Voiture électrique : bientôt moins chère que la voiture classique – Étude

Rédigé par Stephen Boucher, le 12 Apr 2015, à 12 h 51 min

La baisse du coût des batteries de la voiture électrique est si rapide qu’elles sont déjà moins chères qu’il n’était prévu qu’elles soient en 2020, selon une nouvelle étude publiée dans Nature Climate Change. Laissant entrevoir à court terme des véhicules électriques moins chers que les voitures classiques.

Parité coût bientôt atteinte avec les voitures traditionnelles

La voiture  électrique reste plus chère que son équivalent à moteur à combustion, en grande partie en raison des coûts de la batterie. En 2013, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estimait que la parité coût serait atteinte en 2020, avec des coûts de batterie aux alentours de 300 dollars de l’heure de kilowatt de capacité.

Mais les entreprises leaders du marché ont probablement déjà produit des batteries pour moins cher l’année passée, selon l’étude publiée par Björn Nykvist et Måns Nilsson, du Stockholm Environment Institute fin mars 2015.

Voiture électrique : moins d’1 % du marché

Même si le marché du véhicule électrique de l’UE a augmenté de 37 % sur un an en 2014, il représente encore moins de 1 % des ventes totales. Le coût élevé est une raison majeure pour laquelle les véhicules électriques n’ont pas encore réussi à percer, en plus de l’insuffisance de l’infrastructure de recharge.

tesla-model-s-batterie

© Tesla Motors

Toutefois, les économies d’échelle de l’industrie ont permis de faire chuter les coûts des batteries de plus de 1000 dollars du kilowattheure en 2007 à 410 dollars en 2014, soit une réduction annuelle de 14 %. Pour les entreprises leaders du marché, les coûts atteignent aujourd’hui 300 dollars du kilowattheure en 2014.

Voiture électrique moins chère après 2018

L’étude estime que les prix vont encore baisser jusqu’à atteindre environ 230 dollars par kilowattheure en 2017-18. Le moment où la voiture électrique deviendra moins chère que ses équivalentes thermiques dépendra des coûts de l’électricité, des taxes appliquées sur ces types de véhicules et les prix de l’essence à la pompe.

Aux États-Unis, avec des prix actuels du pétrole bas, les batteries électriques devraient descendre en dessous des 250 dollars par kilowattheure, permettant aux voitures électriques de devenir compétitives prochainement.

Un prix de voiture électrique suffisamment bas pour surmonter les barrières comportementales

Le principal obstacle deviendra alors les réticences des consommateurs à l’égard du changement et du fait de l’autonomie plus faible des véhicules électriques par rapport à leurs équivalents thermiques.

Toutefois, l’étude affirme que « si les coûts descendent aussi bas que 150 dollars par kilowatt-heure, les véhicules électriques iront probablement au-delà des applications de niche et commenceront à pénétrer le marché plus largement, conduisant à un changement de paradigme potentiel dans la technologie des véhicules. »

Rapidité de la baisse des coûts

volvo-batterie-carrosserie

© Volvo

 

Pour atteindre ce niveau, les coûts devront donc encore baisser. La percée commerciale de la prochaine génération de batteries au lithium est toutefois encore lointaine, indique le document. Le potentiel de nouvelles technologies de rupture faisant baisser les coûts de manière dramatique est donc limité à court terme.

Cependant, des économies sont encore possibles par l’amélioration des processus de fabrication et les économies d’échelle, les mêmes facteurs qui ont déjà fait baisser les coûts de la voiture électrique au cours des années récentes. De tels gains sont encore possibles, vu que la production et la vente de véhicules électriques doublent plus ou moins chaque année au niveau mondial.

La réduction des coûts de 30 % annoncée pour la “Gigafactory”, la méga-usine de batteries de Tesla Motors, prévue pour 2017, est donc « proche des tendances projetées dans le présent document ». Toutefois, les plans de Renault-Nissan pour développer la capacité de produire jusqu’à 1,5 million de voitures électriques en 2016 ont essuyé les plâtres face à des ventes de voitures électriques en berne par rapport aux attentes.

L’avenir reste néanmoins incertain.

Même très documentée, cette étude se heurte au secret industriel. Néanmoins, il est tout à fait possible que les économies d’échelle amènent les coûts de la batterie électrique aux alentours des 200 dollars du kilowatt-heure dans un avenir proche. Ce qui sera une très bonne chose pour le climat, à condition que l’électricité qui les propulsera ne sera pas elle-même produite à partir du charbon…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. cestv pouri maias cacaccc

  2. j’ai été émerveillé par cette invention. et je suis disponible pour des commandes à ma livraison,sur ce je panse que nous pouvons de très bon partenaires d’affaire. Merci

  3. Hé bien, nous sommes allés jusqu’au bout de nos convictions !
    Zoé est entrée dans notre vie fin mai… et jusqu’à présent ce n’est que du bonheur !
    Super équipée, suffisamment puissante … (c’est loin d’être un jouet !), je dirais même plus réactive qu’une thermique ! Et ce silence… oui au début c’est troublant. Et dans les ralentissements ou les bouchons, la boite automatique c’est vraiment reposant !
    Il est vrai que nous sommes les clients “idéals” puisque nous faisons surtout des petits parcours, ce qui nous valait, entre autres, d’encrasser notre diésel de 2006 !
    Or, un changement de FAP (filtre à particules) coute autour de 1700 €…

    Évidemment pour les longs trajets, il faut compter les recharges tous les 120 kms (en moyenne, selon le type de route et le mode de conduite), mais il existe actuellement une bonne couverture de bornes, dont les “rapides” qui permettent de recharger en 3/4 d’heure…soit le temps d’une pause pipi et d’un café ?

    Un seul petit bémol : il faut parfois klaxonner pour faire fuir les animaux ! LOL !

  4. Savez vous que produire 7 litre d’essence consomme plus d’électricité que de parcourir 100km avec une voiture électrique?

    Savez-vous que le cout de carbone pour produire 1 voiture électrique coute 2.5 tonne soit 1tonne de plus que de fabriquer une voiture à essence, mais qu’au bout d’une seule année (selon le kilométrage de la personne) on rembourse cette dette et que la voiture thermique aura plus de 10tonne à son actif au bout de quelques années.

  5. LOuis, tu as en partie raison , sauf pour les deux dernières lignes, en effet, pour quoi les constructeurs s’emm….raient à fabriquer des moteurs électriques alors que depuis plus de cent ans ils fabriquent des moteurs à explosion. Surtout avec leurs stocks. Je pense qu’il faudrait un gouvernement qui prenne le taureau par les cornes et oblige cette technologie. Un exemple: quand PSA a sorti sa 1ère électrique, dans le 20ème à Paris, la mairie a fait installé des prises pour la charge, deux ans après,toutes les prises avaient été retirées.Alors la volonté de qui?…

  6. J’ai hâte pour le moment où les voitures électriques deviennent moins chères que les voitures normales. Je pense que les réparations seront encore plus chères pendant longtemps. J’aime beaucoup les Teslas J’espère que l’on voit plus de voitures comme ça dans l’avenir.
    Yvon Lebras | http://suspensionillimitee.com/services.php

  7. Je m’étonne de votre article, la fabrication de la voiture électrique pollue, les batteries sont constitués de métaux rares qui polluent lors de leur extraction et transformation, quel est le retraitement prévu pour ces matériaux, sans compter la production d’électricité.
    Pour la protection de la planète, il faut prendre en considération toutes les données, et non la seule période d’utilisation du véhicule.

    • Cher guy P
      Ce déni illustre bien l’incapacité des français au changement.
      Avez-vous seulement une toute petite idée de l’impact d’un véhicule thermique (du puits à la pompe, d’un point de vue économique, géopolitique, environnemental?) avant de contribuer à répandre ce genre d’ineptie? C’est fatiguant.
      -Un objectif de 20% de véhicules électriques à horizon 2025 représenterait 2% de la consommation électrique (essentiellement la nuit! histoire d’optimiser la production nucléaire, puisqu’elle est là même si je ne m’en réjouis pas non plus).
      -la capacité des batteries est telle que lorsqu’elles ne sont plus utilisables pour un véhicule (à 75% de la capacité de départ?), elles le sont encore pour bien des applications (bâtiment etc…)!!!
      -je ne vous parle même pas de l’impact sur la qualité de l’air, je pense que vous partez de trop loin.
      -ce type de véhicule s’adapte parfaitement aux enjeux de déplacement à l’avenir (car il faut regarder devant, pas derrière!) : moins loin, moins vite, moins souvent.
      -changement du comportement de conduite (plus “zen”) mais là je sens que je touche à la liberté de conduire comme un débile.
      Bref, je pourrais continuer mais ce que les gens comme vous doivent retenir avant tout, plutôt que de lancer de fausses bonnes idées, c’est que la voiture électrique ne prétend pas remplacer la voiture thermique en un claquement de doigt. Elle prétend apporter une solution d’avenir à ceux qui voudront bien sortir la tête du sable!

  8. “Ce qui sera une très bonne chose pour le climat, à condition que l’électricité qui les propulsera ne sera pas elle-même produite à partir du charbon” OU pire par le NUCLEAIRE

    • L’article est manifestement une mauvaise traduction qui n’apporte rien dans l’analyse de fond sur l’intérêt de la voiture électrique, la fin sur l’échec de Renault est incompréhensible !
      Pour moi la voiture électrique n’a d’intérêt que sur les mini-voitures urbaines, mais les voitures sans permis sont toutes équipées de moteurs diesel agricoles bruyants et polluants, trouvez l’erreur !
      Réflexion: l’adage “mettre la charrue avant les bœufs” est toujours d’actualité, il aurait fallu réfléchir avant d’agir bêtement …
      Il faut se méfier des pré-jugés qui consistent à dire que l’électrique est mieux que le thermique, ça n’a aucun sens, il faut toujours faire une analyse objective avant, ça éviterait d’essuyer les plâtres après…

    • Pedro dit : “Il faut se méfier des pré-jugés qui consistent à dire que l’électrique est mieux que le thermique”

      C’est assez hilarant comme phrase. Pour avoir suivi l’auto électrique pendant des années, je peux vous assurer que les préjugés ne sont JAMAIS contre voitures à moteur thermique. En voici quelques exemples …
      – Les autos électriques ce ne sera jamais assez puissant (il y a des camions électriques maintenant)
      – Ça ne se rendra jamais sur le marché, personne n’en veut
      – Ça ne pourra pas rouler l’hiver!
      – Elles n’auront aucune autonomie!
      – Faudra changer les batteries tout le temps et ça ne vaudra pas la peine!
      et bien sur le classique
      – Une auto électrique va polluer plus qu’une voiture à moteur thermique parce que les réacteurs nucléaires et les centrales à charbon! Et les piles à jeter aux poubelles tout le temps!

      Il ne faut pas confondre la résistance au changement avec la faisabilité technique.

      Aussi je trouve étrange que des manufacturiers automobiles ne s’attaquent pas à ces mythes tenaces. Cela aiderait surement leurs ventes, non?

    • non, le charbon est bien pire que le nucléaire !

Moi aussi je donne mon avis