Le (vrai) impact écologique des voitures électriques

Rédigé par Annabelle, le 7 Dec 2012, à 16 h 47 min

La voiture électrique c’est un peu l’emblème des transports de demain. Exit l’essence ou le diesel, on aspire tous à rouler propre, un jour. Seulement, même si la voiture électrique n’émet pas de pollution à l’usage, cela ne veut pas dire qu’elle est verte à 100 %. Eh oui, les anti-électriques avancent souvent l’argument des batteries ! C’est en prenant en compte tous les paramètres et pas seulement les émissions de carbone que l’Université des Sciences et des Technologies de Norvège a mesuré l’impact réel des voitures électriques et en a tiré quelques chiffres éloquents.

Voitures électriques vs voitures thermiques

De prime abord, rien de bien nouveau avec les conclusions de l’étude norvégienne :

  1. Si l’électricité de la voiture électrique ne provient pas d’énergies renouvelables, son avantage au niveau environnemental diminue considérablement ;
  2. Au plus l’on conserve le véhicule électrique (en fonction notamment de la durée de vie des batteries), au plus on augmente les effets positifs sur l’environnement, par rapport aux véhicules classiques.

Des chiffres plutôt intéressants

Ainsi, on apprend qu’en ne tenant compte que de la production du véhicule, une voiture électrique est deux fois plus dommageable pour l’environnement qu’un véhicule thermique. Ceci s’explique par les matériaux intervenant dans la fabrication des batteries, comme le lithium par exemple, une ressource naturelle qui va commencer à s’épuiser au fil du temps.

Ensuite, la diminution des gaz à effet de serre grâce à l’électrique reste relative, même si elle est à souligner. Selon les pays et donc selon le mix énergétique, on considère une baisse de 10 à 24 % par rapport à un véhicule thermique. Si la différence ne paraît pas énorme, c’est encore une fois lié au mode de production de l’électricité. Ainsi, si l’électricité provient de ressources non renouvelables, les GES émis lors de sa production sont comptabilisés. A l’inverse, si l’électricité provient d’énergies renouvelables comme l’éolien, le bilan s’en retrouve allégé.
Les auteurs de l’étude démontrent même que dans le cas où les véhicules sont construits dans des régions où le charbon est disponible en grande quantité, l’électrique serait même contre-productif…

impact-environnement-voitures-électriques

Enfin, si l’on garde un véhicule électrique pendant 200 000 km, son impact sur le climat est réduit de 27 à 29 % par rapport à un véhicule essence, et 17 à 20 % par rapport à un diesel. Si la voiture électrique n’est conservée que pour 100 000 km, le bénéfice se réduit considérablement : de 9 à 14 % d’impact en moins par rapport à une voiture thermique.

La conclusion de cette étude est toute simple : bien sûr que les efforts doivent tendre vers l’électrique ; cependant, pour un réel impact positif sur l’environnement, la manière de produire de l’énergie est toute aussi importante. Le véhicule électrique a un impact bien moindre sur l’environnement, à condition que l’électricité utilisée provienne d’énergies renouvelables.

source : TreeHugger – Electric Cars Only as Green as the Electricity Powering Them, Another Study Says

*


Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

41 commentaires Donnez votre avis
  1. La voiture est un problème, qu’elle soit electrique ou a hydrogène est un problème en soi.
    Premièrement, elle pousse a la fainéantise : pour rappel la moitié des déplacements en voiture fait moins de 3 km (ça prend 10 minutes en velo). L’obésité prenant des proportions inquiétantes dans ce pays, le velo serait d’une grande aide pour lutter contre.
    Ensuite, une voiture peu importe son carburant prend toujours beaucoup de place, donc y aura toujours de la congestion en ville et des bouchons sur l’autoroute.
    Enfin, une étude a montré que le velo etait le mode de transport le plus rapide en ville (plus rapide que la voiture !).
    Le velo s’impose donc comme la meileure solution de déplacement, pour la planète et pour la santé.

  2. bien

  3. easy

  4. coucou tu veux voir mon moteur electrique

  5. La voiture électrique pollue autant et voir plus que les voitures à pétrole, car on détruit les mines de lithium de la planète.
    Il faut autant de matières polluantes pour la fabriquer. Que les pays utilisant les ressources nucléaires et une source de pollution supplémentaire. Le reste du monde pour produire l’électricité utilise du charbon d’où le bilan carbone serait en hausse ou maintenu.
    Les véhicules électriques ont une autonomie trop courte d’où les ménages la possédant ont besoin d’un véhicule à pétrole.
    Les batteries au lithium ne sont en aucun cas à ce jour recyclable, on n’a pas trouver une seconde vie à ses batteries, d’où source de pollution supplémentaire.
    Et puis ce n’est pas crédible, car la population mondiale ne roulera jamais et entièrement comme nos voiture à pétrole.

    • Merci pour ce ramassis de betises alfredo. Au lieu de dire des anneries basées sur des hypotheses non verifiees c’est mieux de s informer. Les batteries SONT recyclables.

      Un voiture electrique meme non rechargée a base d energies 100% renouvelables est toujours au moins 10x moins polluante qu une voiture thermique. Pour info en belgique(je suis belge) pour produire 1kw.h on emet environ 220grammes co2 et avec 1 Kw.h on peut faire environ 6.7km avec une voiture electrique ce qui resume l impact a 220g/6.7km, soit 32g de Co2/km pour une voiture electrique et C EST TOUT.

      Pour info les voitures thermiques en moyenne emettent 150gr de Co2/km et c ‘est sans compter la pollution liée au transport du carburant et la production du carburant ( qui doit etre extremement polluante mais difficile de trouver des chiffres). Donc la voiture electrique est au moins 10fois moins polluante qu une voiture thermique simplement en se branchant aux fournisseur nationaux d electricité.

      Et plus la production d electricite a base d energies fossiles sera faible dans la production d energie totale par pays, plus ce fossé s élargira entre les voitures electriques et thermiques ( sans meme evoquer les particulier qui alimentent leurs batteries via de l energie produite/stockee via des panneaux solaires)

    • J’ajouterais qu’en France, mix energetique de production en electricité compris (environ 60% nucleaire, le reste pour fossiles et energies renouvelables) le bilan est de 82grCO2 par 1kw.h d’electricité produit.

      Je fais le calcul à votre place cela donne 10.79grCO2/km soit deja plus de 10 fois moins qu une voiture thermique ( entre 100 et 150 gr CO2/km) SANS avoir pris en compte la pollution générée par l’extraction, le raffinage du carburant et le transport de celui. Et je vous laisse le soin de chercher mais la pollution émise par la production d’une voiture ne représente qu 1% de l impact écologique d’une voiture, 75% venant du carburant (transport, production etc…).

      De plus mon estimation trouvée pour la belgique (emission de Co2gr/kw.h) est trop pessissimiste les chiffres sont plus faibles donc encore un avantage pour la voiture electrique.

      J’ai meme trouvé qu 1kw.h a 100% produit via des energies fossiles permet d emettre 900grCo2/kwh ( et encore uniquement a base de charbon si c’est à base de gaz ce chiffre retombe a 500grCo2/kwh). Donc meme en émettant l’improbable hypothèse que l électricité utilisée pour charger la batterie soit d origine 100% fossile charbon( la pire) cela donnerait toujours que 134.32grCo2/km pour une voiture electrique bref toujours en dessous des voitures thermiques qui émettent ce montant actuellement ( et encore seulement pour les plus économiques) dont le cout en pollution du au transport et la production du carburant representant 70% de l impact ecologique n est pas repris en compte.

      Avec une recharge 100% à base d’énergies fossiles venant du gaz se chiffre retomberait déjà a 74grCO2/km bref plus de la moitie d’une voiture thermique. Ce scénario est en outre irréaliste car dans les pays européens excepté l’Allemagne(50% de production d electricité à base d’énergies fossiles) la production d electricité à partir d’énergies fossiles est de l’ordre de 30-35% de la production totale.

  6. La voiture électrique fait du sens seulement dans les pays qui peuvent produire l’électricité de façon non polluante, sinon, on ne fait que déplacer le problème. On pollue au moment de la production de l’électricité plutôt que sur la route.

  7. Salut !
    C’est rigolo quand on voit comment les anti-VE essayent de comparer sans tout prendre en compte.
    Une voiture thermique émet plus de 100 g de CO² par kilomètre, une voiture électrique consomme 15 kWh/100 km, etc.
    Oui, mais on oublie un truc, bien souvent : l’essence ou le gazole brûlé dans le moteur de la voiture thermique a du être raffiné (après avoir été extrait, et avant d’être acheminé). Comptez 2kWh pour raffiner 1 litre d’essence en moyenne. Pour une voiture qui consomme du 6L/100, c’est déjà 12 kWh/100km qui ont été dépensé en électricité, rien que pour produire le carburant. Comparé aux 15 kWh/100km NET du véhicule électrique, il n’y a pas photo…
    http://solarchargeddriving.com/news/scd-editorials/831-surprise-gas-cars-use-more-electricity-than-evs.html
    Quant aux batteries, elles peuvent facilement avoir une deuxième vie pour aider les ENR, justement !
    http://www.leblogauto.com/2015/06/chevrolet-volt-des-batteries-usagees-recyclees-pour-eclairer.html

Moi aussi je donne mon avis