Zooms produits verts

Jouets en bois et en carton : retour à la simplicité réussi !

Jouets en bois et en carton : retour à la simplicité réussi !

A l’ère de l’iPad, des consoles de jeu sans manette et autres objets électroniques ultra-perfectionnés et bourrés de plastique, les jouets en bois continuent de plaire.

Cette année, pourquoi ne pas offrir aux enfants des jouets plus simples, laissant plus de place à l’imagination. Les jouets en bois sont tout aussi appréciés des enfants que les derniers jouets à la mode proposés en tête de gondole dans les supermarchés, et en plus, ils sont plus écolo !

Des jouets en bois pour enfant : simple et amusant

Aujourd’hui, tout va trop vite. Nous vivons à 100 km/h et nos enfants aussi. Face au déploiement et à la démocratisation des nouvelles technologies dans les foyers, les enfants savent mieux maîtriser l’iPad que nous, sont sensibles aux innovations technologiques et finissent par s’amuser seulement devant un écran, en jouant à la console ou au dernier jeu à la mode.

Très jeunes, les enfants peuvent trouver des jeux vidéos adaptés à leur âge, et cela à partir de 3 ans ! Une tendance que certains parents tentent de contrer en optant pour des jouets intemporels.

Enfants et écrans, quels dangers ?

Aujourd’hui, et dans les foyers, les écrans se sont généralisés. Ordinateurs, tablettes, téléphones, télévisions… Les écrans sont accessibles à tous y compris aux plus jeunes.

Mais si ces écrans sont parfois considérés, à tord, comme une “nounou” bien pratique pour canaliser l’attention des enfants, ils représentent également un danger.

Par exemple, une étude australienne publiée en avril 2011 dans le Journal of the American Heart Association démontrait que les enfants âgés de 6 à 7 ans qui regardent trop longtemps la télévision risquent, à terme, de développer des maladies cardiaques, de l’hypertension ou encore du diabète.

Face à cette profusion d’écrans, de jouets bourrés d’électronique et de plastique, le jouet en bois apparaît comme un retour au naturel, un monde où l’enfant est acteur davantage que spectateur.