Le four à micro-ondes : plutôt meilleur pour la santé et l’environnement

Le four à micro-ondes est présent aujourd’hui dans la majorité des foyers français : on en compte environ 25 millions d’unités en France, et plus de 2 millions d’unités sont vendues chaque année. Le four à micro-ondes a longtemps eu mauvaise presse du fait de son impact supposé sur la santé et l’environnement. Il est aujourd’hui largement accepté, mais est-il pour autant inoffensif ?

Le four à micro-ondes : plutôt meilleur pour la santé et l'environnement

Il s’avère qu’en certaines circonstances, ce serait même plutôt le contraire, le four à micro-ondes s’avérant le meilleur choix pour soi et l’environnement.

Comment fonctionne le four à micro-ondes

Un four à micro-ondes, ou plus simplement le « micro-ondes », fonctionne par agitation des molécules d’eau que les aliments contiennent, sous l’effet d’un rayonnement micro-onde. Dans un micro-onde, seule l’eau contenue dans l’aliment est chauffée, le reste de l’aliment s’échauffe par conduction avec l’eau.

Tout le monde a pu constater qu’il est plus facile de réchauffer son café que de décongeler un aliment dans lequel l’eau est présente sous forme de glace.

Alors, le four à micro-ondes : bon ou mauvais pour la santé ?

Précisons tout de suite un point très important : les micro-ondes sont un rayonnement non ionisant, et sont donc bien moins dangereuses que les rayons X ou gamma, ou même les UV du soleil. La réglementation en France impose une fréquence comprise entre 2,4 et 2,5 Ghz, fréquence comparable au WiFi, un peu supérieure à celles utilisées par les téléphones portables.

La question de l’impact du micro-ondes sur la santé a fait l’objet de plusieurs études. Celles par exemple qui ont été examinées par des scientifiques de Santé Canada, ne révèlent aucun signe de toxicité ou de cancérogénicité.(3)

Si une étude réalisée en 1991 par Hans Hertel et Bernard H. Blanc suggérait une augmentation anormale du nombre de leucocytes dans le sang de personnes ayant consommé des aliments cuits aux micro-ondes, cette étude et cette information n’ont depuis jamais été validées par d’autres études scientifiques.

Les problèmes de santé et de sécurité associés à la cuisson aux micro-ondes sont généralement semblables à ceux liés à d’autres modes de cuisson, dont les fours conventionnels, les éléments chauffants des cuisinières et les grils.

  • En réalité, tous les types de cuisson, même à la vapeur, eau, font perdre aux aliments une partie de leurs qualités nutritionnelles. Sans pour autant devenir un inconditionnel du crudivorisme, sachez que plus la cuisson est excessive, plus les nutriments sont affectés.
  • La cuisson des aliments aux micro-ondes ne fait pas quant à elle naître de sous-produits toxiques, ni  les rend cancérogènes

Un impact du four à micro-ondes plutôt moindre sur la santé

Qui plus est, la cuisson aux micro-ondes aurait tendance à moins altérer les nutriments que les modes de cuisson traditionnels étant donnée la réduction du temps de cuisson et de la quantité d’eau utilisée.

Afin d’aider à préserver les nutriments lors de la cuisson aux micro-ondes, utilisez des techniques qui favorisent la distribution uniforme de la chaleur. Cela permettra de prévenir l’apparition de points chauds, signes d’une possible surcuisson. La section « Réduire les risques » précise comment favoriser une distribution uniforme de la chaleur.

Lire page suivante : consommation d’énergie et petites portions

Références :