Le Bisphénol A reprend du poil de la bête…

Developpement durable articleDébat – L’honneur du Bisphénol A (BPA) sera-t-il bientôt sauf ?

Mise au pilori par de nombreux scientifiques en raison de sa nocivité sur la santé, le bisphenol A vient d’être quasiment réhabilitée par l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (AESA). Mais l’interdiction des biberons avec du Bisphénol A est maintenue.  Imbroglio…

Bisphénol A : le feuilleton continue !

biberons sans bisphenol A BPAA faibles doses, le Bisphénol A ne présente pas de risques pour la santé humaine : voici en résumé la conclusion tirée par les scientifiques de  l’AESA, suite à un passage en revue d’études portant sur la toxicité de la molécule.

Les biberons sans BPA : une obligation en France

Conséquence directe : faute de “preuves”,  il n’a pas été jugé nécessaire d’abaisser le seuil d’exposition au bisphénol A, fixé à 0,05 mg/kg de poids corporel par jour depuis 2006…

Ce dernier épisode de la vie de cette molécule chimique utilisée dans les plastiques alimentaires défraie la chronique puisqu’il va à l’encontre des alertes lancées par de nombreux chercheurs, qui mettaient en avant les risques accrus de maladies cardiaques, de cancers du sein ou encore de diabète.

L’étrange cas du docteur Bisphénol et de Mister BPA

Des travaux récents ont en effet montré que le Bisphénol A pouvait aussi bien perturber le système nerveux que les systèmes hormonal et immunitaire, avec donc pour principales et potentielles victimes : les femmes enceintes et les bébés.

Seul “hic” : ces études ont été réalisées sur des rats, ce qui, pour l’AESA, ne rend pas leurs résultats pertinents par rapport à la santé humaine…

Developpement durable article

Le Bisphénol A serait ainsi très méchant avec nos amis les rongeurs mais inoffensif  pour l’homme ?

  • Rappelons qu’il a été classé en tant que reprotoxique de catégorie 3 («préoccupante pour la fertilité humaine») et qu’il est interdit depuis juin 2010 dans la fabrication et la commercialisation des biberons en France, mais aussi  au Canada, en Australie ou au Danemark…

Bisphenol A : dangereux ou pas ?

  • Selon une étude de l’INRA suite à des tests ex-vivo, le bisphénol A peut pénétrer notre organisme par la peau. “Le BPA peut migrer de ces plastiques et résines vers l’aliment contenu. (…) On le retrouve dans les urines, le sang et le liquide amniotique d’une grande majorité de la population européenne.”
  • Selon, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, le bisphénol A est classé comme une molécule préoccupante pour la fertilité de l’espèce humaine du fait “d’effets toxiques possibles mais non démontrés sur la reproduction” (Inserm), dans une expertise collective publiée le 3 juin.(2)
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé concluait, “en l’état des connaissances actuelles, il est difficile de juger de la pertinence des études qui établissent un lien entre de faibles niveaux d’exposition au BPA et des impacts négatifs sur la santé”.
  • Bref,  personne ne s’entend, les autorités sont toujours incapables de trancher sur le devenir du BPA et le consommateur est complètement perdu.

    La proposition de loi visant à limiter l’utilisation du bisphénol A (BPA) dans les contenants alimentaires ne prendra finalement effet qu’en janvier 2015 et non en 2014, contrairement à ce qui a été annoncé en 2011.

    Cependant, la suspension dès janvier 2013 de la commercialisation des contenants alimentaires en bisphénol A destinés aux enfants de moins de 3 ans est confirmée.  De plus,  un affichage sur les emballages alimentaires contenantdu Bisphenol sera obligatoire pour de déconseiller son usage aux femmes enceintes, aux femmes allaitantes et aux enfants de moins de trois ans.  En juillet 2010, la France avait déjà interdit la commercialisation de biberons au BPA. Cette mesure a ensuite été étendue à toute l’Union européenne en janvier 2011 par une directive européenne

     

     

    Débat  : accepteriez-vous d’acheter des produits avec du bisphénol A ?

    *
    Je veux témoigner

    (1) Octobre 2010, étude Inra (inra.fr/presse/bisphenol_a_penetrerait_organisme_par_peau) qui  montre pour la première fois par des tests ex vivo que le Bisphénol A (BPA), perturbateur endocrinien qui fait débat par sa présence dans certains emballages, peut pénétrer l’organisme humain par la peau. Ces travaux complètent une première étude qui avait révélé des taux importants de BPA dans l’organisme des personnes en contact régulier avec des tickets de caisse ou des reçus de cartes de crédit.
    (2) étude inserm sur le Bisphenol de juin 2010 : www.inserm.fr/espace-journalistes/bisphenol-a-effets-sur-la-reproduction-une-expertise-collective-de-l-inserm
    (3) Rapport de l’OMS : www.who.int/foodsafety/chem/chemicals/bisphenol_release/en/index.html

    A découvrir sur le Bisphénol A (BPA) :