Zoom sur la toiture en chaume

Traditionnellement utilisé pour couvrir les bâtiments des villes et des campagnes, le chaume est l’un des plus vieux matériaux de couverture sur terre. Un savoir-faire ancestral qui a su faire évoluer ses techniques pour concevoir des toits esthétiques et décoratifs sur des maisons dont le charme évoque un art de vivre différent. Zoom sur la toiture en chaume…

Rédigé par Séverine Bascot, le 17 Oct 2018, à 17 h 10 min

Noble et naturel, le chaume à souvent été délaissé pour l’ardoise, la tuile ou encore la tôle. Toutefois, la qualité et la beauté des toitures en chaume continuent de susciter l’intérêt. Encore très utilisé dans certaines régions de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et de Belgique, le chaume revient timidement en France, sauf pour quelques bâtiments anciens rénovés grâce à ce matériau dans le souci de la revalorisation du patrimoine… Pourtant, ce genre de toit végétal présent de nombreux avantages, en plus du charme rustique qui se dégage des chaumières !

Qu’est-ce qu’un toit en chaume ?

Ces toitures sont réalisées avec des tiges creuses de graminées séchées : tiges de roseau, de genêt, de bruyère, la paille de seigle, de blé ou de sarrasin… Regroupée en fagots bien serrés, cette matière végétale est attachée à la charpente de façon à recouvrir le toit sur une épaisseur moyenne de 30 cm.

chaume

Rénovation d’un toit en chaume © ppl

Ce que le chaume redoute le plus n’est pas la pluie mais… le soleil qui abîme la texture du végétal.

Par ailleurs, le feu n’est plus une réelle inquiétude car le chaume, posé très serré et bien entretenu, ne permet pas au feu de se propager.

Une toiture en chaume est composée de matériaux de qualité dont le coût global est comparable à celui des toitures dites « nobles » telles que l’ardoise. Il faut compter en moyenne entre 80 et 120 euros/m2.

L’importance de l’entretien d’un toit de chaume

En effet, les éléments favorisent le développement de mousses et de lichens. Le nettoyage commence par le retrait de la fine couche de chaume abîmée par le passage d’un taille-haie thermique ou d’une brosse…. puis, on nettoie avec un jet d’eau à haute pression suivi d’une pulvérisation de solution anti-mousse bio.

toit en chaume normandie

Lichens et mousses vont se développer plus rapidement © Anourobi

Cette technique permet de rendre l’aspect initial du toit en chaume tout en assurant sa bonne tenue dans le temps.

Les avantages du chaume

En plus de son indéniable charme rustique et chaleureux – qui séduit à coup sûr, un toit en chaume allie sécurité, modernité, tradition et confort, ce qui en fait un matériau très intéressant pour la construction écologique.

  • Durable : résistant très bien aux intempéries, un chaume bien fait a une durée de vie d’environ 50 ans, surtout s’il est bien entretenu.
  • Écologique : constitué à 100 % de matériaux naturels bio qui garantit une qualité de vie tout en préservant la santé.
  • Minimaliste : léger, un chaume ne demande pas une charpente très robuste et il est inutile d’installer des gouttières.
  • Isolant thermique : 30 cm de chaume = 10 cm de laine minérale, donc pas d’isolant supplémentaire nécessaire.
  • Isolant acoustique : pas de bruit de pluie sur le toit.
  • Résistant au gel, à la grêle et à la neige
  • Adaptable à toutes formes de toitures.
chaume

Un charme fou se dégage de ce cottage anglais © iPics

Qu’elle soit combinée à la pierre, au pisé ou encore au colombage, la toiture de chaume trouve toujours une place naturelle dans l’environnement.

Les inconvénients du toit en chaume

Si les techniques actuelles permettent d’offrir une sécurité incendie optimale (le chaume étant placé directement sur un support fermé et étanche aux courants d’air), les risques d’incendie existent bien, surtout en cas de manque d’entretien régulier. Si les tiges se détachent, elles sont plus susceptibles de prendre feu.

Les autres inconvénients :

  • Entretien régulier nécessaire (quelques heures une fois par an, à faire faire par un professionnel) ce qui implique un coût supplémentaire.
  • Assurance habitation plus chère, notamment dans le cas des constructions de toitures ouvertes.
  • Nécessité de faire appel à un chaumier professionnel pour la pose et l’entretien (ne montez pas vous-même sur un toit en chaume).
  • Présence possible de petits insectes (araignées, moustiques, guêpes, etc. pour les nuisibles).
  • Nécessité de tenir les martres et les fouines éloignées.
chaume japon

La chaume, un matériau utilisé depuis des millénaires sur tous les continents (ici au Japon) © Arttyphoto

Une panoplie d’option s’ouvre donc à nous au moment de choisir la toiture idéale, et le toit de chaume qui était la règle dans de nombreuses régions autrefois, en fait toujours partie. 100 % naturel et sain, c’est une solution à considérer dans un projet de construction éco-responsable. Pensez-y !

Illustration bannière : Maison avec un toit en chaume en Allemagne – © Bildagentur Zoonar GmbH
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis