelles technologies, le monde développe une addiction aux métaux rares comme le Lithium. Leur extraction, gourmande en produits chimiques et en eau, n’est pas sans conséquence sur l’environnement des sites exploités. Parmi les 270 conflits répertoriés,  beaucoup se concentrent en Amérique Latine et concernent aussi des mines d’or ou de cuivre.

#4 – La résistance des carburants fossiles

Les réserves mondiales de carburants fossiles diminuent. En conséquence, les industriels du secteur se rabattent sur des ressources ou des méthodes d’extraction non conventionnelles. En particulier sur l’exploitation des sables bitumineux, du gaz de schiste ou les forages offshore. Résultat : pollution des eaux potables, destruction des écosystèmes marin…

Les projets ont engendré 178 conflits. Des mouvement locaux de contestation se sont fédérés au sein du mouvement Blockadia qui est parvenu à imposer des moratoires ou à bloquer certains projets.

#5 – La mondialisation du traitement des déchets

Dans notre monde globalisé, les déchets voyagent comme les marchandises. Un système bien commode pour les évacuer vers un autre pays ou un autre continent. Mais peu agréable pour les habitants de certaines zones contraints de cohabiter avec des décharges ou des incinérateurs.

© vchal

Les projets d’implantation rencontrent l’opposition de mouvements des sociétés civiles fédérés au sein d’organisations internationales pour promouvoir une économie sans déchets. 126 conflits ont été recensés à travers le monde.

#6 – Les pilleurs de sable

L’industrie du bâtiment connaît un essor sans précédent. Tout comme l’extraction illégale de sable particulièrement rentable. Un phénomène qui frappe particulièrement les plages du sud de l’Inde et les rivières de l’Himalaya, dans 82 sites sensibles.

#7 – La lutte des petits pêcheurs

Partout dans le monde, des communautés de pêcheurs se regroupent pour réclamer un accès aux ressources halieutiques plus juste et plus équilibré. Ils s’opposent notamment à des projets de ports ou des projets d’élevage intensif. 77 conflits sont latents en Turquie, au Chili, en Inde ou en Équateur.

#8 – Montée de l’activisme en Chine

Ces dernières années ont vu la société civile chinoise se mobiliser contre de nombreux projets de barrages, des usines pharmaceutiques ou des mines de charbon : il y a 76 sources de conflits.

#9 – Défiance contre l’énergie nucléaire

C’est l’une des plus vieilles hantises du mouvement écologiste ravivée par la catastrophe de Fukushima. Les projets de nouveaux réacteurs ou de sites d’enfouissement de déchets nucléaires trouvent  souvent sur leur route des mouvements d’opposition. France, Allemagne, Japon : 57 sites sensibles ont été répertoriés.

#10 – Sevrer l’agriculture des pesticides

Certains pesticides, à l’instar du glyphosate, sont cancérigènes ou à l’origine de malformations et de ravages sans précédent pour la biodiversité. Pourtant, leur usage augmentent dans les pays en voie de développement.

Illustration bannière : Déforestation en Malaisie – © Rich Carey Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis