Biocontrôle au potager, comment ça marche ?

Le biocontrôle, c’est toute une panoplie de moyens de luttes contre les ‘bio agresseurs’ avec pour objectif : produire sans utiliser des produits chimiques et avec le moins de pertes possibles.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 7 Feb 2019, à 17 h 00 min

Le biocontrôle, c’est une utilisation de mécanises naturels pour limiter l’impact des ravageurs sur les cultures. Cette pratique est de plus en plus utilisée, autant chez les jardiner amateurs que chez les agriculteurs de profession, surtout à présent que de sérieux efforts doivent être accomplis pour sortir du glyphosate et autres produits phytosanitaires.

Comment mettre en place le biocontrôle au potager ?

Dans une approche de biocontrôle, il n’y a pas de recette miracle qui marche quoi qu’il arrive. C’est là la toute première chose que quiconque voulant utiliser la technique se doit d’intégrer. Le pas le plus dur à franchir ? Accepter la prise de risque.

biocontrole potager

Bien connaitre son potager pour bien débuter © Sternstunden

C’est d’ailleurs parce qu’il n’y a pas de garantie d’efficacité donc l’impossibilité d’assurer une sécurisation de la production que le biocontrôle (comme toutes les techniques de jardinage naturel) effraye encore nombre de jardiniers et d’agriculteurs. En cela il faut des pionniers courageux, soyez-en !

Commencer par observer son potager

Le jardinier se devra avant tout d’être un observateur de premier rang de son environnement. Un jardin ou un potager n’en vaut pas un autre, la nature est multiple ! C’est à partir d’observations fines qu’il sera possible de trouver les outils de biocontrôle qui fonctionnent chez lui.

Il est également important de comprendre que le biocontrôle est une technique avant tout et surtout de prévention des problématiques. Il ne s’agit pas d’attendre que le problème soit là pour essayer de l’enrayer, mais bien de prévoir à l’avance quelles vont être les écueils. Si une invasion de ravageurs arrive, il est cependant possible d’agir, mais les dégâts risqueront tout de même d’être conséquents.

Quels sont les dispositifs de biocontrôle ?

  • Des macro-organismes (insectes, nématodes, etc.),
  • Des micro-organismes (virus, bactéries ou champignons),
  • Des médiateurs chimiques (phéromones),
  • Des substances naturelles d’origine minérale, végétale ou animale.

En biocontrôle, les insectes sont des amis

Si certains insectes (et au final ils ne sont pas aussi nombreux que cela) sont vraiment gênants au potager, la grande majorité est inoffensive voire utiles.

Larve de chrysope se dissimulant sous le cadavre de ses proies © IamTK

Pour vous aider dans cette lutte biologique, il existe nombre d’insectes auxiliaires très efficaces pour vous débarrasser de tous ces ravageurs qui dévorent vos récoltes.

La chrysope et la coccinelle sont emblématiques de ces insectes alliés du potager et que l’on peut retrouver dans le commerce. Mais il en est d’autres comme le cloporte ou le carabe qui sauront également jouer leur rôle !

L’utilisation de médiateurs chimiques et de micro-organismes en biocontrôle

On appelle médiateurs chimiques toute la gamme des produits permettant de lutter contre les agresseurs des cultures. Les phéromones par exemple, sont très efficaces pour éloigner des insectes très spécifiques notamment grâce à la technique de confusion sexuelle : faire croire, dans un lieu précis, qu’il n’y a que des femelles ce qui permet de les éloigner toutes puisqu’elles vont naturellement préférer éviter la concurrence.

Chez les micro-organismes, certains virus ou bactéries sont aussi utilisés pour limiter les pullulations d’insectes ravageurs des cultures. Ces moyens sont particulièrement efficaces dans la régulation des populations d’insectes qui se multiplient du fait de la monoculture (grands champs, vergers avec une seule variété de fruits, etc.).

Biocontrôle – À noter

Quelle que soit la technique utilisée, il est important de favoriser tous les insectes auxiliaires, de connaître son sol afin de savoir ce que l’on peut y planter et de choisir des variétés de plantes qui soient adaptées à votre climat.

Il faut aborder le potager dans sa globalité et non seulement en plusieurs petits morceaux à cultiver dans un but précis.

Les substances naturelles à portée de main

Il existe de bien nombreuses substances naturelles qu’elles soient d’origine végétale, minérale ou animale, qui peuvent être utilisées pour limiter l’impact des ravageurs.

Certaines sont connues, comme le purin d’ortie ou de sureau, d’autres le sont moins, comme la terre de diatomée par exemple.

Orties à utiliser en purin au potager © s74

Leur utilisation est néanmoins à réfléchir car on apporte, dans un milieu, une substance qui n’y était pas. Ce n’est pas parce qu’une substance est naturelle qu’elle ne doit pas être utilisée avec justesse et parcimonie !

Le biocontrôle est donc un ensemble de techniques et de méthodes à mettre en oeuvre au potager en les adaptant à la fois en fonction des variétés produites, mais aussi du terrain et de l’environnement local. Pas facile, mais quand on a trouvé la solution à une problématique, on tire une toute autre fierté d’y être arrivé en respectant l’environnement et sans prendre de risque pour la santé de ceux qui vont consommer les fruits et légumes récoltés !

Illustration bannière : Piège à phéromones © AJCespedes
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis