5G : Delphine Batho et plusieurs ONG demandent un moratoire

La députée EDS Delphine Batho a affirmé que les progrès que peut apporter la 5G « restent à démontrer ». Elle demande un moratoire sur le déploiement de ce nouveau réseau mobile.

Rédigé par Anton Kunin, le 8 Jul 2020, à 15 h 00 min

La prochaine génération de réseau mobile, la 5G, continue de susciter des inquiétudes. Alors que les enchères pour les fréquences ont finalement été repoussées d’avril à septembre 2020, report lié à la crise sanitaire du Covid-19, de plus en plus de voix s’élèvent pour demander un moratoire. Delphine Batho, ancienne ministre de l’Écologie, a été la dernière à se prononcer en faveur d’un report, le 7 juillet 2020.

La 5G pour 2020 loin de faire l’unanimité

Chez les opérateurs aussi, la question de la 5G divise : Stéphane Richard, PDG d’Orange, est totalement opposé à un report de la technologie dont le déploiement devrait commencer en fin d’année 2020 pour une commercialisation dans la foulée. Si Free se place plutôt du côté d’Orange, SFR et Bouygues Telecom ont, au contraire, tenté de demander un report. L’Arcep, le régulateur des télécoms, ne les a toutefois pas écoutés.

Mais c’est surtout du côté des citoyens français que la 5G crée la polémique : les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) ont intégré le moratoire sur la 5G dans les 149 propositions faites à Emmanuel Macron… et le Président n’a pas utilisé de « joker » dessus. Mais Agnès Pannier-Runacher, alors secrétaire d’État à l’économie et désormais ministre déléguée chargée de l’Industrie, s’est chargée de répondre par la négative à la possibilité d’un report du déploiement.

Delphine Batho réclame à son tour un moratoire sur la 5G

La dernière personnalité politique à se placer officiellement dans le camp du moratoire n’est autre que Delphine Batho, ancienne ministre de l’Écologie et députée des Deux-Sèvres. Sur France 2, le 7 juillet 2020, elle estime « qu’aucun débat démocratique sur la 5G » n’a eu lieu en France. Or, cette technologie présente de nombreux problèmes au niveau écologique, pourtant un des axes prioritaires du gouvernement et, surtout, des Français.
Delphine Batho explique que « La 5G va augmenter la consommation d’électricité » d’environ 2 % par rapport à la 4G, un paradoxe dès lors que la France veut réduire sa consommation énergétique et son empreinte carbone. De plus, les Français seront contraints de changer leurs smartphones puisque la nouvelle génération de réseau mobile n’est pas rétrocompatible : « on va mettre à la poubelle des milliers de terminaux, smartphones », souligne Delphine Batho.

Delphine Batho, Agir pour l’Environnement et Priartem-Electrosensibles de France, ont déposé un recours devant le Conseil d’État et lancé une pétition contre le démarrage de la 5G en France.

Autant d’appareils qui seront donc jetés alors qu’ils peuvent encore être utilisés, et ce uniquement pour bénéficier de la dernière technologie dont, de l’aveu même des opérateurs, les bénéfices ne seront visibles qu’à l’horizon de 2023. Des bénéfices qui, d’ailleurs, restent « à démontrer » selon l’ancienne ministre de l’Écologie.

Illustration bannière : La 5G devrait arriver en France dans quelques mois © ADMC
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis