Les prix du bio passés au crible de Leclerc

Les prix du bio passés au crible de Leclerc

Vous l’avez sans doute remarqué, en ce moment Leclerc fait sa pub sur consoGlobe. En mettant en avant des comparaisons de prix entre les enseignes de la distribution. Nous avons regardé ce que dit Leclerc des prix du bio.

Produits bio : qui est le plus cher ?

Leclerc a effectué 70 266 relevés de prix de 74 produits bio dans 617 magasins (1) dans le but de montrer que ses produits bio sont … moins chers que ceux des autres distributeurs. Surprise !

La grands distributeurs ont tous développé des gammes de produits bio, notamment alimentaires et ont largement contribué à démocratiser des marques de produits bio comme Ethiquable ou Alter Eco pour ne parler que de celles-ci.

Des produits bio moins chers pour en avoir plus

<  Leclerc met en scène la famille bio qui grâce aux prix moins élevés des produits bio peut se permettre d’en consommer plus.

Rappel : Les produits BIO doivent comporter de 95 à 100 % d’ingrédients naturels, c’est-à-dire de végétaux biologiques.

La consommation de produits bio en France

produits bio abLe marché alimentaire bio qui atteignait à peine 1 milliard d’euros en 2001, s’approche des 4 milliards d’euros en 2011( 3,5 mds en 2010). En moins de 10 ans, la proportion de Français déclarant ne jamais consommer bio s’est abaissée de 53 % en 2001 à 39 % en 2011.

Dans le même temps, la part des Français déclarant consommer au moins un produit bio au moins 1 fois par mois est passée de 37 % en 2003 à 40 % en 2011 (20 % au moins une fois par semaine, 6 % tous les jours). Au fil des années, les consommateurs ont largement diversifié leur panier. En moyenne, les consommateurs bio quotidiens ont consommé des produits issus de 8,9 familles différentes en 2011. Plus d’infos sur le bio

Le bio est-il une affaire de prix ?

debatLeclerc a bien compris que le premier frein à l’achat de produits bio est leur prix jugé bien trop élevé par la grande majorité des consommateurs ; enfin pour ce qui concerne les produits alimentaires.

Néanmoins, n’y il a-t-il pas un risque ou une contradiction à faire entrer les produits bio, synonymes de qualité, dans la logique “du toujours plus – toujours moins cher” des produits industriels ou de la production agricole de masse ?

Faut-il acheter des produits à n’importe quel prix  ? Cette question souligne l’éventuelle ambiguïté du rôle de la grande distribution dans les filières bio.

*

(1) Prix relevés entre le 30 janvier et le 20 février 2012 sur 304 produits bio de marques nationales et 74 produits bio de marques de distributeurs