Le four à micro-ondes : plutôt meilleur pour la santé et l’environnement

Le four à micro-ondes est présent aujourd’hui dans la majorité des foyers français : on en compte environ 25 millions d’unités en France, et plus de 2 millions d’unités sont vendues chaque année. Le four à micro-ondes a longtemps eu mauvaise presse du fait de son impact supposé sur la santé et l’environnement. Il est aujourd’hui largement accepté, mais est-il pour autant inoffensif ?

Rédigé par Robert Ferret, le 24 Jan 2016, à 18 h 00 min
Le four à micro-ondes : plutôt meilleur pour la santé et l'environnement

Il s’avère qu’en certaines circonstances, ce serait même plutôt le contraire, le four à micro-ondes s’avérant le meilleur choix pour soi et l’environnement.

Comment fonctionne le four à micro-ondes

Un four à micro-ondes, ou plus simplement le « micro-ondes », fonctionne par agitation des molécules d’eau que les aliments contiennent, sous l’effet d’un rayonnement micro-onde. Dans un micro-onde, seule l’eau contenue dans l’aliment est chauffée, le reste de l’aliment s’échauffe par conduction avec l’eau.

Tout le monde a pu constater qu’il est plus facile de réchauffer son café que de décongeler un aliment dans lequel l’eau est présente sous forme de glace.

Alors, le four à micro-ondes : bon ou mauvais pour la santé ?

Précisons tout de suite un point très important : les micro-ondes sont un rayonnement non ionisant, et sont donc bien moins dangereuses que les rayons X ou gamma, ou même les UV du soleil. La réglementation en France impose une fréquence comprise entre 2,4 et 2,5 Ghz, fréquence comparable au WiFi, un peu supérieure à celles utilisées par les téléphones portables.

La question de l’impact du micro-ondes sur la santé a fait l’objet de plusieurs études. Celles par exemple qui ont été examinées par des scientifiques de Santé Canada, ne révèlent aucun signe de toxicité ou de cancérogénicité.(5)

Si une étude réalisée en 1991 par Hans Hertel et Bernard H. Blanc suggérait une augmentation anormale du nombre de leucocytes dans le sang de personnes ayant consommé des aliments cuits aux micro-ondes, cette étude et cette information n’ont depuis jamais été validées par d’autres études scientifiques.

Les problèmes de santé et de sécurité associés à la cuisson aux micro-ondes sont généralement semblables à ceux liés à d’autres modes de cuisson, dont les fours conventionnels, les éléments chauffants des cuisinières et les grils.

  • En réalité, tous les types de cuisson, même à la vapeur, eau, font perdre aux aliments une partie de leurs qualités nutritionnelles. Sans pour autant devenir un inconditionnel du crudivorisme, sachez que plus la cuisson est excessive, plus les nutriments sont affectés.
  • La cuisson des aliments aux micro-ondes ne fait pas quant à elle naître de sous-produits toxiques, ni  les rend cancérogènes

Un impact du four à micro-ondes plutôt moindre sur la santé

Qui plus est, la cuisson aux micro-ondes aurait tendance à moins altérer les nutriments que les modes de cuisson traditionnels étant donnée la réduction du temps de cuisson et de la quantité d’eau utilisée.

Afin d’aider à préserver les nutriments lors de la cuisson aux micro-ondes, utilisez des techniques qui favorisent la distribution uniforme de la chaleur. Cela permettra de prévenir l’apparition de points chauds, signes d’une possible surcuisson. La section « Réduire les risques » précise comment favoriser une distribution uniforme de la chaleur.

Lire page suivante : consommation d’énergie et petites portions

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


De formation électrotechnique puis électronique et informatique, j'ai travaillé 20 ans dans la recherche agronomique. Je suis très intéressé par tout ce...

75 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Moi aussi je suis choquée par cet article à propos du micro-ondes .
    Le portable la wifi ce n’est pas mieux, certes, mais là il s’agit d’aliments qu’on ingère ? Faites des enquêtes plus complètes,avant d’écrire un article, si important ce sujet.. il se trouve que vous proposez à coté un livre de recettes au micro-ondes ??
    A partir de cet article, je sais désormais que je vais remettre en cause vos articles, et même ne plus les lire !
    Car je peux vous assurer que le ” chauffage” intense au micro ondes
    transforme les aliments et détruit tout, sauf le gout qui reste
    encore .. à peu près correct .. enfin pour ceux qui sont aseptisés ?

    cordialement
    marie Line

  2. Ce n’est pas parce que d’autres modes de cuisson font perde de la valeur nutritives aux aliments que l’on doit légitimer le fait que le four micro-onde en fait perdre …. il faudrait établir une analyse argumentée pour définir COMBIEN de nutriments sont perdus ou bine COMBIEN de bon nutriments ils restent suite à divers mode de cuisson.

    Vous précisez (au conditionnel) que le micro-onde aurait tendance à avoir un impact moindre que d’autres modes de cuissons du fait d’un temps de chauffe restreint …. mais cela n’a rien à voir, vous pouvez chauffer peu longtemps mais trop !!

    Bref ce n’est pas avec ce genre d’articles que je vais revenir vers le micro-onde.

  3. bonjour,
    je n’utilise plus le micro-onde.
    il y a quelques années, je l’utilisait tout le temps, et un jour j’ai remarqué que mon ordinateur portable posé à 3m du micro-onde perdait sa connection wifi. j’ai fait des tests pour être sur, et la perte survenait à chaque fois.
    je crois qu’il faut appliquer le principe de précaution: plus un aliment est transformé de quelque façon que ce soit, plus il est dégradé, voir toxique.
    je suis en train de me séparer du plastique alimentaire, je stocke dans des pots en verre. il faut y aller tranquillement pour se defaire des produits toxique, car il y à fort à faire: alimentation, vêtement, meuble…

  4. Et le coté nutritionnel ? Pourquoi dans certaines creches on déconseille d’utiliser le Mo pour réchauffer les biberons ?? C’est bien qu’il y a une déperdition importante…

    • C’est parce qu’on ne peut pas contrôler comme il faut la chaleur des biberons on veut juste que les bébé/enfant ne se brûle pas.

  5. Je veux tout d’abord remercier tous les internautes qui ont réagi à cet article, c’était mon premier sur consoglobe !
    Sans dévaloriser quelque commentaire que ce soit, je voudrais (c’est mon sentiment) en retenir un en particulier : celui de Félix Faisant qui reprend très bien le sens de mon article, merci.
    J’ai noté beaucoup de réactions fort intéressantes, je ne prétend pas ici être exhaustif dans ma réponse mais soyez convaincus que cet article se voulait le plus constructif possible, même s’il est vrai qu’il ne couvrait pas tous les aspects du “micro-ondes”.
    J’ai voulu dans cet article tenter de montrer que l’utilisation du micro-onde n’est ni une solution écologiquement stupide ni un danger pour la santé.
    Alors pour tenter une synthèse des 65 commentaires … pas facile

    Le four à micro-ondes (MO) et la cuisine …
    Bonne question. Le MO n’est évidemment pas la panacée universelle pour cuisiner. Le MO est un outil qui doit comme tout outil être utilisé pour ce qu’il sait bien faire : chauffer de l’eau pour ce qui est du MO. Pour réchauffer son café, c’est évident, pour la plupart des aliments ce n’est pas mal non plus ! savez vous par exemple que comme la plupart des légumes verts le haricot vert contient 90% d’eau ? A contrario, il est certain qu’avec des pommes de terre ou des oeufs … c’est plus compliqué

    Des commentaires parlaient de “vraie cuisine” en l’opposant au MO. Là aussi je le redis : le MO n’est qu’un outil, le chef … c’est vous !
    Perso,bon, je le confesse je ne suis pas un chef, mais j’utilise (ma femme surtout, c’est elle le chef !!!!!) des plaques à induction, un four traditionnel électrique, et le MO, selon les besoins. N’y voyez aucune leçon, juste pour dire que des solutions complémentaires me semblent devoir être utilisées : le bon outil au bon moment.

    Le four MO, les plastiques , le métal …
    C’est en effet un sujet qui n’a pas été abordé. De façon très synthétique,et sans rentrer dans les détails :
    – éviter les métaux dans le MO bien entendu
    – éviter les plastiques aussi, mais c’est aussi vrai quel que soit le mode de cuisson. C’est la chaleur qui peut faire migrer des molécules nocives de l’emballage, du contenant vers les aliments. Idée : réchauffer (MO ou autre ) les aliments dans une assiette par exemple. Plus globalement privilégier le verre et la porcelaine pour la conservation et le chauffage … tout en faisant appel à son bon sens.

    Le smartphone (ou téléphone GSM) dans le MO pour voir si c’est nocif …
    Bonne question !!!! N’ayant pas LA réponse, je soumets deux chiffres à votre sagacité :
    – un téléphone portable en émission collé à votre oreille peut avoir une puissance d’émission d’environ 2W (watts)
    – il suffit de quelques micro watts (millionième de watt) pour qu’un GSM reçoive un appel
    Je vous laisse juge

    Un résumé, tentative :
    Basiquement, le MO ne peut que réchauffer de l’eau, ce n’est donc qu’un outil qui doit être utilisé à bon escient. Il ne se substitue pas aux autres moyens de cuisiner, mais peut intelligemment les compléter. Faire appel au bon sens.
    Faire “de la vraie cuisine” ne se résume pas au moyen de cuisson… on ne peut pas reprocher au MO la qualité gustative d’une margherita premier prix surgelée
    D’un point de vue DD (pour développement durable), le sujet est beaucoup plus complexe et nécessiterait en fait une analyse en ACV (analyse du cycle de vie) comparée de chaque moyen de cuisson, ceci en admettant que nous nous en tenions au seul moyen de cuisson sans intégrer les paramètre santé et goût … ceci suppose de comparer les coûts énergétiques de production, de distribution, d’usage pendant la durée de vie, puis de recyclage. Je vous laisse imaginer la complexité du sujet.

Moi aussi je donne mon avis