Et le pays le plus vert au monde est…

Quel est le pays le plus vert au monde? L’université de Yale a calculé l’index de performance environnementale de chaque pays. Et c’est… la Finlande qui arrive en tête du classement.

Et le pays le plus vert au monde est...

L’Université de Yale a présenté en janvier dernier, son plus récent Index de Performance Environnementale qui classe les pays en fonction de critères environnementaux. Cet index prend en compte vingt indicateurs liés à deux principales thématiques : la protection de la santé humaine et la protection des écosystèmes.

Ces indicateurs incluent des mesures aussi diverses que la qualité de l’air, les risques environnementaux, le réseau d’assainissement, les stocks de poissons, les mesures en faveur de la protection des espèces ou l’empreinte carbone.

La Finlande, pays le plus environnementalement performant

Les données de 180 pays ont été analysées à travers cette grille. Sur un score total de 100, la Finlande est le pays le plus vert du monde avec un score de 90,68 points(1). C’est le résultat d’une politique de longue haleine visant à rendre le pays « neutre en CO2 ». Le gouvernement finlandais a pour objectif de ne pas excéder les « capacités d’absorption de la nature » en émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

finlande pays vert

Les pays d’Europe du Nord sont les plus écolos

Sans surprise, ce sont les pays d’Europe du Nord qui arrivent en tête du classement : Finlande, Islande, Suède et Danemark sont les quatre pays les plus verts au monde. Les pays d’Europe sont globalement de bons élèves : sur les 25 premiers pays, 22 sont européens.

La France s’en sort de façon plutôt correcte avec un classement en dixième position, alors que les États-Unis ne sont que 26e au classement et la Belgique, 41e !

Certains indicateurs environnementaux préoccupants

Au-delà du classement du pays le plus vert, l’étude apporte aussi certains éclairages globaux sur des indicateurs environnementaux. Certains sont préoccupants, comme celui sur la qualité de l’air. On apprend ainsi qu’il y a cinq fois plus de morts dus à la pollution de l’air qu’à l’eau non potable. Le nombre de morts causés par une eau non potable diminue régulièrement depuis 1990, alors que celui lié à la mauvaise qualité de l’air augmente.

D’autre part, on apprend qu’un quart des pays n’a pas de système de retraitement des eaux usées, qu’un tiers des ressources en poissons sont surexploitées, et que 52 millions de km² de forêts ont été perdus en 2014.

Des bonnes nouvelles sont tout de même portées à ce sombre tableau : le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable a été réduit de moitié depuis 2000 ; les aires protégées atteignent 4 % de la surface de la terre et 8 % de celle des mers ; 1/3 des pays parviennent à réduire leur empreinte carbone. Des efforts notables réalisés par les Européens du Nord ont payé. À quand l’implication de l’ensemble pour l’environnement ?

Références :