10 modes de transport propres pour se déplacer en ville

Si depuis 20 ans, la pollution industrielle a considérablement diminué – on parle de 45 à 65% – la pollution atmosphérique due aux transports, elle, n’a fait qu’augmenter. En ville, la situation devient plus que sensible, avec des pics de pollution de plus en plus fréquents. Les embouteillages contribuent ainsi pour 75% à la pollution photochimique et pour 40% aux retombées acides.

10 modes de transport propres pour se déplacer en ville

Quelles solutions pour se déplacer de manière plus propre ? Voici un diaporama présentant les 10 moyens de transport les moins polluants.

Les transports en commun

Le tramway d'Angers. CC : ati4850

Le tramway d’Angers. CC : ati4850

Les transports en commun réduisent la circulation et par là même la pollution en ville. En 2010, ils représentaient près de 17 % des déplacements en France. Ils ont de nombreux avantages : plus écologiques, plus économiques, ils apportent davantage de sérénité car il y a beaucoup moins de risque d’accidents… Et ils sont plus malins, car on peut profiter du temps de trajet « imposé » dans la journée pour faire autre chose que la route, comme lire un bon bouquin par exemple ou s’avancer dans son travail.

Le tramway, évincé depuis les années 1960, a tendance à retrouver sa place dans les plus grandes agglomérations internationales. Ponctuel (une rame toutes les 5 minutes environ), pratique (jusqu’à 120 passagers peuvent embarquer), souvent moins cher que le métro et circulant à une vitesse moyenne supérieure aux bus (20km/h en moyenne), le tramway est définitivement adopté dans près de 20 grandes villes françaises.

Bien moins polluant que la voiture car fonctionnant à l’électricité (donc pas d’émission de gaz à effet de serre), plus sûr, plus silencieux et plus facile d’accès notamment pour les handicapés, le tramway a, en plus, cette faculté de redynamiser les centres-villes.

Lire page suivante : La marche