L’air est plus pollué sur un bateau de croisière que dans les plus grosses villes du monde

Les touristes en croisière croient respirer le bon air vivifiant du large ? Erreur : un bateau de croisière émet des millions de particules fines.

Rédigé par Pauline Petit, le 6 Jul 2017, à 10 h 00 min

Les passagers d’un bateau de croisière inhalent des quantités de particules très fines, davantage que s’ils étaient dans une ville très polluée. C’est la conclusion d’une enquête diffusée sur la chaîne britannique Channel 4.

Un bateau de croisière émet des millions de particules fines

Les touristes sont de plus en plus nombreux à privilégier les croisières pour leurs vacances. Or il s’agit d’un moyen de transport particulièrement polluant. Un seul bateau de croisière émettrait autant de particules fines qu’un million de voitures réunies. Ainsi, trente paquebots émettent autant de pollution que l’ensemble des voitures du Royaume-Uni.

Une pollution aussi forte sur un bateau de croisière qu’à New Delhi

Le volume de particules fines sur le pont d’un bateau de croisière s’élève à 84.000 par cm³. Il peut atteindre plus de 200.000 près des cheminées, soit le double de ce qui est habituellement enregistré dans le quartier de Picadilly Circus à Londres.

bateau de croisiere

« On pourrait relever de tels volumes dans les villes les plus polluées du monde comme Shanghai ou New Delhi« , estime le docteur Matthew Loxham, interrogé dans le cadre de l’enquête.

Une pollution qui a des conséquences déplorables sur l’environnement, mais aussi sur la santé : les passagers qui souffrent de problèmes respiratoires pourraient souffrir de cette émission massive de particules fines ; quant aux membres de l’équipage, ils pourraient développer des pathologies suite à l’exposition aux émissions polluantes à long terme.

Un désastre en termes de santé et d’environnement qui avait déjà été dénoncé en 2015 par France Nature Environnement (FNE). « Le fioul lourd des navires est très polluant et possède une teneur en soufre plus de 3.500 fois supérieure à celle du diesel des voitures« , indiquait Adrien Brunetti, chargé de mission santé au sein de FNE, en 2015. L’association indiquait que les paquebots étaient nocifs pour la qualité de l’air, même à l’arrêt. Or selon l’ONG Transports and Environment, il serait simple de réduire drastiquement cette pollution en imposant quelques mesures aux croisiéristes.

Illustration bannière : Bateau de croisière – © Riccardo Arata Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour, On pourrait aussi faire disparaître ces bâteaux de croisière qui polluent plus qu’un million de voitures réunies…

    On voit bien qu’on se fout de nous. Idem les avions qui devraient être limités à l’indispensable.

    Il y a de gros intérêts derrière.

  2. à l’arrêt, ça n’existe pas !
    même au port les machines tournent !!!

Moi aussi je donne mon avis