Le temps passé sur un smartphone peut rendre les ados suicidaires

Une étude menée par des chercheurs de l’université de San Diego aux États-Unis, révèle que le taux de suicide chez les jeunes a fortement augmenté avec l’avènement du smartphone.

Rédigé par Maylis Choné, le 24 Nov 2017, à 9 h 45 min

Il n’est pas toujours évident de comprendre pourquoi un jeune de moins de 18 ans en vient à se suicider. Les chercheurs ont peut être découvert une partie de la réponse.

Les taux de suicide ont explosé depuis cinq ans

Pour mieux comprendre le phénomène du suicide chez les jeunes âgés de 13 à 18 ans, des chercheurs des universités de San Diego et de Floride ont mené une vaste enquête aux États-Unis auprès de 506.000 personnes. Et les résultats sont alarmants : le taux de suicide a doublé entre la fin des années 1990 et aujourd’hui.

Lire aussi : Plus de 3.000 décès d’adolescents par jour pourraient être évités

L’étude prouve également que ce fléau touche de plus en plus de jeunes, quels que soient leur classe sociale ou leur lieu de vie. Si les chiffres augmentent dangereusement chez les garçons, se sont les filles qui demeurent les plus touchées par les symptômes dépressifs et les idées suicidaires. Entre 2010 et 2015, le taux de suicide a augmenté de 65 % chez les filles.

Le harcèlement par téléphone © oliveromg

Smartphone et suicide seraient liés

Les situations sentimentales, familiales, scolaires peuvent évidemment entraîner une dépression voire un suicide chez un jeune. Mais les chercheurs ont mis le doigt sur un phénomène très grave puisque très répandu : les jeunes qui passent plus de cinq heures par jour sur leur smartphone ont 66 % de risques supplémentaires de souffrir de symptômes suicidaires. En cause, les réseaux sociaux consultés à outrance par les moins de 18 ans.

Lire aussi : Adolescents et réseaux sociaux : c’est grave, docteur ?

Sur les réseaux sociaux, on ne partage qu’une partie de la réalité de sa vie et on offre surtout une image rêvée. C’est pourquoi de nombreux jeunes souffrent de ce décalage. D’autres y sont harcelés : moqueries et calomnies peuvent détruire la réputation d’un jeune à l’école et le pousser au suicide. C’est pour cette raison que de plus en plus de professionnels se mobilisent pour alerter les jeunes sur les dangers de la surconsommation des réseaux sociaux.

Illustration bannière : Ado déprimée – © Nelli Syrotynska
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour je m’appelle Julien j’ai 16 ans voilà c’est tout
    BYE

Moi aussi je donne mon avis